Notre perspective

      • L’égalité des sexes est-elle une condition du développement durable ?

        30 juin 2014

        image
        De jeunes mères obtiennent un enseignement sur les soins de santé dans une clinique parrainée par le PNUD, à Hakha, dans l'État de Chin, au Myanmar. ©TOM CHEATHAM/PNUD

        Chaque fois que nous développons une nouvelle stratégie de développement, nous nous trouvons inévitablement confrontés à la même question : par quel angle devons-nous envisager l’égalité des sexes afin de « libérer le potentiel des femmes en tant que moteurs du développement durable » ? À l’aube de la mise en place du nouvel agenda pour le développement post-2015, l'histoire rappelle qu’il est nécessaire d’établir à la fois des objectifs précis et des politiques de genre prenant en compte la totalité de la population en termes d'éducation, de politiques économiques, d'accès à la propriété terrestre, à l'énergie, à la politique, à la santé, etc. Pour mieux comprendre ces enjeux, penchons-nous sur les résultats des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en matière d’égalité des sexes. À ce jour : • malgré les progrès effectués dans l'enseignement primaire, seuls 2 pays sur 130 ont atteint cet objectif dans l’ensemble des niveaux d'enseignement. • À l’échelle mondiale, 40 % des emplois salariés dans les secteurs autres que le secteur agricole sont occupés par des femmes. • Les espaces publics sont plus accessibles, mais au 31 janvier 2013, le nombre de parlementaires femmes dans le monde dépassait à peine les 20 %. LesVoir

      • Consommation et bien-être : avons-nous bien compris le problème ?

        27 juin 2014

        image
        Le boom de la consommation s’effectue dans les couches supérieures de la société latino-américaine. Photo : Mauricio Martínez @ PNUD Salvador

        Le philosophe slovène Slovo Zizek évoque souvent une blague bien connue dans l’Europe de l‘est des années 60. Un homme rentre dans un supermarché et interpelle le gérant. « J’imagine que vous n’avez pas de savon ? » Ce dernier lui répond : « Non monsieur, nous n’avons pas de papier toilette. Le magasin qui n’a pas de savon se trouve plus loin dans la rue. » Une frustration similaire se retrouve dans nos conversations sur le progrès et le développement en Amérique latine: nous avons l’impression d’être une  société incomplète, où ‘il manque quelque chose’. Nous avons besoin de données plus exhaustives pour mieux visualiser les modèles de consommation non viables, et mieux définir et étudier les différentes formes de la pauvreté. Il y a quelques semaines, la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes, publiait de nouvelles données sur la consommation, les dépenses et les prêts bancaires. Les premières conclusions sont les suivantes. Le boom de la consommation s’effectue au niveau des échelons supérieurs de la société latino-américaine. Les 20 % les plus riches représentent approximativement 50 % de l’ensemble des dépenses des ménages contre 7 % pour les 20 % les plus pauvres. Les résultats montrent également une transition dans la nature des dépenses. Les ménages quiVoir

      • Mesurer le progrès humain au 21ème siècle

        17 juin 2014

        image
        Les travailleurs de la décharge Santo Nino à Tacloban, aux Philippines, six mois après le passage du typhon Haiyan. ©Lesley WRIGHT/PNUD PHILIPPINES

        De tous les instruments statistiques, le Produit intérieur brut (PIB) est sans aucun doute celui qui a le plus influencé le monde moderne. L’année 2014 marque son 80ème anniversaire. Développé dans le but de mieux comprendre l’économie américaine pendant la Grande dépression, le PIB représente, comme tous les économistes le savent, la totalité de l’activité économique. Simon Kuznets, l’économiste Russo-américain à l’origine de sa création, a rappelé que « le bien-être d'une nation peut difficilement se mesurer par le niveau du revenu national » lors du congrès américain de 1934. Malgré sa mise en garde, de nombreux pays, y compris les États-Unis, ont depuis érigé la course à la croissance économique comme mot d’ordre de leur politique nationale. Quatre-vingt ans plus tard ans plus tard, des voix se lèvent contre l’ordre établi et exigent de meilleures méthodes pour redéfinir l’idée-même du progrès et les décisions politiques qui en découlent. Ces voix, toujours plus nombreuses et influentes, affirment que les mesures actuelles affectent nos comportements et que notre approche doit se baser avant tout sur le quotidien des personnes, en considérant la croissance économique plus comme un moyen qu’une fin en soi. Le PNUD, à travers la publication et la promotion de rapports nationauxVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus