Notre perspective

      • La lutte contre le sida, un combat toujours d’actualité

        29 nov. 2012

        image
        Programme de prévention et de soins VIH / SIDA au Sud-Soudan. Photo: PNUD au Sud-Soudan

        Les actions menées contre le VIH à travers le monde ont accompli des progrès remarquables. À la fin de l’année 2011, plus de 8 millions de personnes avaient accès à un traitement indispensable à leur survie, soit une augmentation de 20 % par rapport à 2003. Les nouvelles infections à VIH ont également diminué sensiblement dans de nombreux pays, notamment parmi ceux qui enregistrent une forte prévalence du virus. Cependant, l’exclusion sociale, les inégalités et les violations des droits de l'homme continuent de favoriser la propagation de l’épidémie et d’autres maladies, qui frappent de manière disproportionnée les femmes et les populations marginalisées. Celles-ci englobent notamment les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les consommateurs de drogues, les professionnel(le)s du sexe et les personnes transsexuelles. D’après un rapport de la Commission mondiale sur le VIH et le droit daté de 2012, les environnements juridiques discriminatoires et punitifs, la violence et autres sévices contribuent également à la propagation du VIH. Une meilleure application des mesures législatives protectrices, combinée à des politiques de protection sociales couvrant les personnes touchées par le virus, pourront permettre la mise en œuvre d’actions efficaces et inclusives, susceptibles de réduire à leur tour les inégalités etVoir

      • La justice internationale commence chez soi

        21 nov. 2012

        image
        Des juges timorais prête serment. Crédit: PNUD au Timor-Leste

        Pour les pays qui se remettent d’un conflit et les sociétés qui tentent de surmonter des traumatismes liés à la violence, le rétablissement de la justice et la condamnation de ceux qui violent les droits de l’homme peuvent constituer des premiers pas  capitaux vers la consolidation de la paix. En mars, la Cour pénale internationale (CPI) a rendu sa première sentence depuis sa création en 2002. Elle est chargée de l’investigation et de la poursuite des responsables de génocides et de crimes contre l’humanité. Le chef de guerre congolais Thomas Lubanga Dyilo a été déclaré coupable d’avoir utilisé des enfants de moins de 15 ans dans des conflits armés. Ce jugement marque le début d’une ère nouvelle, où la CPI sert de tribunal de dernier ressort. Cette notion de « complémentarité » constitue le principe fondateur de la CPI, qui estime que la responsabilité d’investigation et de poursuite des crimes graves incombe aux autorités nationales et aux États. Si les pays le désirent et le peuvent, la justice sera mieux rendue là où les crimes ont été commis. Cependant, la plupart des pays qui sortent d’une période de conflit n’ont pas les moyens de mener de telles investigations. Même s’il existeVoir

      • La transition démocratique exige des dirigeants courageux

        09 nov. 2012

        image
        Élections à l'Assemblée constituante, Tunisie 2011

        Nous avons récemment été témoins de changements dramatiques dans de nombreuses régions du monde. Des dirigeants autocratiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ont été évincés ou forcés de démissionner. Le Myanmar a choisi avec détermination la voie de la réforme. Des facteurs économiques, sociaux et politiques sont à l’origine de ces changements sociaux qui ont conduit la population à demander « pain, liberté et dignité » sur la place Tahir en Égypte, où nous avons constaté qu’une transition politique peut – bien que rarement — s’effectuer du jour au lendemain. Mais les régimes autocratiques laissent des legs, des structures économiques, des systèmes d’incitation et des institutions qui ne disparaissent pas dès qu’un dictateur quitte le pouvoir ou s’en écarte. Les droits politiques, les droits de l’homme, les politiques progressives sociales et économiques, l’attribution équitable des emplois et la primauté de l’état de droit, ne succèdent pas automatiquement aux moments de changements politiques importants. L’un des premiers choix que doivent faire ceux qui dirigent le processus de transition est donc de favoriser l’inclusion lorsqu’ils commencent à définir leur futur. Pour la légitimité et la longévité, le dialogue avec toutes les personnes concernées — la société civile, les universitaires, l’élite duVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus