Notre perspective

      • Les quotas de femmes en politique : mythes et réalités

        09 déc. 2013

        image
        Femmes parlementaires au Salvador

        Au plan mondial, les parlements ne comptent encore que 21,4 pour cent de membres de sexe féminin. Et même si l’Amérique latine a plus de 24 pour cent de femmes parlementaires (l’un des pourcentages les plus élevés au monde), la région a encore bien du chemin à faire pour arriver à la parité des sexes. Le fait d’imposer des quotas est une idée née en Europe qui s’est rapidement propagée sur d’autres continents. Cette mesure temporaire a permis de renforcer la participation politique des femmes lorsqu’elle a été adoptée pour encourager les partis politiques à nommer un pourcentage minimum de femmes. Il peut s’agir d’une décision des partis eux-mêmes ou d’une mesure légale qui impose à ceux-ci d’inscrire un certain nombre de candidates sur leurs listes. Certains mythes persistent, cependant :   Mythe 1 : « Les quotas sont en contradiction avec le principe de l’égalité devant la loi. » Cet argument se fonde sur l’hypothèse qu’hommes et femmes bénéficient réellement des mêmes opportunités pour se présenter aux élections. Mais il est loin de refléter la réalité. Dans de nombreux pays, les femmes peuvent voter mais ne peuvent se faire élire. Il est prouvé dans les faits qu’hommes et femmes n’ontVoir

      • L'égalité des sexes au travail, une priorité absolue pour le développement

        02 déc. 2013

        image
        Au Togo, où seuls les hommes peuvent hériter, une femme laboure la terre. ©PNUD Togo

        « L'avenir est sombre pour nous, petites exploitantes agricoles », a indiqué une organisation togolaise lors de l'enquête Le monde que nous voulons, relative aux prochains objectifs de développement. Comme le veut la coutume locale, disent-elles, « Seuls les hommes héritent de la terre, même si les femmes font l'essentiel des travaux champêtres. Ainsi, nous restons dépendantes des hommes, sous le joug de la pauvreté. » Les lois discriminatoires font partie des nombreux obstacles à la participation économique des femmes. Normes sociales, absence d'autonomie et accès limité aux ressources constituent autant de facteurs bloquants, et le coût est colossal, surtout dans les pays pauvres et émergents. Les inégalités entre les sexes n'épargnent aucun continent ou secteur. Productivité plus faible, parcelles plus petites et cultures moins rentables sont généralement le lot des cultivatrices. Pour les femmes salariées, ce sont les emplois temporaires ou à temps partiel et les faibles chances d'avancement. Au Mexique et au Honduras, les femmes représentaient 70 pour cent des licenciements liés à la crise économique mondiale. Dans les économies avancées, les femmes gagnent 16 pour cent de moins que les hommes, y compris à poste égal, et sont moins présentes aux postes de responsabilité et dans l’entreprenariat. L'élimination de ces inégalitésVoir

      • Le rôle central de l’accès à l’énergie moderne pour un meilleur avenir

        27 nov. 2013

        image
        Réchauds à faible consommation d'énergie en vente à Kampala, Ouganda.Photo

        Atteindre les 1,3 milliards de personnes qui n’ont pas accès à l’électricité et les 2,6 milliards de consommateurs qui n’ont pas accès à des modes de cuisson peu polluants est un défi majeur pour le développement humain, mais aussi une formidable opportunité pour les entreprises et les investisseurs. Comment faire progresser ce marché? Nouer et appuyer davantage de partenariats pour élargir le champ d’action? Quel rôle peuvent jouer les organisations internationales pour faire progresser l’agenda en matière d’accès à l’énergie ?   Nos expériences combinées peuvent catalyser ce mouvement et permettre d’offrir une plus large gamme de produits et de services énergétiques de qualité, à des prix abordables, à ceux qui sont tout en bas de la pyramide.   C’est précisément ce que cherche à faire l’initiative mondiale CleanStart, financée conjointement par l’UNCDF et le PNUD, en offrant aux ménages pauvres des possibilités de micro-financement pour accéder rapidement à l’énergie propre. Au Népal, où 87,1 pourcent de la population dépendent toujours de biocombustibles traditionnels pour faire la cuisine et se chauffer, $1,3 millions ont été investis sur quatre ans  (2012-2015) pour développer le micro-financement à grande échelle, afin de permettre aux populations pauvres d’accéder à des formes énergétiques plus propres etVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus