Notre perspective

      • En souvenir des nombreuses victimes du cyclone Sandy

        09 nov. 2012

        image
        Les Conséquences de l'ouragan Sandy à Cuba. Photo ONU / PNUD / AIN FOTO / Juan Pablo Carreras

        Le cyclone Sandy a tué plus de 110 personnes en touchant les États-Unis le 29 octobre. Le coût des dégâts a été estimé à plus de 50 milliards de dollars aux États-Unis et la vie de millions de personnes a été bouleversée à New York, où je vis. Mais l’Amérique du Nord n’a été que le dernier des nombreux arrêts du parcours destructeur de Sandy. Sandy a été l’un des plus importants cyclones atlantiques jamais enregistrés. Les Bahamas, Cuba, la République dominicaine, la Jamaïque et de nombreux autres pays ont subi des pertes terribles. En Haïti, qui ne s’est pas encore complètement remise du tremblement de terre de 2010, plus de 54 personnes ont péri et plus de 200 000 personnes sont sans abri. Les agents de santé se démènent pour faire en sorte que les dommages de l’ouragan n’accélèrent pas la propagation de maladies infectieuses, notamment du choléra. À Cuba, près d’un million de personnes a été directement touché ; les toits de plus de 43 000 foyers ont été arrachés par les grands vents ; et au moins 375 centres sanitaires et 2 100 écoles ont été endommagés, tandis que de nombreux ponts et routes sont devenus impraticables. EnVoir

      • Il faut agir maintenant pour stopper le changement climatique

        08 nov. 2012

        image
        Une femme traverse un marché inondé à Port-au-Prince. L'ouragan Sandy est passé à l'ouest d'Haïti le 25 Octobre 2012. Photo Logan Abassi ONU / MINUSTAH

        Les ravages causés par l‘ouragan Sandy nous rappellent une fois de plus le potentiel destructeur des phénomènes météorologiques extrêmes – même dans un pays développé tel que les États-Unis, et même avec des mécanismes d’alerte et  d’aide d’urgence rapides. De Kingston en Jamaïque au quartier de Jamaica à New York, cet ouragan a eu un effet dévastateur qui, selon le Maire de New York, a encore été aggravé par le changement climatique. Mais, tandis que les pays développés consacrent des fonds toujours plus importants à créer des systèmes de protection contre les inondations, indemniser les agriculteurs et ajuster leurs thermostats aux étés de plus en plus chauds, les conséquences du changement climatique en Afrique s’avèrent catastrophiques : les récoltes sont mauvaises, les populations souffrent de la faim. Nous pourrions, en tant que communauté mondiale, passer à des économies vertes et inclusives qui corrigent les inégalités, encouragent le développement, et mettent un frein aux attaques constantes que subit notre écosystème. Pourquoi, dans ce cas, le monde ne fait-il pas plus d’efforts? Au niveau mondial, les réponses politiques restent très en retard par rapport aux recommandations faites par les scientifiques. On peut invoquer en premier lieu la brièveté des mandats politiques quiVoir

      • Lutte contre la corruption : des raisons d’être optimistes

        07 nov. 2012

        image
        "La lutte contre la corruption est l’affaire de tous" Photo: Kenny Miller / Creative Commons

        Chaque année, la corruption coûte plus de 5% du PIB mondial (2,6 billions de dollars), selon certaines estimations. Mais son coût en termes de dignité humaine est incalculable. La corruption sape la démocratie et les droits des communautés. En particulier celles qui vivent sur les terres de leurs ancêtres, au-dessus de ressources minérales ou entourés de biens appartenant au patrimoine commun.  Ces communautés risquent alors d’être exploitées par des entreprises ou des groupes d’intérêt qui s’arrangent pour ignorer ou contourner les mesures de protection sociale ou environnementale. Des procès pour corruption très médiatisés et la publication de listes de ressources ayant disparu de façon illicite ont fait croire à beaucoup que la lutte contre la corruption était une cause perdue. La faiblesse des agences anti-corruption, la porosité des institutions et l’opacité du financement des partis politiques ne fait que les conforter dans leur opinion. Il me semble pourtant que nous avons des raisons d’être prudemment optimistes pour les raisons ci-dessous. Premièrement, même si des lacunes persistent dans la pratique et l’application des lois, les instruments mondiaux et autres initiatives internationales ont gagné en nombre et en notoriété au fil des ans. Que ce soit au travers de conventions diplomatiques internationales, deVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus