Notre perspective

      • L'État de droit commence par la justice et la sécurité

        20 sept. 2013

        image
        Abdul Wasa Antazar, district adjoint en Afghanistan, parle en faveur des droits des femmes, lors d'une formation sur l'accès à la justice du PNUD. (Photo: Farzana Wahidy / PNUD)

        Dans des pays comme la République démocratique du Congo, où les femmes sont constamment exposées aux violences sexuelles, ou le Guatemala, où la non-réparation des injustices du passé menace la réconciliation, c'est la même histoire : l'absence de justice et de sécurité engendre une culture de l'impunité. À terme, cela peut déstabiliser des pays, multiplier les risques d'hostilités et entraver la réalisation des objectifs de développement.   Pour soutenir les pays en conflit et les aider à renforcer leur résilience, il me paraît indispensable d'améliorer les services de justice et de sécurité, de moderniser les mécanismes judiciaires, d'accroître le nombre d'avocats et de juges, tout en leur apprenant à prendre les décisions justes, de rendre la police plus responsable et digne de confiance et de protéger et soutenir les rescapés des violences sexuelles et sexistes. Et pour que ce travail ait un effet durable, les citoyens doivent comprendre le système judiciaire et la protection à attendre des forces de sécurité et pouvoir y accéder. Beaucoup a déjà été accompli grâce à l'appui du PNUD et de ses partenaires, même si l'on ne prend en compte que l'année écoulée : •    Au Guatemala, les taux d'homicide ont baissé pour la troisième année deVoir

      • Sans diversité, point de démocratie

        19 sept. 2013

        image
        Des Libyennes montrent fièrement leurs doigts encrés après avoir voté aux élections générales du Congrès national le 7 Juillet 2012. Photo: Samia Mahgoub/PNUD

        L'histoire se répète, dit-on. En 2004, le PNUD a publié ce qui me semble être un de ses meilleurs Rapports sur le développement humain (RDH), La liberté culturelle dans un monde diversifié. La gestion de la diversité culturelle y est présentée comme un défi central de notre temps, et les choix politiques reconnaissant la diversité des ethnies, religions, langues et valeurs comme un aspect incontournable du paysage politique du 21e siècle. Mais les préconceptions subsistent toujours, comme le prédisposition supposée de certaines cultures au progrès en raison de leurs valeurs démocratiques inhérentes. En 2004 comme aujourd’hui le Rapport du PNUD a démontré que rien ne justifie l'alternative entre acceptation de certaines cultures telles qu'elles sont et promotion de la démocratie. Malheureusement, beaucoup continuent de la soutenir, citant l'exemple du « Printemps arabe » qui se fige en « Hiver islamique ». Au fil du temps, j'ai compris que la démocratie ne peut exister sans diversité. Mon travail au sein de la société civile et à l'ONU a fini par me convaincre que la prise en compte de la diversité au sens le plus large reste un des principaux défis de la démocratie et du développement. C'est une des leçons tirées de la vague de révolutionsVoir

      • Consolider les acquis démocratiques au Rwanda

        16 sept. 2013

        image
        Près de 75.000 bénévoles ont assisté les bureaux de vote lors des élections législatives au Rwanda. Photo @ Guillaume de Brier / ONUSIDA

        Le Rwanda est connu pour ses magnifiques paysages et une faune unique au monde. J’ai récemment vu le pays se distinguer par un fort taux de croissance et une baisse de la corruption, des centres-villes rénovés, et le taux de représentation le plus élevé des femmes au parlement (52 pour cent). Les prochaines élections parlementaires prévues du 16 au 18 septembre auront pour toile de fond les progrès en matière de gouvernance démocratique. Le gouvernement vient d’adopter une série de mesures permettant aux medias, à la société civile et aux partis politiques de jouer un rôle plus important dans le processus démocratique. Les candidats en lice, représentant les femmes, les jeunes et les handicapés vont se disputer 80 sièges. Près de 6 millions de personnes sont inscrites sur les listes électorales, soit une hausse une augmentation de 1,3 millions d’électeurs par rapport  au scrutin de 2008. Dans un souci d’efficacité et d’économie, la commission électorale nationale va recruter près de 75 000 volontaires pour s’assurer que le vote et le décompte des voies se déroule de manière libre, juste et transparente. Elle pourra ainsi faire baisser le prix du scrutin jusqu’à moins de 2 dollars par électeur, soit le coût leVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus