Notre perspective

      • Cap sur Rio : construire l’avenir durable que nous souhaitons tous | Rebeca Grynspan

        22 mars 2012

        image
        Le développement durable doit rassembler les dimensions environnementale, économique et sociale avec pour objectif une croissance verte et déterminée. Il doit etre centré sur les individus et promouvoir les droits, les opportunités, les choix et la dignité Photo: PNUD

        Tout comme le développement ne peut se limiter à une croissance économique, la durabilité ne signifie pas uniquement la protection de l’environnement. Le développement doit être centré sur la personne et défendre les droits, les chances, les choix et la dignité de chacun. Pour réussir, la croissance doit non seulement tenir compte de l’environnement, mais aussi assurer le progrès social et contribuer à l’élimination de la pauvreté ; essentiellement, elle doit aussi être inclusive. Les principes d’équité et d’inclusion doivent également s’étendre aux débats sur la responsabilité et la coopération mondiales. Le Rapport du Groupe de haut niveau sur la viabilité mondiale et le Rapport mondial sur le développement humain ont tous les deux insisté sur une meilleure intégration des dimensions économique, sociale et environnementale du développement. Ces trois mêmes piliers ont été pris en compte il ya 20 ans à Rio. Maintenant, nous devons nous poser la question: Quelles sont donc les priorités à aborder à Rio + 20 pour faire progresser le développement durable? 1)    Le dialogue doit inclure tous les secteurs: la communauté environnementale, humanitaire, le secteur privé et autres partenaires devraient être activement impliqués. 2)    Les trois piliers - environnemental, social et économique - ainsiVoir

      • Lutter contre la hausse de la violence dans les Caraïbes | Heraldo Muñoz

        20 mars 2012

        image
        Douze des 20 pays les plus violents au monde se trouvent en Amerique Latine et dans les Caraibes, ou vit 8.5% de la population mondiale, mais qui represente 27% des homicides. Photo: UNDP

        Douze des vingt pays les plus violents au monde se trouvent en Amérique Latine ou dans les Caraïbes. Avec 8,5 pour cent de la population mondiale, ils comptent 27 pour cent des homicides commis dans le monde. Les conséquences sont dévastatrices, comme le montrent le premier Rapport du PNUD sur le développement humain aux Caraïbes et un rapport antérieur sur le développement humain en Amérique centrale. Le rapport intitulé Human Development and the Shift to Better Citizen Security (Développement humain et Transition à une sécurité accrue des citoyens) montre que le taux d'homicides a considérablement augmenté au cours des 12 dernières années dans l'ensemble des Caraïbes, à l'exception de la Barbade et de Suriname, alors qu'il a diminué ou s'est stabilisé partout ailleurs. L'étude portant sur Antigua-et-Barbuda, la Barbade, la Guyane, la Jamaïque, Sainte-Lucie, Suriname et Trinité-et-Tobago, montre qu'une très grande partie de cette violence provient de la criminalité transnationale organisée, très active aux Caraïbes. Bien qu'à la Jamaïque le taux d'homicides ait baissé après la conclusion du rapport, jusqu'à atteindre son niveau le plus bas en sept ans (1 124 en 2011), le pays enregistre le taux d'homicides le plus élevé des Caraïbes et se place à la troisième placeVoir

      • Développement humain : l’importance de l’équité et de la durabilité / Helen Clark

        17 mars 2012

        image
        Rivière assechée a Dhaka au Bengladesh. Photo: Mohammad Rakibul Hasan/UNDP

        Depuis 1990, année charnière pour la mesure des progrès dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, des millions de personnes sont sorties de la pauvreté. La scolarisation de tous les enfants est à portée de main et bien moins de vies sont sacrifiées à la faim et la maladie. Partout les gens sont en meilleure santé, plus riches et mieux éduqués que jamais auparavant. Pourtant, l’ensemble des chiffres cache certaines vérités dérangeantes : on est loin d’avoir mis fin à la pauvreté, dont l’élimination est encore un vaste chantier inachevé ; l’inégalité augmente dans beaucoup de pays ; et de nombreuses contraintes pèsent sur les écosystèmes de notre planète. Nous  devons d’abord comprendre combien il importe que toutes les décisions portant sur les volets économique, social et environnemental du développement durable soient cohérentes et concertées. Un bon exemple pour faire avancer simultanément les trois volets du développement durable est d’élargir l’accès aux sources d’énergie renouvelables. Cela permettra d’améliorer les niveaux de vie, de poursuivre la croissance économique et de maintenir l’équilibre environnemental. Ainsi, les objectifs d’équité et de durabilité doivent progresser d’un même front. L’inclusion et l’équité sont les conditions indispensables du développement durable. Tout comme le développementVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus