• Un nouvel environnement pour répondre au changement climatique

    03 juin 2011

    Un fermier récolte du sorgho au Soudan (UN Photo/Fred Noy)
    Un fermier récolte du sorgho au Soudan (UN Photo/Fred Noy)

    Partout dans le  monde, ce sont les collectivités les plus vulnérables qui sont touchées de manière disproportionnée par le changement climatique.

    L’impact des événements climatiques extrêmes et des catastrophes naturelles affecte particulièrement les pays pauvres, où les populations sont moins équipées pour intervenir et se protéger du fait du manque de ressources et des faibles infrastructures.

    Des changements, même progressifs, peuvent devenir un énorme fardeau pour ces pays, car ils augmentent les difficultés des populations pour se procurer des aliments, de l’eau ou des moyens de subsistance de base.

    Le Niger est un exemple de pays qui lutte pour s’adapter au changement climatique. Le désert du Sahara et la zone semi-aride du Sahel occupant 80 % de son territoire, le Niger souffre de sécheresses fréquentes avec une saison sèche qui dure 9 mois par an, ce qui compromet gravement les moyens de subsistance dans les zones rurales.

    Il y a trois ans, le PNUD a entamé un programme d’aide au Niger et à 19 autres pays africains pour mettre au point des stratégies visant à éviter certains des pires impacts d’un climat en évolution.  Le Programme d’adaptation de l’Afrique, d’un montant de 92,1 millions de dollars, financé par le Gouvernement japonais, cherche à aider des pays comme le Niger à créer un environnement plus résistant pour se préparer au changement climatique et s’y adapter.

    En mettant en commun leurs connaissances et en arrêtant des stratégies propres à gérer les risques climatiques, le programme permet aux autorités de consulter les populations et de leur fournir des conseils sur la manière d’atténuer les risques liés aux changements environnementaux.

    Dans la commune rurale de Rombou, dans le centre du Niger, on encourage les collectivités à pratiquer d’autres méthodes de production agricole et à utiliser des engrais de substitution, de nouvelles techniques de bonification des sols et d’autres méthodes d’adaptation. Ceci contribue à promouvoir une gestion viable des ressources en eau ainsi que des pratiques agricoles et pastorales, et aide les collectivités locales à mieux aborder les problèmes environnementaux actuels et futurs.

    Le PNUD s’efforce de renforcer les capacités des pays de s’adapter au changement climatique et de poursuivre un développement compatible avec l’atténuation du changement climatique, notamment en aidant à mettre au point des politiques et à créer des capacités et des stratégies propres à promouvoir un développement peu gourmand de carbone, sans exclusive et capable de s’adapter au climat.

    Prenez contact avec nous : Selon vous, comment le changement climatique affecte-t-il le développement ? Connaissez-vous des techniques d’atténuation qui ont réussi ?