Notre perspective

      • Un avenir où loi et justice sont accessibles à tous

        05 oct. 2012

        image
        Roms à Osh, au Kirghizistan. Photo: PNUD Europe et Asie Centrale

        Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ont été couronnés de succès à de nombreux égards. Clairs, quantifiables et d’application  universelle,  ils ont offert une perspective de développement pour 140 gouvernements au sud et un programme cohérent de coopération à  50 autres gouvernements au nord. Mais de nouveaux défis sont apparus. Pour que le développement soit efficace, inclusif et durable, il doit se baser sur des valeurs, des systèmes et des institutions de gouvernance. Pour formuler le programme  post-OMD il faudra   être ouvert, et refléter les demandes et les priorités des populations les plus touchées par la politique de développement, c’est à dire les plus pauvres et les groupes marginalisés. Récemment, Mme Aminata Touré, ministre de la Justice au Sénégal, a remarqué que même si les jeunes de son pays font preuve de patience face à  la lenteur du développement social et des infrastructures, ils ne supportent plus les injustices qui affligent leur société. Dans le Financial Times de la semaine dernière, George Soros et Sir Fazle Abed estiment que l’identité juridique et l’enregistrement des naissances sont des droits universels, essentiels pour profiter de nombreux objectifs du développement tels que l’éducation, la santé et l’accès à l’emploi. Cet objectif contribueVoir

      • La Somalie, porteuse d'immenses promesses d'avenir

        28 sept. 2012

        image
        73% des Somaliens ont moins de 30 ans, ce qui fait de la Somalie un des pays les plus jeunes au monde. © PNUD Photo/Alistair Lyne

        Pendant des décennies, le monde n’a reçu que de mauvaises nouvelles en provenance de la Somalie. Anarchie, famine, piraterie et conflits ont forgé notre vision globale de ce petit pays de la corne de l’Afrique. Pourtant, au-delà des actualités qui font les gros titres, la Somalie est porteuse d'immenses promesses d'avenir. En effet, outre sa position stratégique, le pays dispose d'un secteur agricole prometteur et les récentes estimations indiquent que son sol pourrait également être riche en pétrole. Cependant, ce ne sont ni l'emplacement géographique ni les ressources naturelles qui peuvent propulser le pays vers un avenir meilleur. Seul le peuple somalien détient ce pouvoir; et les jeunes, pleins d'espoir, sont la clé de l'avenir en Somalie. L'édition 2012 du Rapport sur le développement humain en Somalie met l'accent sur le remarquable potentiel que représente l'autonomisation des jeunes, et la possibilité pour eux de devenir un vecteur de consolidation de la paix et du développement dans ce pays caractérisé par des contrastes saisissants. Aujourd'hui, 73 pour cent des Somaliens ont moins de 30 ans, ce qui fait de la Somalie un des pays les plus jeunes au monde. Généralement, les jeunes vivant dans des zones de conflit ou de post-conflit sontVoir

      • Systèmes de justice coutumiers : l’heure de l’engagement

        26 sept. 2012

        image
        Les femmes prennent part à une réunion de village en Inde. Photo: Sephi Bergerson / PNUD Inde

        Dans certains pays en développement, les systèmes de justice informels ou traditionnels résolvent plus de 80 pour cent des différends, allant des conflits liés au bétail aux litiges contractuels, en passant par ceux liés aux dots et aux divorces. L’impact de ces mécanismes est beaucoup plus important sur les femmes et les enfants. Un nouveau rapport (anglais), commandé par le PNUD, l’UNICEF et ONU-Femmes, et préparé par l’Institut danois des droits de l'homme, constitue à ce jour l’étude la plus complète dont disposent les Nations Unies sur ce domaine complexe de la justice. Il tire les conclusions de recherches menées au Bangladesh, en Équateur, au Malawi, au Niger, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en Ouganda et dans douze autres pays en développement. Selon ses auteurs, ces systèmes font partie intégrante de la justice dans nombre de pays où le PNUD intervient pour améliorer les conditions, les moyens de subsistance et les capacités des institutions publiques. Les faits montrent l’impact direct de ces systèmes sur l’autonomisation des femmes et des enfants sur le plan juridique, s’agissant notamment des mariages et des divorces coutumiers, de la garde des enfants, des questions d’héritage et des droits de propriété. Le moment est venu de s’engager résolument en faveurVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus