Notre perspective

      • Protection de l'environnement et lutte contre la pauvreté vont de pair pour un avenir durable

        12 juin 2013

        image
        Aborder les questions sur la relation pauvreté-environnement est essentiel pour atteindre un développement durable. Ci-dessus, des enfants au Rwanda. (Photo: PEI)

        À l'approche de 2015, une question domine le programme mondial pour le développement : par quoi remplacer les objectifs du Millénaire pour le développement ? Douze ans après la Déclaration du Millénaire, les indicateurs montrent que, sans protection des écosystèmes, les progrès réalisés en termes d'assistance aux plus démunis restent à la traîne. En Tanzanie, la production des petits agriculteurs baisse dramatiquement suite à la dégradation des sols. Au Bangladesh, les communautés sont confrontées à des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles à cause du changement climatique. Privés de leurs principales ressources économiques par la déforestation, les peuples indigènes d'Amérique latine et d'Asie du Sud-est cherchent d'autres moyens de subsistance. Il est désormais clair que le programme de développement pour l'après-2015 doit lier pauvreté et environnement s'il veut induire un changement durable. Les efforts d'intégration des trois volets du développement durable (social, environnemental et économique) en une seule approche remontent aux années 1980. Mais, en dépit des progrès effectués dans de nombreux domaines, ces plans n'ont pas réussi à induire un changement institutionnel à long terme. Souvent, les institutions internationales ont élaboré des plans nationaux exhaustifs pour la durabilité sans y associer les ministères des Finances ou du Plan des pays concernés.Voir

      • Prêts à soutenir la transformation nationale au Myanmar | Toily Kurbanov

        07 juin 2013

        image
        La construction de cette école fait partie des micro-projets financés par le PNUD à Bangan, Myanmar. (Photo: Mark Garten / UN Photo)

        Après 20 ans de restrictions opérationnelles, le PNUD, avec ses partenaires et d’autres organisations internationales telles que la Banque mondiale, est fin prêt à aider le Myanmar à sortir de la pauvreté généralisée et de l’isolement, après 18 mois d’ouverture et de réformes sans précédent. Le chemin qui reste à parcourir est encore long et semé d’embûches, mais les promesses et le potentiel du Myanmar sont encourageants, compte tenu de la population nombreuse et jeune, des vastes ressources naturelles, de sa position stratégique à proximité des économies émergeantes de la Chine, de l’Inde et de l’Asie du Sud-Est, ainsi que de son ferme engagement en faveur des réformes. Si le PNUD travaille au Myanmar depuis les années 1960, son mandat a été limité en 1993 à des interventions au niveau local, épargnant le régime. Nous avons directement aidé les communautés en soutenant leurs moyens de subsistance et les projets d’infrastructure, tels que la construction de logements anticycloniques. Aujourd’hui, nous engageons le gouvernement à contribuer à maintenir la dynamique engagée grâce à ses réformes politiques et socioéconomiques. Notre nouveau programme de pays (PDF, anglais) met fortement l’accent sur une gouvernance adaptative, transparente et démocratique – élément au cœur du travail réalisé parVoir

      • Après 2015 : un seul calendrier du développement pour tous | Olav Kjørven

        30 mai 2013

        image
        Près de 750 000 habitants de 194 pays se sont exprimés à ce jour. (Photo: PNUD Vietnam)

        L’idée d’un « calendrier du développement unique et universel » est au cœur du rapport que le Président de l’Indonésie a remis le 30 mai au Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon. Le Groupe de haut niveau sur le programme de développement pour l’après-2015, co-présidé par le Président Susilo Bambang Yudhoyono d’Indonésie, la Présidente Ellen Johnson Sirleaf du Liberia et le Premier ministre du Royaume-Uni David Cameron a été créé par le Secrétaire général pour contribuer au débat sur une vision audacieuse mais pragmatique du monde que nous voulons après 2015. Les 80 pages du rapport, résultat d’une année de délibération, donnent amplement matière à réfléchir. « On aurait tort de jeter les Objectifs du Millénaire pour le Développement au panier et de recommencer à zéro », note le groupe, reconnaissant l’utilité de huit objectifs simples, auxquels chacun peut souscrire. Les résultats obtenus forment une base solide pour un nouveau plan et permettent de poser les fondations d’un programme plus ambitieux. Le rapport propose cinq changements d’approche : éliminer l’extrême pauvreté, construire l’avenir autour d’un développement réellement durable, transformer les économies pour favoriser la création d’emplois et la croissance inclusive, forger un partenariat répondant à un nouvel esprit  et travaillerVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus