Notre perspective

      • 40 ans après, l’exemple du Chili prouve que la liberté politique est cruciale pour le développement

        11 sept. 2013

        image
        Un enfant dans le bidonville de Juan Pablo II à Santiago, au Chili. Photo: Nicolas Pinto Tironi / PNUD

        Quarante ans après que le coup d’état qui a renversé le président Salvador Allende élu démocratiquement, on me demande toujours si l’on ne devait pas le miracle économique chilien au général Augusto Pinochet ? Suite au récent coup d’état en Egypte, le Wall Street Journal prétendait que « les Égyptiens seraient chanceux si leurs nouveaux dirigeants, prenant exemple sur Augusto Pinochet, s’entouraient de réformateurs libéraux et pilotaient la transition démocratique ». Pinochet incarne une contradiction troublante. Le général est loué pour avoir fait de l’économie chilienne l’une des plus prospères d’Amérique Latine. Pour ses apologistes, la brutalité et la corruption de son régime constituent le principal revers de la médaille. Si seulement Pinochet avait modernisé l’économie chilienne sans faire assassiner, torturer et exiler des dizaines de milliers de dissidents et ne s’était pas fait prendre avec comptes cachés à l’étranger. Ce sont les prédécesseurs de Pinochet qui ont jeté les bases de la modernisation économique dans un contexte démocratique. La réforme agraire des années 1960 et du début des années 1970 a permis au régime militaire de promouvoir le secteur de l’agro-industrie et une économie d’exportation. En 1970 le taux d’illettrisme était inférieur à 10 pour cent, la malnutrition et la mortalité infantile étaient en baisse etVoir

      • Ni producteur, ni utilisateur : la Zambie et les munitions à fragmentation

        09 sept. 2013

        image
        Un survivant de deux accidents à la bombe à fragmentation en Iraq. De nombreux pays à travers le monde ont souffert de la dévastation causée par les armes à fragmentation, dont la Zambie qui essaie d'y mettre fin. (Photo: Giovanni Diffidenti)

        La Zambie connaît bien les problèmes liés aux munitions à fragmentation, des armes qui peuvent être larguées depuis les airs ou lancées du sol et libèrent des milliers d'éclats en explosant. Plus connues sous le nom de bombes à fragmentation, elles sont créées pour tuer des personnes, détruire des véhicules ou des bâtiments et se propager sur de vastes étendues. Les bombes qui n’explosent pas peuvent rester dissimulées pendant des années et constituent un grave danger pour les habitants déboisant les forêts ou travaillant dans les champs bien après que le conflit soit terminé. Une étude nationale menée en Zambie entre 2006 et 2009 révèle que des mines terrestres et des restes de munitions à fragmentation existent encore dans les régions frontalières  du pays. Ce cruel héritage de conflits voisins à la Zambie est une entrave au développement, et la coûteuse localisation et destruction de ces armes doit être assumé par un pays qui ne les a jamais produit ni utilisé. C’est une histoire ancienne et la Zambie n’est pas le seul pays concerné, de nombreuses communautés dans le monde étant les victimes de la dévastation causée par les munitions à fragmentation au fil des générations. Mais le slogan « ni producteur,Voir

      • L’emploi et la protection sociale au service d’une croissance inclusive

        30 août 2013

        image
        Un agriculteur et sa famille en Inde sont les bénéficiaires du Programme national de garantie d'emploi rural, qui a été outil efficace de protection sociale. (Photo: Samrat Mandal / PNUD Inde)

        Notre monde est monde secoué par des crises en tout genre qui peuvent freiner voire inverser les considérables acquis dans le domaine du développement humain. Il est même prouvé que certains indices de développement humain baissent dans des contextes de crise. Par exemple, après la crise asiatique de 1997, le taux de pauvreté de la République de Corée est passé de 2,6% à 7,3% en 1998. En Indonésie, le taux de pauvreté a presque doublé pour la même période. La protection sociale peut aider les populations, les familles et les économies à se remettre des crises économiques. Les pays disposant d’un système de protection sociale sont mieux armés pour y faire face et récupérer plus vite. Le Brésil, par exemple, fut l’une des dernières économies touchées par la crise et l’une des premières à remonter la pente. Une des principales raisons tient à l’augmentation des transferts d’argent liquide aux familles qui ont aidé à atténuer les effets négatifs de la crise. Mais, à moins de tenir compte d’autres facteurs économiques, toute protection sociale a ses limites. Le lien entre protection sociale et emploi est particulièrement important puisque les emplois, qui fournissent les aides de base, sont essentiels pour aider lesVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus