Notre perspective

      • Pour lutter contre le sida et la pauvreté, autonomisons les femmes et les filles

        27 janv. 2014

        image
        Une femme fait un test de dépistage du VIH/SIDA dans un centre de prévention et de traitement au Burkina Faso. ©Giacomo Pirozzi/PNUD Burkina Faso

        « On ne peut pas manger un bonbon sans enlever l’emballage », ont déclaré de jeunes Sud-Africains aux chercheurs qui menaient une enquête pour le compte de la Banque mondiale afin d’expliquer pourquoi ils refusaient d’utiliser des préservatifs en dépit du risque élevé et bien connu de transmission du VIH. Les hommes trouvent souvent que les préservatifs manquent de virilité et les femmes se sentent incapables d’insister. Qu’est-ce que cela signifie ? Un sondage mené en 2011 dans 19 pays d’Afrique subsaharienne, où vivent plus de deux tiers de la population mondiale contaminée par le VIH, montre que la plupart des adultes savent comment empêcher la transmission du virus. Mais si 72 pour cent des sondés pensent qu’il faut utiliser un préservatif chaque fois que l’on a des rapports sexuels, seulement 40 pour cent d’entre eux disent l’avoir fait. Tout comme la lutte contre la pauvreté, l’éradication du sida requiert des mesures et des innovations qui vont des transports publics aux politiques d’orientation. Au cours de la conversation mondiale sur les objectifs de l’après-2015 (« Le monde que nous voulons »), une jeune mère de Papouasie-Nouvelle Guinée a raconté qu’elle ne se rendait pas toujours à la clinique pour son traitement Voir

      • Quand le monde travaille au profit d'une minorité, ou la mainmise privée sur la démocratie

        24 janv. 2014

        image
        Selon un nouveau rapport du PNUD, l'inégalité des revenus a augmenté de 11% dans les pays en développement entre 1990 et 2010. ©Kibae PARK/ONU

        Sept personnes sur dix dans le monde vivent dans des pays dont les inégalités économiques ont augmenté au cours des 30 dernières années. Dans un document publié cette semaine, Nick Galasso d'Oxfam America et moi avons analysé le phénomène grandissant de la concentration des revenus et de la mainmise politique. Première constat : les riches s'enrichissent encore plus vite. En tout, la moitié des adultes les plus pauvres de la planète, soit 3,5 milliards d personnes, possède 1 700 milliards de dollars, soit l'équivalent des avoirs des 85 personnes les plus riches du monde. Aux États-Unis, 1 % de riches s'est taillé 95 pour cent de la croissance post-crise financière en 2009 et 2012, alors que 90 pour cent des Américains se sont encore appauvris. Deuxième constat : ce phénomène grandissant de concentration des revenus et des richesses se double très souvent d'un pouvoir et d'une influence politiques. Cela paraît évident, mais on l'oublie très facilement. Par le lobbying, le financement de campagnes électorales ou le refus de respecter la règlementation, les riches exercent leur emprise sur la manière dont le reste de la société est gouverné. Dans Working for the Few (Quand le monde travaille au profit d'une minorité), nous analysons le mécanisme Voir

      • L'aide étrangère ne sert-elle vraiment à rien?

        24 janv. 2014

        image
        Une femme Hmong et son bébé dans le village de Sin Chai. Le Vietnam est un exemple d'une intervention de l'aide étrangère réussie. ©Kibae Parc/ONU

        Depuis mon arrivée aux Etats-Unis il y a un an, j'ai rencontré des auteurs tels que Roger Riddell, qui posent des questions incisives aux responsables des programmes d'aide. Ces auteurs sont les partisans d’une thèse bien établie et respectée qui remet en question le bien-fondé de l'aide bilatérale et multilatérale. Ici, à Washington, je me réjouis de pouvoir dire que si USAID se concentre davantage sur des données objectives et quantifiables, le PNUD met aussi beaucoup mieux l’accent sur ses résultats (comme en témoigne le classement effectué par l'IITA), une personne et un pays à la fois.  Pourtant, un élément de preuve important est souvent absent de nos démonstrations : nous oublions de mentionner les pays qui sont parvenus à sortir de la pauvreté. Je viens juste de rentrer du Viet Nam où j’ai passé lenouvel an. Mon premier poste au sein du PNUD était à Hanoï en 1985. Le pays était alors totalement ravagé par la guerre et le PNUD appuyait divers projets de reconstruction avec un petit groupe de partenaires, notamment dans les industries du café et du caoutchouc. Aujourd’hui le Viet Nam est le deuxième producteur de café au monde après le Brésil et est susceptible de devenir le troisième Voir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus
Helen Clark en action
  • 8670203246_6e5b1d064d_o
  • UN Development Chief Helen Clark visits Rwanda
  • Helen Clark visits Rwanda
  • UN Development Chief Helen Clark visits Rwanda
  • UN Development Chief Helen Clark visits Rwanda
  • UN Development Chief Helen Clark visits Rwanda

Suivez-nous sur Flickr

Suivez-nous