• Sortir l’Amérique latine du « piège de l’inégalité »

    25 mai 2011

    Habitat urbain au Mexique (Photo: UNHabitat)
    Habitat urbain au Mexique (Photo: UNHabitat)

    Lorsque nous parlons du développement en Amérique latine, il y a beaucoup de raisons de se réjouir. Alors que la récession mondiale a laissé beaucoup de pays en développement face à de grands problèmes pour réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), l’économie de l’Amérique latine et des Caraïbes s’est redressée plus rapidement que prévu, ce qui reflète la capacité d’adaptation économique de la région.

    Sur un autre plan, la région est à l’avant-garde du monde quant aux programmes sociaux qui octroient une aide financière à des pauvres, à condition qu’ils gardent leurs enfants à l’école et d’être à jour concernant les vaccinations et les examens médicaux – un énorme élan donné à la réduction de la pauvreté dans 18 pays de la région.

    Malgré une forte croissance économique et des progrès dans la lutte contre la pauvreté, il reste un problème persistant : de grandes inégalités. Si la région n’est pas la plus pauvre du monde, elle reste la plus inégale si elle est mesurée selon le coefficient de Gini.

    « Des 15 pays les plus inégaux du monde, dix se trouvent en Amérique latine », a déclaré Helen Clark, l’Administratrice du PNUD. « Nous devons en priorité aller plus avant dans la lutte contre la pauvreté et chercher à réduire les inégalités. »

    La croissance est importante pour faire progresser le développement sur le long terme, mais elle ne se traduit pas automatiquement en une réduction de la pauvreté et un développement humain de grande envergure. Beaucoup de personnes sont souvent laissées à la traîne – des femmes, des minorités ethniques et religieuses, des autochtones, des handicapés, des pauvres des zones rurales et d’autres qui, littéralement ou métaphoriquement, sont en perte de vitesse, incapables de profiter de la croissance économique ou d’avoir accès aux services qui peuvent améliorer leur vie.

    Des études ont démontré comment des inégalités de revenu, d’éducation, de santé et autres sont transmises d’une génération à l’autre par divers moyens.  Le premier rapport régional du PNUD sur le développement humain en Amérique latine et dans les Caraïbes donne à penser que cette situation, alliée à de faibles chances d’avancement social, a entraîné la région dans un « piège de l’inégalité » auquel il est difficile d’échapper.

    Cependant, il est possible de sortir de l’impasse. Mais pour ce, il faudra agir sur les fronts économique, politique et social. La réduction des inégalités doit être conçue comme un objectif de politique publique destiné à atteindre les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables, notamment les femmes, les autochtones et les personnes d’origine africaine.

    Pour que ces politiques soient couronnées de succès, il faut se faire à l’idée qu’elles doivent être alliées à une mobilisation de ressources locales. La charge fiscale des pays de la région se situe entre 10 et 23 points de pourcentage en-dessous de la moyenne d’autres régions du monde, et la fraude fiscale est généralisée. Les deux questions doivent être examinées si l’on veut vraiment s’attaquer de front à la pauvreté et à l’inégalité.

    Lisez les conclusions du Rapport 2010 sur le développement humain pour l’Amérique latine et les Caraïbes : « La vraie richesse des nations : Les chemins du développement humain ». Selon vous, comment faut-il s’y prendre pour aider les pays d’Amérique latine à échapper au « piège de l’inégalité » ?