Notre perspective

      • L’État de droit et les services publics : des outils clés du développement

        23 mai 2014

        image
        Un employé compte les camions à la déchetterie Santo Nino à Tacloban, aux Philippines. ©LESLEY WRIGHT/PNUD PHILIPPINES

        Il ne suffit pas de simplement distribuer les services publics. Il faut aussi veiller à leur qualité ainsi qu’à l’’efficacité de la communication entre prestataires et bénéficiaires. En coopération avec la Swedish Folke Bernadotte Academy, nous avons mis au point un outil d’auto-évaluation à l’intention des gouvernements afin de localiser, comprendre et corriger les faiblesses de l’État de droit au sein de l’administration publique. Cet outil utilise six principes clairement définis : la légalité, l’accessibilité, la responsabilité, la transparence, le droit à être entendu et le droit de faire appel. L’outil évalue « la gouvernance des prestations de services » d’un point de vue législatif afin d’analyser les lacunes entre l’offre (la définition des services et leurs conditions de prestation) et la prestation des services (leur distribution et leur réception). Ce projet est actuellement piloté aux Philippines, en Ukraine et en Sierra Leone. Il sélectionne les procédures et les services administratifs qui ont une action positive sur les droits, les libertés ou les intérêts des particuliers, notamment dans le secteur privé. Cette évaluation a pour but de garantir que des mesures soient prises pour améliorer les performances du secteur public. Les résultats révèlent que les fonctionnaires sont souvent peu au courant de la législationVoir

      • Une réalité qui dépasse la fiction : un monde sans électricité | Bahareh Seyedi

        21 mai 2014

        image
        L'accès universel à des services énergétiques modernes est réalisable d'ici 2030. Il n'y a pas de barrières techniques fondamentales, et il existe des solutions éprouvées et innovantes.

        Cette semaine, le dernier épisode de Revolution, une série américaine de science-fiction, passera à la télévision. L’histoire se déroule 15 ans après qu’un cataclysme ait plongé la planète dans l’obscurité. Plutôt insolite comme entrée matière pour un blog du PNUD. Laissez-moi vous expliquer pourquoi. Loin d’Hollywood et du monde décrit dans cette série, 2, 6 milliards de personnes vivent sans outils de cuisson modernes et 1,3 milliard sans électricité. Notre alimentation, notre éducation, notre santé ou notre environnement, c’est notre vie quotidienne qui dépend de l’accès à l’énergie. En Afrique subsaharienne, près de 80 % de la population utilise encore du bois de chauffe, du charbon ou se sert de déchets animaux et d’autres carburants polluants. Rien qu’en 2012, la pollution atmosphérique a entraîné la mort de 4,3 millions de personnes, soit plus que la malaria et le VIH/sida réunis. En Inde, dont le quart de la population vit sans électricité, l’accès à l’énergie se traduit par un taux de scolarisation plus élevé. Les enfants peuvent étudier après le coucher du soleil, de même, des journées de travail plus longues permettent aux femmes de monter leur entreprise ou aux entrepreneurs de de créer de nouveaux emplois. Les Nations Unies, en collaborationVoir

      • Pakistan : au parlement, les femmes œuvrent en faveur du changement

        19 mai 2014

        image
        RÉUNION D'UNE ORGANISATION COMMUNAUTAIRE DE FEMMES DANS LA COMMUNE DE Haripur, au Pakistan. ©PNUD AU PAKISTAN

        Au Pakistan, la réussite du processus d’édification nationale et la réalisation des objectifs de développement sont largement tributaires de la participation des femmes à la vie politique nationale. C’est pourquoi en 2002, le parlement pakistanais a mis en place un système de quotas permettant aux femmes d’occuper 17 % des sièges de l’ensemble des assemblées législatives. Même si elles représentent aujourd’hui 22 % des membres du parlement fédéral, de 2002 à 2007 les femmes n’ont pas pu accomplir grand chose, mise à part la Loi sur la protection des femmes. Elles ont toutefois accompli davantage au cours du mandat suivant (de 2008 à 2013), supervisant la mise en œuvre des politiques et soulevant des questions importantes au sein de chaque chambre. L’établissement de tels quotas ne peut pas, comme l’ont montré d’autres expériences à l’échelle mondiale, améliorer la qualité de la représentation des femmes. Ils ne fonctionneront pas tant qu’il ne leur sera pas permis de quitter leurs sièges et d’accéder aux fonctions plus importantes. Ces femmes ont remporté 13 sièges généraux en 2002, puis 16 en 2008. Elles n’ont cependant obtenu que 8 sièges à l’Assemblée nationale 2013.  Ces chiffres mettent en lumière la fragilité de la place des femmes dansVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus