Notre perspective

      • Le visage humain de la transformation du Myanmar

        13 sept. 2013

        image
        Les femmes dans l'État de Chin au Myanmar deviennent autonomes grâce à des formations en finance à travers des ateliers du PNUD. (Photo: PNUD Myanmar)

        Si vous suivez l’actualité du Myanmar, vous savez certainement que le pays subit simultanément trois profondes transformations : Construction de la nation : Il est en train de tourner la page de la guerre civile et de passer à une union solide et harmonieuse  Évolution politique : Après des décennies d’un régime militaire répressif, il jette les bases une démocratie participative  Évolution économique : D’une économie dirigiste fondée sur l’autarcie, il est en train de se transformer en une économie de marché Des centaines de pages et des milliers de câbles ont été écrits au cours des dix-huit derniers mois sur cette évolution (et épluchés scrupuleusement de Beijing à Bruxelles ou Boston). Rares sont les rapports au ton mesuré, et cela se comprend, car ces réformes auxquelles méritent en effet des adjectifs tels que « historique », « spectaculaire » et « sidérant ». Les mots manquent d’ailleurs pour décrire ce que nous observons dans ce pays : plus de 60 millions d’histoires où la vie d’un être humain prend un nouveau tournant ici et maintenant. Quelques exemples : - Dans l’ancienne capitale, Yangoon, un père ancien travailleur journalier peut lancer son entreprise grâce aux nouvelles opportunités qu’offre l’économie.  - À Mandalay, capitale commerciale du pays, une ancienne victime de la violence domestiqueVoir

      • Tuvalu s’adapte au changement climatique

        11 sept. 2013

        image
        Un projet luttant contre le changement climatique à Tuvalu aide les habitants de l'île à planter des plantes résistantes à la sécheresse et à cultiver des jardins potagers. (Photo: PNUD Fidji, Bureau multi-pays)

        À chaque fois que mon vol Air Pacific approche de Tuvalu, petite nation constituée d’un atoll de 9 îles habitées, et que je regarde cette étroite bande de terre par le hublot, mon esprit remonte au temps où les premiers polynésiens embarquèrent pour un long voyage il y a plus de 2000 ans. Je ne sais pas pourquoi ils ont enduré  le long et pénible voyage sur ce vaste océan, mais je sais pourquoi ils sont restés une fois arrivés sur ces îles connues sous le nom de Tuvalu : l’eau douce.   Mais, comme le changement climatique affecte les précipitations et que l’élévation du niveau des océans augmente la salinité de la nappe phréatique, l’eau est peut-être aussi la raison pour laquelle leurs descendants quittent maintenant leurs terres ancestrales. Les habitants de Tuvalu ne peuvent plus compter sur leurs eaux souterraines et dépendent entièrement de l’eau de pluie collectée et stockée dans des citernes.  En 2011, Tuvalu a connu l’une des plus grandes sécheresses de son histoire, ce qui a plongé le pays dans un état d’urgence nationale. Alors que la moyenne globale de consommation d’eau est de 100 litres d’eau par personne et par jour, les habitants de Tuvalu, eux,Voir

      • 40 ans après, l’exemple du Chili prouve que la liberté politique est cruciale pour le développement

        11 sept. 2013

        image
        Un enfant dans le bidonville de Juan Pablo II à Santiago, au Chili. Photo: Nicolas Pinto Tironi / PNUD

        Quarante ans après que le coup d’état qui a renversé le président Salvador Allende élu démocratiquement, on me demande toujours si l’on ne devait pas le miracle économique chilien au général Augusto Pinochet ? Suite au récent coup d’état en Egypte, le Wall Street Journal prétendait que « les Égyptiens seraient chanceux si leurs nouveaux dirigeants, prenant exemple sur Augusto Pinochet, s’entouraient de réformateurs libéraux et pilotaient la transition démocratique ». Pinochet incarne une contradiction troublante. Le général est loué pour avoir fait de l’économie chilienne l’une des plus prospères d’Amérique Latine. Pour ses apologistes, la brutalité et la corruption de son régime constituent le principal revers de la médaille. Si seulement Pinochet avait modernisé l’économie chilienne sans faire assassiner, torturer et exiler des dizaines de milliers de dissidents et ne s’était pas fait prendre avec comptes cachés à l’étranger. Ce sont les prédécesseurs de Pinochet qui ont jeté les bases de la modernisation économique dans un contexte démocratique. La réforme agraire des années 1960 et du début des années 1970 a permis au régime militaire de promouvoir le secteur de l’agro-industrie et une économie d’exportation. En 1970 le taux d’illettrisme était inférieur à 10 pour cent, la malnutrition et la mortalité infantile étaient en baisse etVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus