Notre perspective

      • Il est urgent de réglementer le commerce international des armes

        25 mars 2013

        image
        L'installation d'une armurerie à Kinshasa, en République Démocratique du Congo, a complété le processus de numérotation et de sécurisation des armes des policiers travaillant dans deux prisons. (Photo: Joseph Moura/ PNUD RDC)

        Grâce aux efforts déployés par des organisations telles que les Nations Unies, les guerres sont aujourd'hui plus rares qu'à tout autre moment dans l'histoire. Les tensions comme celles qui existent entre le Pakistan et l'Inde, la Corée du Nord et la Corée du Sud sont toujours d’actualité, mais les conflits intenses, c'est à dire ceux qui font plus de 1 000 morts par an, ont diminué de moitié entre 1980 et 2000, et continuent de baisser. Mais il est un peu trop tôt pour sabler le champagne. Au moment où les participants à la Conférence finale des Nations Unies à New York tentent d'élaborer le texte définitif du Traité sur le commerce des armes, la disponibilité généralisée des armes à feu est devenue un facteur favorisant la perpétration d'ignobles sévices et d'horribles souffrances à des millions de personnes. Plus d'un demi-million de personnes succombent à la violence meurtrière chaque année. Les guerres classiques se font plus rares et laissent la place à de nouvelles formes de violence. Ainsi, pour chaque décès survenu au cours d'événements liés à une guerre reconnue comme telle, on compte désormais neuf morts du fait de gangs ou de crimes organisés ; et ce type de conflitVoir

      • Journée internationale du bonheur : de nouvelles raisons de se réjouir

        20 mars 2013

        image
        Le Bhoutan, qui a lancé l'idée du bonheur national brut, a appuyé une résolution de l'Assemblée générale déclarant le 20 mars la Journée du bonheur. (Photo: Gill Fickling/UN Photo)

        Nous célébrons aujourd'hui la première Journée internationale du bonheur,  en vertu d’une résolution de l’ONU de 2012 déclarant que le bien-être est un objectif universel et appelant à envisager une croissance économique plus large et plus équitable, qui favorise le bien-être et le bonheur de tous les peuples. Selon le nouveau Rapport sur le développement humain du PNUD, le bien-être est en pleine progression et témoigne d’une croissance économique dans les pays en développement, faisant sortir des centaines de millions de personnes de la pauvreté et en propulsant beaucoup d'autres dans une nouvelle classe moyenne mondiale. Plus de 40 pays en développement ont réalisé des progrès plus importants que prévus dans le développement humain, parce qu’ils ont investi dans l'éducation, les soins de santé et les programmes sociaux, et se sont ouverts à un monde que les technologies de l'information et de la communication, ainsi que la mondialisation, ont rendu plus accessible. Le Mexique, pays hôte du lancement du Rapport sur le développement humain, est l’un de ceux-là.  Il est  considéré comme le premier pays à avoir élaboré des politiques proactives de développement, grâce auxquelles il a pénétré davantage les marchés mondiaux et pris des mesures sociales novatrices. Les résultats sansVoir

      • Objectifs de développement durable et l'après-2015 : l’importance de participer

        18 mars 2013

        image
        Des représentantes élues en Inde utilisent les ressources disponibles localement pour travailler avec la population. (Photo: Sephi Bergerson / PNUD Inde)

        Les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ont été un outil efficace pour placer le développement humain au cœur des programmes de politiques. Au cours des 1 000 jours qui nous séparent de l'échéance finale, nous nous attèlerons à aider les pays à accélérer la réalisation de leurs OMD. Dans le but d'aider à identifier les obstacles et à obtenir plus vite des résultats, le PNUD a lancé en 2010 un cadre d'accélération de la réalisation des OMD,  mis en œuvre avec beaucoup de succès dans 46 pays. Alors que l'échéance de 2015 pour les OMD approche, l'ONU entame une consultation mondiale générale sans précédent. Le processus de l'après-2015 est un véritable dialogue mondial, qui implique à la fois les pays en développement et les pays développés, la société civile, la jeunesse, le secteur privé, les collectivités locales, les parlementaires, les pauvres et les groupes marginalisés. Le prochain cadre de développement doit s'inspirer des leçons tirées des OMD pour assurer une bonne appropriation des futurs Objectifs de développement durable (ODD) par les institutions nationales, la société civile, le secteur privé et le monde universitaire. Les consultations en cours ont permis d'identifier un certain nombre d'aspirations importantes pour les ODD. Premièrement, un messageVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus