Notre perspective

      • La résilience face aux catastrophes? Il y a une application pour ça!

        18 mars 2015

        image
        Aux Philippines, avec l'aide du PNUD, les autorités locales renforcent leurs capacités à communiquer en cas de désastres grâce à des formations et l'utilisation de nouvelles technologies. ©Hari Krishna Nibanupudi/PNUD

        Les téléphones portables contribuent à révolutionner la façon dont nous protégeons les communautés des catastrophes, qu’il s’agisse de simples messages d’alerte rapide sous forme de SMS ou de « cartes de zones à risques » sur écrans tactiles. Ces innovations offrent de nouvelles manières de partager des informations permettant de sauver des vies, mais elles permettent également de collecter d’informations sur les catastrophes obtenues grâce au ‘crowd-sourcing’, permettant aux utilisateurs de recevoir et de mettre à jour les informations relatives aux dangers en temps réel.  Cette technologie a déjà permis d’obtenir d’impressionnants résultats. Par exemple, peu après le séisme dévastateur qui a frappé le Japon en 2011, 120 000 habitants des côtes philippines ont été avertis sur leurs téléphones portables qu’un tsunami les menaçait. Le tsunami n’a heureusement pas frappé les Philippines, mais 150 districts côtiers ont ainsi pu être évacués avec succès.  En Ouzbékistan, nous avons contribué à la création d’une application mobile qui transmet les messages du Ministère des situations d’urgence aux communautés en danger. « C’est vraiment facile à utiliser », explique le concepteur de l’application, Vasko Popovski, qui est également le Directeur de projets du PNUD chargé de la gestion des catastrophes et des risques climatiques. « Vous trouverez des informations sur  Voir

      • Portraits de fonctionnaires : Fides Borja

        16 mars 2015

        image
        Fides Borja Fides et ses collègues au Centre d'Opérations de la défense civile aux Philippines.

        Qui êtes-vous ? Je m’appelle Fides Barbara B. Borja, du PNUD aux Philippines. Quand j’étais petite, mes parents m’ont appris la valeur du travail bien fait. J’ai toujours rêvé de travailler pour une organisation internationale comme le PNUD, d’apporter ma contribution et de faire une différence. En quoi consiste votre travail ? J’aide le gouvernement philippin à préparer les conférences de haut niveau régionales ou internationales, notamment la 3e Conférence sur la réduction des risques de catastrophe et la Coopération économique Asie-Pacifique 2015. Je fournis également une assistance technique pour la révision de la loi, du cadre et du plan 2010 sur la gestion et la réduction des risques de catastrophe aux Philippines. C’est une tâche passionnante, car elle inclut la coordination inter-agences ainsi qu’un examen des règlements et publications existants. J’apprends comment les théories et principes concernant la réduction des risques de catastrophe s’appliquent sur le terrain. Depuis combien de temps travaillez-vous pour le PNUD ?  Que faisiez-vous avant ? Je travaille pour le PNUD depuis mai 2014. J’ai été fonctionnaire pendant sept ans, tant dans les branches législative qu’exécutive de l’administration. J’ai été impliquée dans la rédaction du plan de relèvement et de réhabilitation du typhon Pablo. Quel type de tâche vous  Voir

      • Le paiement des travailleurs d’Ebola : une responsabilité morale et pratique

        13 mars 2015

        image
        Une travailleuse Ebola au Libéria.

        Désignés « Personnalité de l’année 2014 » par le magazine Time, les travailleurs d’Ebola sont aux premières lignes de la réponse : ce sont eux qui transportent les malades, fournissent des soins aux patients, recherchent et suivent les personnes exposées à la maladie, s’occupent des enterrements, et assurent la sécurité et la coordination à tous les niveaux. En octobre 2014, alors que les données médicales faisaient état d’un risque de croissance exponentielle du nombre d’infections, la plupart de ces travailleurs n’avaient pas été payés depuis des mois, les gouvernements étant trop occupés à faire face à l’épidémie. Parallèlement, des différences de rémunération et une mauvaise communication menaçaient de faire éclater des grèves et des conflits de travail dans les trois pays de l’épicentre d’Ebola. A l’évidence, sans ces travailleurs, la réponse à l’épidémie d’Ebola ne pouvait se poursuivre. Au PNUD, nous nous sommes alors engagés vis-à-vis de tous nos partenaires à faire en sorte que tous les travailleurs d’Ebola soient intégralement payés au 1er décembre. Fort de notre expérience en relèvement de crise, nous nous sommes aperçus que le blocage résidait principalement dans le paiement du ‘dernier maillon’ de la chaîne. Dans les trois semaines suivant notre engagement, nous avons mis en place des  Voir

      • Haïti : comment passer de la réponse humanitaire au développement durable ?

        13 mars 2015

        image
        Les Haïtiens ont recours à des campements improvisés après qu'un séisme d'une magnitude supérieure à 7 sur l'échelle de Richter ait ébranlé la capitale, Port-au-Prince, en 2010. ©LOGAN ABASSI/UN

        Cinq ans après le séisme qui a ébranlé Haïti, le pays enregistre des progrès notables dans les domaines sanitaire et éducatif en dépit de défis immenses, indique le rapport conjoint Gouvernement de Haïti-PNUD sur les Objectifs du Millennaire pour le développement. L’approche du développement adoptée par Haïti intègre actuellement la préparation aux risques, et intègre des exercices de simulation et la multiplication des murs de soutènement pour un habitat plus sûr.  L'impact des efforts nationaux, renforcés par l'assistance humanitaire et l'aide au développement, est manifeste. Il faut toutefois en faire davantage.  Avant le séisme, de sérieux défis s'opposaient déjà au développement, à l'image de la pauvreté qui touche actuellement 60 pour cent de la population. Aux normes de construction défaillantes, s'ajoutait l'édification de maisons dans des zones à risque.  Avec une telle fragilité, même un séisme de petite magnitude aurait eu des effets désastreux. Malheureusement, c'est un énorme séisme qui a frappé l'une des zones les plus vulnérables, et habitée par les plus démunis.  De telles tragédies sont évitables en Haïti. Il faut pour cela s'atteler à résoudre les problèmes les plus importants : l'éducation, la santé, l'emploi, la protection sociale, l'environnement et, surtout, l'adaptation au changement climatique et la résilience  Voir

      • Il est temps d’écouter les pauvres

        12 mars 2015

        image
        Eradiquer la pauvreté au Salvador, c’est mettre la priorité sur l’accès à un travail décent, l’éducation, la santé, et la sécurité alimentaire et publique. Photo: PNUD au Salvador

        Être à l’écoute des pauvres est un signe de sagesse de la part des nations. « Il faut voir les choses du point de vue des intéressés », préconise Mahbub ul Haq, le créateur de l’Indice de développement humain. Cette idée est à la base d’une enquête réalisée par le PNUD au Salvador avec l’aide de l’ONG TECHO, dans 20 communautés pauvres du pays. À la question : « que signifie pour vous de vivre dans la pauvreté ? », la plupart des personnes interrogées s’accordent sur trois points :   1. « Regarde ce que nous mangeons ». Une femme fait remarquer que souvent chez elle, ils n’ont pas assez pour manger trois fois par jour et doivent sauter des repas. « Quand les choses vont mal, j’essaie toujours de faire en sorte que mes enfants au moins mangent, » dit-elle. 2. « Regarde où nous habitons ». Une autre signale les multiples défaillances du sol, de la toiture et des murs de son habitation, et déplore le manque de services de base : « Nous vivons tous les uns sur les autres, au milieu de la saleté ». 3. « Regarde ce que nous faisons ». Le manque de temps et d’espace pour les loisirs à la maison, à l’école et dans la communauté  Voir

      • Ouvrir la voie au programme de développement pour l’après 2015

        11 mars 2015

        image
        Photo : PNUD Pérou

        Le Sommet spécial sur le développement durable, qui se tiendra en septembre et rassemblera les dirigeants du monde, approche à grands pas. Il permettra à ces chefs d’État de débattre des 17 objectifs et des 169 cibles proposés par le Groupe de travail ouvert de l’Assemblée générale de l’ONU.  Le programme de développement pour l’après 2015 encouragera surtout le renforcement de méthodes de réduction de la pauvreté et de la marginalisation qui soient viables sur le plan économique, social et environnemental.  Le Fonds pour la réalisation des objectifs pour le développement durable, établi par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) avec l’aide d’une contribution initiale du Gouvernement espagnol, a été conçu pour faciliter la transition de la phase de réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement vers la phase de réalisation des objectifs de développement durables. Ce programme commun vise à renforcer l’impact de l’assistance technique sur le développement en regroupant les contributions des diverses agences onusiennes. Chacune d’entre elles fournit une prestation adaptée à son savoir-faire spécifique et invite ses partenaires nationaux à rejoindre cette initiative. A titre d’exemple, nous mettons actuellement en œuvre des programmes communs dans 18 pays visant à faire face aux défis  Voir

      • Les femmes et la réduction des risques de catastrophes | Rebecca Zorn

        09 mars 2015

        image
        Membres du Comité de gestion de risques de catastrophes de Syphom, dans la province de Xiengkhouang au nord du pays. Photo: PNUD en RDP Lao

        En tant que Spécialiste du PNUD chargée de la gestion des risques de catastrophes en République populaire démocratique lao, mon rôle est de former et de préparer les responsables, tant au niveau du gouvernement provincial que communautaire, à gérer les risques de désastres récurrents au travers de plans mis en place à l'échelle locale. Avec notre support, des comités de gestion de catastrophes ont été mis en place dans les  villages pour diffuser l’information sur la préparation aux catastrophes, créer un système d’alerte précoce performant, et planifier des activités susceptibles de réduire les risques. Les femmes jouent un rôle important dans ce processus. Nous avons constaté que nombre de femmes siégeant aux comités sont particulièrement dynamiques et veillent à ce que les besoins des femmes soient pris en compte pendant les catastrophes. Dans un pays où 80 % de la population dépend de l’agriculture pour subsister, et où les catastrophes naturelles causent régulièrement des dégâts extrêmes, les femmes adoptent une approche communautaire pour garantir la représentation des préoccupations, des perspectives et des intérêts de tous les groupes du village. « Les femmes sont plus touchées [par les catastrophes] que les hommes car elles doivent s’occuper des enfants, du jardin et de  Voir

