Notre perspective

      • Libérer les pays en développement de la violence armée

        31 oct. 2011

        image
        Plus de 2.500 armes à feu illégales ont été détruites au Kenya le 24 mars 2010 dans le cadre d'un événement public visant .à réduire la prolifération d'armes légères (Photo: Jemaiyo Chabeda / PNUD Kenya).

        Au cours des deux prochains jours, la violence armée coûtera la vie à plus de 3000 personnes à travers le monde. Le coût économique de la violence donne à réfléchir. La violence sape littéralement le développement — elle détruit les moyens de subsistance, saccage les infrastructures, réduit les investissements directs étrangers, retarde la croissance économique et entrave la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement. Dans de nombreux pays, des ressources publiques qui pourraient bénéficier à l’éducation et à la santé sont investies dans le maintien de l’ordre. Comme toujours, la question est la suivante: « Que peut-on faire? » En comprenant les sources de violence et en s’y attaquant, en investissant dans la prévention, dans les capacités d’alerte immédiate et d’intervention rapide, nous pourrons éviter les conflits et la violence tout en sauvant des vies et en économisant des ressources. L’éducation peut jouer un rôle important dans la prévention des conflits et de la violence.  Dans les pays où le taux de scolarité est élevé, les taux de violence sont généralement faibles; de même, les enfants privés d’éducation risquent davantage de prendre le chemin des conflits. L’éducation doit faire partie intégrante de tout effort visant à s’attaquer à laVoir

      • Le développement en période d’incertitude économique

        17 oct. 2011

        image
        Des ouvriers de l'usine "Multiwear" sur machines à coudre - Parc Industriel Sonapi, Port-au-Prince, Haiti. Photo: Eskinder Debebe/ONU.

        L’économie mondiale est dans une situation plus volatile que jamais, ce qui met en danger les récents progrès des pays en développement. En se penchant sur les grands défis internationaux, l’adoption des objectifs du Millénaire pour le développement en 2000 a constitué un tournant historique. Ce fut un moment empreint d’optimisme où a prévalu la conviction que l’on pouvait réduire la précarité grâce à des efforts internationaux soutenus. Près de douze ans plus tard, de nombreux pays ont fait des progrès remarquables vers la réalisation des OMD. Mais nous vivons maintenant dans un monde plus accessible et plus intégré où les chocs économiques et financiers peuvent survenir à tout moment, et leur impact peut se révéler dévastateur à l’échelle internationale. Un tel environnement est porteur de défis multiples et profonds pour le développement humain. Plus clairement, la vulnérabilité aux chocs a un effet direct sur la satisfaction des besoins des ménages, le nombre de personnes vivant en situation de pauvreté, l’accès à l’éducation et la capacité des hommes et des femmes à trouver des emplois valorisants et productifs. La promotion du développement humain exige donc que nous étudiions les effets de telles crises sur les pays en développement et les populationsVoir

      • Investir dans un développement durable n'est plus un choix. C’est une nécessité.

        13 oct. 2011

        image
        Des panneaux solaires fournissent chaleur et électricité au Botswana. (Photo: PNUD)

        Au cours de ce mois où nous célébrons la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, le nombre d'habitants de notre planète devrait atteindre 7 milliards. Pour que l’avenir de notre monde soit sûr et paisible, ils devront tous avoir accès à des ressources durables en eau et en nourriture, et disposer de moyens de vivre décemment. L’investissement dans un développement durable n'est plus une question de choix. C'est la seule option possible. C'est pourquoi il est capital que Rio+20, la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, qui se déroulera au Brésil en juin prochain, arrive à des résultats significatifs. Vingt ans après que le Sommet de la Terre de Rio ait défini en 1992 un agenda d'avenir pour le développement durable, Rio+20 est une occasion unique de passer en revue les progrès réalisés, d'examiner les écarts et les nouveaux besoins, et de convenir ensemble de la marche à suivre. Au PNUD, nous sommes convaincus qu'un développement réellement durable pour les générations présentes et futures doit sauvegarder les écosystèmes tout en permettant des progrès économiques et sociaux. Un développement durable renforcera également la résilience des pays aux chocs extérieurs et leur capacité à protéger les acquis du développement. IlVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus