Notre perspective

      • La paix, enjeu majeur du développement durable

        11 juil. 2014

        image
        Une femme accueille les membres du Cadre d'appui technique pour la paix, la sécurité et la coopération, dans le camp de réfugiés de Mugunga près de Goma, en République démocratique du Congo. ©Sylvain Liechti/ONU

        L’Indice de paix mondial (GPI) est paru la semaine dernière. Il révèle que la sécurité diminue de façon significative chaque année depuis 2008 et que l’impact de la violence dans le monde s’élève à 9,8 mille milliards de dollars  (soit 11,3 % du PIB mondial). Malgré des progrès considérables effectués par de nombreux pays en développement au cours des dix dernières années dans le domaine de la réduction de la pauvreté, ces chiffres sont lourds de sens. Et ils nous rappellent à quel point la paix, la stabilité et la prévention des conflits sont liés aux enjeux du développement durable. Il est bien plus dur de combattre les inégalités et de répondre au besoin des populations en difficulté dans un monde où la paix est en retrait. Les pays les plus fréquemment victimes de violences sont aussi ceux dont les taux de pauvreté sont les plus élevés. Les habitants de pays instables et en situation de conflit sont deux fois plus susceptibles d’être touchés par la sous-nutrition que ceux des autres pays en développement. Leurs enfants ont trois fois moins de chance d’aller à l’école et le risque de mortalité infantile avant l’âge de cinq ans est deux fois plus élevé.Voir

      • Promouvoir le rôle des femmes dans l'édification de la paix

        08 juil. 2014

        image
        Les femmes et les filles sont affectées de façon particulière par les conflits armés et les catastrophes. ©PNUD RDC/Benoît Almeras-Martino

        « De nos jours, il est plus dangereux d’être une femme qu’un soldat en intervention. » Ces mots ne sont pas ceux d’une victime de conflits, mais ceux du Général de Division Patrick Cammaert, ancien commandant de division de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MINUSCO). Aujourd’hui, près de 90 % des victimes de conflits sont des civils, et les femmes constituent la catégorie la plus fragile. Victimes et témoins des conflits, elles sont pourtant mises à l’écart des processus de paix et de sécurité. Tout comme la question des armes, celle de l'argent ou du pouvoir, la thématique des dialogues de paix est en effet admise comme étant l'apanage des hommes. On ignore trop souvent les connaissances des femmes dans ce domaine ainsi que leur potentiel à agir pour la paix. Pourtant, qu’elles soient survivantes ou témoins de violences, médiatrices ou gardiennes des mœurs ou qu’elles subviennent aux besoins de leur communauté, les femmes ont toutes un rôle majeur à jouer pour rompre le cycle vicieux du conflit. Elles bénéficient d'un recul plus important et peuvent apporter des solutions innovantes afin de mener les conflits à terme. Aux Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD),Voir

      • L’égalité des sexes est-elle une condition du développement durable ?

        30 juin 2014

        image
        De jeunes mères obtiennent un enseignement sur les soins de santé dans une clinique parrainée par le PNUD, à Hakha, dans l'État de Chin, au Myanmar. ©TOM CHEATHAM/PNUD

        Chaque fois que nous développons une nouvelle stratégie de développement, nous nous trouvons inévitablement confrontés à la même question : par quel angle devons-nous envisager l’égalité des sexes afin de « libérer le potentiel des femmes en tant que moteurs du développement durable » ? À l’aube de la mise en place du nouvel agenda pour le développement post-2015, l'histoire rappelle qu’il est nécessaire d’établir à la fois des objectifs précis et des politiques de genre prenant en compte la totalité de la population en termes d'éducation, de politiques économiques, d'accès à la propriété terrestre, à l'énergie, à la politique, à la santé, etc. Pour mieux comprendre ces enjeux, penchons-nous sur les résultats des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en matière d’égalité des sexes. À ce jour : • malgré les progrès effectués dans l'enseignement primaire, seuls 2 pays sur 130 ont atteint cet objectif dans l’ensemble des niveaux d'enseignement. • À l’échelle mondiale, 40 % des emplois salariés dans les secteurs autres que le secteur agricole sont occupés par des femmes. • Les espaces publics sont plus accessibles, mais au 31 janvier 2013, le nombre de parlementaires femmes dans le monde dépassait à peine les 20 %. LesVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus