Notre perspective

      • Le développement à la croisée des chemins : Réflexions émanant de la région arabe

        10 juin 2014

        image
        Des réfugiés syriens au camp de Zaatari, en Jordanie. ©PNUD

        Ces dernières années, les pays arabes ont connu de profondes mutations. Deux aspects revêtent une importance particulière pour la région en matière de financement du développement.  Premièrement, la région jour un rôle grandissant en tant que fournisseur d'aide publique au développement (APD). Les pays du Golfe arabe fournissent chaque année plus de 3 milliards de dollars aux pays du monde entier. À elle seule, l’Arabie saoudite fournit plus de 100 milliards de dollars à près de 90 pays depuis les années 70. Deuxièmement, lors des débats sur l’après-2015, l'accent a été mis sur la nécessité d'adapter l’aide aux moteurs de changement dans le monde, tels que la montée en puissance des pays à revenu moyen et le pouvoir grandissant des mouvements sociaux : deux questions pertinentes pour la région.   Le monde arabe enregistre des progrès très rapides en matière de santé et d'éducation, d’importants indicateurs de développement. Toutefois, des écarts sociaux et économiques croissants caractérisent ce processus. La questions de l’exclusion et celle des inégalités sociales ont nourri la vague de mouvements sociaux qui a vu le jour en 2011. Ces mouvements ont revitalisé le secteur du développement, et ont rendu nécessaire une remise en question fondamentale de nos approches. Même si, dans leVoir

      • Les mégapoles peuvent-elles limiter les embouteillages ?

        06 juin 2014

        image
        Les infrastructures ne suffisent pas face à l'augmentation ahurissante du nombre de voitures dans les rues de la capitale bangladaise. ©Mohammad Asad/PNUD

        Comment les 15 millions d'habitants de la capitale bangladaise vont-ils au travail ? Lentement.  Un court trajet à Dhaka (environ 7 kilomètres) dure généralement plus d'une heure dans des bouchons interminables. Les transports sont une source de préoccupation pour tous les habitants, riches ou pauvres, qui perdent beaucoup de temps et sont au quotidien exposés à des niveaux de pollution et de stress élevés. Les embouteillages tristement célèbres de Dhaka représentent une perte de productivité de 3,86 milliards de dollars par an. Cela  représente 3,3 % du PIB de 2012 ! Au PNUD, nous sommes de fervents partisans, des inconditionnels même, des transports publics et du vélo. Au cours des dernières années, le vélo est devenu massivement populaire parmi les jeunes de la capitale! La solution nous paraissait donc évidente : installer des voies de circulation de bus et des pistes cyclables. Facile? NON, pas du tout ! Si c'était tout ce qu'il fallait faire pour venir à bout des embouteillages, cela aurait été fait depuis longtemps. Bien que  des milliards de dollars - littéralement - soient injectés dans la rénovation des infrastructures des transports, nous avions quand même l'impression d'avoir oublié quelque chose.  Notre équipe de spécialistes a découvert uneVoir

      • Énergie durable pour tous : comment « prêcher par l'exemple » ?

        04 juin 2014

        image
        Un réseau photovoltaïque a été installé à Kingston, en Jamaïque, pour alimenter les locaux du PNUD et d'autres agences de l'ONU en énergie renouvelable. ©PNUD Jamaïque

        La Jamaïque n'utilise pas l'électricité de façon rationnelle, révèle un récent rapport de Worldwatch Institute. Qui plus est, avec le kilowattheure à 0,42 dollars, les Jamaïcains ressentent de plus en plus le fardeau du coût de l'énergie, qui pèse directement sur le développement du pays.  Sans surprise, la société jamaïcaine – et le gouvernement – appelle à la baisse du coût de l'énergie, et initie de nouvelles alliances avec le secteur privé et les institutions instaurer des mesures assurant des économies d’énergie et la promotion tout en promouvant les solutions alternatives, à travers le Programme d'action national pour l'énergie. Le PNUD adhère à cette vision. Il soutient la Politique énergétique du gouvernement pour la période 2009-2030, qui vise à  transformer le secteur par la diversification des énergies et le renforcement de leur efficacité. La Jamaïque s’est fixé pour objectif d’atteindre un taux de 30 pour cent d'énergie renouvelable d'ici 2030, conformément à l'initiative Énergie durable pour tous du Secrétaire général des Nations Unies.  Le coût de l'énergie n'épargne personne, et les factures du PNUD le prouvent. Soucieux de prêcher par l'exemple, notre bureau a décidé de « joindre l'acte à la parole » et de se tourner vers une énergie non polluante.  C'est ainsi queVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus