Notre perspective

      • Visibilité des transgenres : l’initiative « Sida Tchê »

        13 févr. 2014

        image
        Des militants transgenres dans le centre ville de Porto Alègre, au Brésil. ©Daniel de Castro/UNDP Brazil.

        La Semaine de la visibilité des transgenres vient de s'achever à Porto Alegre, au Brésil, avec trois jours de manifestations et de projets appuyés par l’initiative Sida Tchê, dans le cadre du Plan intégré d’d'aide aux régions les plus pauvres et les plus reculées du pays de l’ONU. Porto Alegre est la ville brésilienne au taux de séroprévalence le plus élevé  : 99,8 pour 100 000, alors que la moyenne nationale est de 17,9. Une étude récente dans l’un des hôpitaux de la ville montre qu’il est particulièrement élevé chez les femmes transgenres. « Si l’on examine les données sur les transsexuelles habitant la zone métropolitaine de Porto Alegre, on s’aperçoit que leur risque d’infection au VIH est 14,5 fois plus élevé.  Ces chiffres placent les femmes transgenres parmi les groupes les plus exposés à l’épidémie », explique le chercheur Brandelli Angelo Costa. La stigmatisation et la discrimination à l’égard des transgenres sont considérées comme la raison principale de cette vulnérabilité accrue La violence qui accueille la simple expression quotidienne de leur identité les exclut du processus de développement, restreint leurs choix de vie et leur interdit de combler des besoins essentiels comme l'accès à une éducation formelle, à un emploiVoir

      • Croissance et inclusion : Un plan en quatre points pour l’Afrique

        03 févr. 2014

        image
        Développer le secteur de l’agriculture peut être un moyen de réduire efficacement la pauvreté dans les zones rurales. ©PNUD Burundi

        Favoriser le développement inclusif en Afrique tout en prévenant les conflits et réduisant de la pauvreté requiert des efforts durables. Premièrement, le continent est confronté à la difficulté de bâtir des économies capables de créer des emplois et une meilleure égalité des chances pour tous. Pour beaucoup de pays, mieux gérer les revenus générés par les ressources minières sera la clé de la diversification économique, de même que le réinvestissement de ces revenus dans les communautés au travers d’infrastructures et de services sociaux de qualité. Développer le secteur de l’agriculture, qui emploie jusqu’à 60 % de la main-d’œuvre africaine et principalement des femmes, peut être un autre moyen efficace de réduire la pauvreté dans les zones rurales, là où vivent beaucoup de groupes marginalisés. Deuxièmement, les populations défavorisées doivent avoir un accès égalitaire à la représentation politique, pour pouvoir participer à la prise de décisions et bénéficier du même niveau de développement à l’échelle nationale et locale. Lorsque des élections sont organisées, la participation à la vie politique peut aussi prévenir les cas de fraude, et la violence électorale. Il est aussi particulièrement important de faire participer les jeunes pour éviter les conflits. Au Kenya par exemple, les principes d’égalité etVoir

      • Un effort conjoint : réflexions sur la faisabilité politique de la réduction des inégalités

        31 janv. 2014

        image
        En Somalie, une femme récolte l'eau d'une marre creusée grâce à un programme de soutien du PNUD aux communautés affectées par la sécheresse. ©PNUD Somalie

        Les inégalités occupent désormais une place prépondérante dans de nombreuses discussions sur le développement en général, et le programme de développement pour l’après 2015.  Cela n’est pas surprenant.  Le dénuement au coeur de l’abondance demeure la réalité quotidienne de centaines de millions de ménages dans le monde. Dans le même temps, une myriade de facteurs économiques, sociaux et culturels perpétuent les désavantages dont souffrent les groupes victimes de discriminations – les femmes, les personnes handicapées, les minorités ethniques et les personnes vivant dans les communautés rurales, pour n’en citer que quelques-uns. Malgré des progrès économiques impressionnants, l’humanité demeure profondément divisée.    Pour faire avancer le débat sur les causes et effets des inégalités ainsi que les manières de réduire ces inégalités, le Bureau des bonnes pratiques en matière de réduction de la pauvreté du PNUD a présenté un rapport portant sur certaines de ces questions. Parmi elles figure la question de la faisabilité politique de la réduction des inégalités, sur laquelle je vais faire porter cet exposé.  Une enquête mondiale ciblant les 375 décideurs politiques de 15 pays réalisée dans le cadre du rapport montre que les décideurs du monde entier considèrent la réduction des inégalités comme une priorité politique essentielle.Voir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus