Notre perspective

      • Renaissance africaine : ne pas relâcher les efforts | Helen Clark

        24 mai 2013

        image
        Des femmes au Burundi recyclent des déchets dans le cadre du programme de réinsertion des rapatriés et des anciens combattants dans la société. (Photo: PNUD Burundi)

        Il y a 50 ans, les dirigeants des pays d’Afrique indépendants réunis à Addis-Abeba signaient la charte fondatrice de l'Organisation de l'unité africaine (OUA). Celle-ci avait pour vocation de promouvoir la solidarité et l’unité au sein des États africains, de débarrasser le continent des derniers vestiges de la colonisation et de l'apartheid, et d’encourager la coopération pour favoriser le développement. Le continent africain compte quelques-unes des économies les plus dynamiques au monde, une tendance qui devrait se poursuivre. Nombreux sont les pays d’Afrique qui ont accompli d’importants progrès dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement : de plus en plus d’enfants sont scolarisés, l’extrême pauvreté recule, la proportion des femmes élues est en hausse et la lutte contre le VIH enregistre des avancées significatives. Parallèlement, les échanges, les investissements et la coopération en matière de développement avec les économies émergentes sont en plein essor, ce qui a grandement contribué à faire reculer la pauvreté. Ce sont d’autres pays et des fonds régionaux de l’hémisphère Sud qui ont financé quasiment la moitié des infrastructures construites en Afrique subsaharienne ces dix dernières années. La croissance de l’Afrique a donc partie liée avec l’émergence de l’ensemble des pays du Sud. DeVoir

      • Des institutions honnêtes et réactives pour combattre les inégalités

        06 mai 2013

        image
        Une participante dépose son bulletin de vote à une simulation des élections au Kenya. (Photo: Ricardo Gangale / PNUD Kenya)

        Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ont beaucoup contribué aux progrès effectués au cours de la dernière décennie, caractérisé dans le dernier Rapport sur le développement humain par l'« essor du Sud ». Toutefois, beaucoup reste à faire dans la mesure où le fossé entre riches et pauvres ne cesse de s'agrandir. Le respect de la promesse des OMD a été entravé par nombreux obstacles, dont les carences en matière de gouvernance et de responsabilité, une réalité reconnue par divers acteurs du développement. La Consultation thématique mondiale sur la gouvernance, un dialogue global grâce auquel tous les citoyens peuvent contribuer à façonner l’agenda de développement après-2015, a porté sur les questions clés suivantes :     - qui doit être chargé de veiller à la réalisation des objectifs de l'Après-2015,     - comment concilier les objectifs et cibles de la gouvernance mondiale avec les engagements internationaux,     - et comment les adapter au niveau national.Trop souvent, les populations tirent peu de profit  de l'exploitation des ressources naturelles locales. D'où les inégalités grandissantes, les sociétés divisées, l'instabilité et les conflits. Des institutions transparentes et responsables sont essentielles pour répondre aux besoins des citoyens et utiliser les ressources publiques de façon efficace et équitable. IlVoir

      • L'énergie propre préserve l'environnement, et plus encore | Helen Clark

        03 mai 2013

        image
        L'Ethiopie compte investir 150 milliards de dollars au cours des deux prochaines décennies pour devenir un pays neutre en carbone d'ici 2025. Photo: PNUD en Ethiopie

        Les bienfaits de l'énergie durable vont au-delà de l'environnement, enpermettent aux enfants d'étudier la nuit et aux dispensaires de conserver leurs vaccins, mais aussi de soulager les femmes des tâches ménagères harassantes et de la fumée nocive du feu de bois. L’énergie durable crée un cadre propice à une vie meilleure et plus productive. L'Allemagne, par exemple, s'est développée avec une forte empreinte carbone, mais elle montre aujourd'hui la voie en doublant la part des énergies renouvelables dans son bouquet énergétique de 2006 à 2012. J'en conclus qu'avec des dirigeants courageux et des politiques clairvoyantes, la transition vers un modèle plus durable est possible. Il n'y a pas d'autre choix si nous voulons éviter une hausse irréversible de la température de la planète et ses conséquences prévisibles : les citoyens des pays développés seraient contraints de financer des systèmes de protection contre des inondations de plus en plus élaborés, d'indemniser les pertes de récoltes des fermiers et d'ajuster leurs thermostats pour résister aux vagues de chaleur. En Afrique subsaharienne, le changement de régimes météorologiques et  la multiplication de phénomènes climatiques extrêmes impacteront les récoltes et l’approvisionnement en eau.  En visite au Sahel l'année dernière, j'ai pu constater la souffrance humaine qu'imposentVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus