Notre perspective

      • L'accès à la technologie peut aider à prévenir les conflits

        07 août 2012

        image
        A Muhanga, en RD Congo, de jeunes garçons montrent fièrement leurs téléphones cellulaires. Photo: UNESCO/ Ian Redmond

        Cette dernière décennie a été marquée par des progrès technologiques qui nous permettent de mieux comprendre d'autres peuples et d'améliorer notre capacité à écouter les autres. Plus de cinq milliards de personnes à travers le monde —environ 77 pour cent de la population mondiale —possèdent ou ont accès à un téléphone portable et les dix principaux sites de réseau social dans le monde cumulent plus de 4,6 milliards d'utilisateurs.     Avec la baisse du prix des technologies, de plus en plus de personnes qui n'avaient pas accès à ne serait-ce qu' un téléphone il y a encore dix ans, peuvent désormais utiliser ces nouveaux outils pour améliorer leurs vies; gérer un commerce; demander une aide d'urgence; défendre leurs propres intérêts; et également participer à la prévention de conflits. Les artisans de la paix tirent maintenant parti de ces nouvelles possibilités de réduire les conflits à l'échelle locale et mondiale. Par exemple, lors du référendum constitutionnel de 2010 au Kénya, des observateurs du processus de paix ont été formés, avec le soutien du PNUD, à reccueillir des informations et répondre rapidement aux messages reçus par SMS, permettant ainsi aux comités de paix locaux d'intervenir et d'atténuer les conflits naissants. Plus de 16 Voir

      • Un pas en avant dans la lutte contre les violations des droits de l'homme liées au VIH

        02 août 2012

        image
        Une femme et son enfant à Epembe, Kaokoland, Namibie (UN Photo/Alon Reininger)

        Dans une décision historique mais passée quasiment inaperçue, un tribunal namibien a statué cette semaine que des hôpitaux publics avaient illégalement stérilisé trois femmes séropositives. Bien que le juge n'ait établi aucun lien direct entre la séropositivité de ces femmes et leur stérilisation, sa décision ouvre la voie à des actions judiciaires par d'autres femmes qui prétendent avoir été contraintes de subir une stérilisation du fait qu'elles étaient contaminées par le virus qui provoque le sida, dans le cadre d'un effort visant à ralentir la propagation de la maladie dans ce pays du sud de l'Afrique. Ces femmes ont indiqué qu'on leur avait remis des formulaires autorisant la procédure juste avant ou après avoir donné naissance à leur enfant par césarienne, qu'elles l’ont signé à leur insu, alors qu'elles souffraient de douleurs aiguës ou qu'elles étaient en travail. Cette décision importante réaffirme les droits fondamentaux de toutes les femmes à bénéficier du principe primordial de consentement éclairé et souligne la vulnérabilité spécifique aux femmes et aux filles vivant avec le VIH en ce qui concerne leurs droits reproductifs.   Un rapport qui vient d'être publié par la Commission mondiale sur le VIH et le droit, une commission indépendante convoquée par le Voir

      • Myanmar : des problèmes humanitaires risquent de retarder le développement

        31 juil. 2012

        image
        Une fillette originaire du Myanmar fréquente l’école dans un camp de réfugiés à l’est du Bangladesh. Photo: Jared Katz, PNUD

        Le Myanmar est vulnérable aux catastrophes naturelles et aux crises humanitaires. Les Nations Unies et leurs partenaires, notamment les organisations non gouvernementales (ONG) nationales et internationales travaillent avec la population pour l’aider à y faire face. La pire catastrophe naturelle, et la plus récente, est celle du cyclone Nargis, qui s’est abattu sur le Myanmar les  2 et 3 mai 2008. Il a fait environ 140 000 morts, en même temps que 2,4 millions de personnes gravement touchées par les suites du sinistre. Le 22 octobre 2010 dans l’État de Rakhine, sur la côte occidentale du pays, le cyclone Giri a fait 45 morts et affecté quelque 260 000 habitants. Le 24 mars 2011, un tremblement de terre d’une magnitude de 6,8 sur l’échelle de Richter a frappé le sud de l’État de Shan, près des frontières thaï et lao. Ces catastrophes naturelles et d’autres encore ont causé des souffrances humaines incalculables. Des milliers de personnes ont dû reconstruire leur vie à partir de rien, et les conflits communautaires ont jeté sur les routes un grand nombre de personnes. Les populations locales et les représentants de l’État ont été les premiers à intervenir. Les voisins se sont héroïquement aidés les uns Voir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus
Helen Clark en action
  • 8670203246_6e5b1d064d_o
  • UN Development Chief Helen Clark visits Rwanda
  • Helen Clark visits Rwanda
  • UN Development Chief Helen Clark visits Rwanda
  • UN Development Chief Helen Clark visits Rwanda
  • UN Development Chief Helen Clark visits Rwanda

Suivez-nous sur Flickr