PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Dans la Corne de l'Afrique, la sécheresse est une question de vie ou de mort

13 juil. 2011

Scène de sécheresse en Afrique On estime que chaque jour, 3 000 personnes en quête d'assistance arrivent au Kenya et en Éthiopie en provenance de Somalie.

D’après les derniers rapports du Programme alimentaire mondial, près de 10 millions de personnes souffrent d'une des pires famines qu’ait connue la Corne de l’Afrique depuis 60 ans. On estime que chaque jour, 3 000 personnes en quête d'assistance arrivent au Kenya et en Éthiopie en provenance de Somalie. Elles y parviennent dans un état de grande faiblesse et le nombre de morts causées par cette calamité est proprement horrifiant.

Mark Bowden, le coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour la Somalie, revient de Mogadiscio et du camp de réfugiés de Dollo, en Éthiopie, deux endroits vers lesquels se dirigent les victimes de la sécheresse. Le responsable du HCR, António Guterres, a également visité les camps de réfugiés somaliens et appelé à une aide d'urgence pour les victimes de la sécheresse.

Ma plus grande préoccupation maintenant est que des gens meurent à cause de la sécheresse, en particulier ceux qui doivent quitter leurs terres et leurs maisons et parcourir à pied de longues distances, dans un état de grande faiblesse, pour essayer de trouver de l'eau et de la nourriture. De nombreux Somaliens traversent la frontière dans ce but. Aujourd’hui, la simple survie est devenue une lutte pour beaucoup de familles.

À l’avenir, dans les zones affectées, les petits exploitants agricoles auront besoin de variétés et de techniques leur permettant de faire face à la sécheresse, et notre devoir est maintenant d’apporter un plus grand soutien à leur mise au point. Jusqu’ici, l'appui à long terme à ce type de développement a été insuffisant, et les crises reviennent, affaiblissant les communautés et leur capacité de résistance et prélevant à chaque fois leur lot de vies humaines.

En collaboration avec d'autres agences des Nations Unies, le PNUD a mis en place un bon nombre d’initiatives intéressantes, qui, avec l'appui voulu, pourraient passer à l’échelle supérieure et aider des milliers et dizaines de milliers de personnes au lieu de quelques dizaines et centaines.

Dans une grande partie de la Corne de l'Afrique, les sécheresses récurrentes et la dégradation continue des terres mettent gravement en danger la sécurité alimentaire, et le changement climatique ne fera qu’aggraver le problème. Dans un rapport publié en février, le PNUD montrait qu'assurer la sécurité alimentaire va bien au-delà de la problématique de la production agricole. Cela requiert aussi d’améliorer l'infrastructure rurale de base, l'accès au crédit, la résistance aux chocs, et de mettre fin aux conflits armés. Une approche globale du développement dans une perspective à moyen et long termes est indispensable pour accroître la sécurité alimentaire.

Qu’en pensez-vous? Comment la communauté internationale pourrait-elle contribuer à prévenir les crises alimentaires causées par la sécheresse ?