      • Quel que soit le nom qu'on lui donne, la violence contre les femmes n’est jamais acceptable

        07 mars 2015

        image
        Des efforts sont menés à l'échelle locale pour en finir avec l'enlèvement des jeunes mariées, mais il faudra en faire davantage pour changer les choses. Photo : PNUD Kirghizistan

        Outre la beauté de ses paysages montagneux, le Kirghizistan est célèbre pour une pratique particulièrement cruelle : l’enlèvement des jeunes mariées.   Ce rituel consiste à embusquer une jeune femme et à la séquestrer jusqu’à ce qu’elle accepte de se marier avec son agresseur. J’ai lu beaucoup d’histoires douloureuses concernant cette pratique issue de différents pays d’Asie centrale et d’Afrique ainsi que des justifications oiseuses fondées sur la culture et une situation économique difficile. Mais l’histoire la plus frappante est peut-être le témoignage personnel d’une jeune femme que j’appellerai Roza.  Roza a été kidnappée deux fois, la première fois à l’âge de 19 ans,  la deuxième à l’âge de 23 ans. Elle se souvient parfaitement dans les deux cas des vivats qui ont accueilli ses kidnappeurs lorsque ceux-ci l’ont ramenée à leur domicile. On aurait dit qu’il s’agissait de héros revenus victorieux d’une bataille et que Roza était leur butin. La première fois, Roza a été emmenée dans une pièce joliment décorée. Celle qui était appelée à devenir sa belle-mère lui a offert du thé et du plov en lui chantant les louanges de son fils : « un travailleur acharné au caractère très doux ». De nombreuses autres femmes se sont jointes  Voir

      • Portraits de fonctionnaires : Jennifer Topping

        02 mars 2015

        image
        La Représentante du PNUD au Mozambique, Jennifer Topping, dans un camp de réfugiés. Photo: Unicef au Mozambique

        Jennifer Topping est la Coordonnatrice résidente de l’ONU et la Représentante du PNUD au Mozambique. 1.    Qui êtes-vous ? Je suis née et j’ai été élevée à Vancouver, au Canada.  Mon père est décédé lorsque j’étais très jeune, et ma mère a élevé ses 5 enfants seule avec grâce, humour et un attachement total à notre éducation. Je suis persuadée que c’est de ces valeurs que je puise ma force en tant que femme et dirigeante. 2.    En quoi consiste votre travail ? J’ai au quotidien le privilège de diriger l’effort concerté de 22 agences onusiennes, mettant en œuvre un programme de 700 millions de dollars dans l’un des pays les plus pauvres, mais aussi à la croissance la plus rapide du monde.    3.    Que faisiez-vous avant ? J’ai commencé à travailler pour le PNUD en 1988 en tant qu’Administrateur auxilliaire dans le cadre d’un programme financé par le Canada et conçu pour permettre aux jeunes Canadiens d’acquérir de l’expérience dans le domaine du développement international. Un an après la présentation de ma candidature, je me suis retrouvée au Yémen, dotée d’un impressionnant portefeuille de programmes d’approvisionnement en eau et de services sanitaires. J’ai depuis travaillé dans trois bureaux de  Voir

      • Journée Discrimination Zéro : un appel à la liberté, l’égalité et l’inclusion

        27 févr. 2015

        image
        Des participants aux dialogue « Être LBGTI en Asie » montrent leur soutien à la campagne #ZéroDiscrimination.

        L’intolérance est souvent la conséquence de législations, politiques et pratiques qui ne se fondent pas sur les droits de l'homme mais sur des jugements moraux, la peur et la désinformation. Elles excluent ou pénalisent les plus vulnérables, les personnes vivant avec  le VIH, les travailleurs du sexe, les personnes qui prennent de la drogue, les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes et les transgenres. Dans un certain nombre de pays, la législation discrimine les transgenres à cause de leur identité sexuelle. Sans reconnaissance légale et sans accès à la justice, les transgenres ne peuvent obtenir des documents officiels où leur nom et leur sexe reflètent leur identité sexuelle. Sans carte d’identité correcte, ils ne peuvent accéder aux services les plus élémentaires, comme le traitement, la prise en charge et les soins en matière de VIH. Cela les expose à davantage de violence. Entre janvier 2008 et décembre 2012, on a recensé 1123 assassinats de transgenres dans 57 pays à travers le monde. Des progrès ont été faits grâce au suivi du travail de la Commission mondiale sur le VIH et la loi, dirigée par le PNUD dans 84 pays : - L’Argentine a ratifié une loi qui permet aux transgenres  Voir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus