Notre perspective

      • Ce que la communauté internationale peut faire dès maintenant pour la Syrie | Sima Bahous

        13 janv. 2014

        image
        Des femmes et des enfants au camp d'Atme, à la frontière Turque. ©IRIN/JODI HILTON

        Des images tragiques de mort, de destruction et de souffrance continuent à alimenter les nouvelles en provenance de Syrie alors que le conflit en est presque à sa troisième année. Plus de 100 000 Syriens ont été victimes des combats qui ont contraint 6,5 millions de personnes à quitter leurs foyers. Mais le problème de la Syrie ne se limite pas à la souffrance humaine et cette crise aura des implications à long terme pour le développement. Conséquence directe des combats, 50 pour cent de la population syrienne vit actuellement dans la pauvreté. La destruction des infrastructures, la disparition des services, la désintégration de l’économie et un chômage généralisé ont fait reculer la Syrie à ses niveaux de développement d’il y a 35 ans.  Plus de deux millions de Syriens se sont réfugiés au Liban, en Iraq, en Jordanie, en Turquie et en Égypte. Cet afflux de population modifie l’équilibre démographique des pays d’accueil et l’accès aux ressources déjà rares telles que la terre, l’eau et l’emploi pour les communautés locales, est susceptible d’attiser les risques d’instabilité. Pour éviter que le conflit n’aggrave encore la pauvreté dans la région, la communauté internationale doit renforcer son soutien aux secours d’urgence, tout enVoir

      • Quand consommer vous consume...

        10 janv. 2014

        image
        Casimira Sanchez prépare des pièces de matériel de gym dans une usine de Mexico. Un programme du PNUD visant à renforcer les petites et moyennes entreprises a augmenté leur accès aux nouvelles technologies. ©Luis Acosta/AFP pour le PNUD

        Scott Fitzgerald disait ceci de l’alcool : « Vous prenez un premier verre, puis le verre prend un verre, et à la fin le verre vous prend. » Il en va de même du consumérisme lorsqu’il devient un moyen d’atteindre à un statut ou à la reconnaissance sociale. Commençons par examiner un certain nombre de faits. Le consumérisme est le moteur de la croissance dans les économies latino-américaines. Il représente 59 % du PIB au Brésil, 66 % au Mexique, 69 % au Chili, 77 % au Honduras et 88 % en République dominicaine, soit plus de deux tiers de la croissance économique des trois premiers pays au cours de l’année passée. Le consumérisme a également permis une réduction non négligeable de la pauvreté et favorisé l’émergence d’une classe moyenne dans la région. Á l’heure actuelle, la majorité de la population n’est plus « pauvre » au sens statistique du terme, mais elle reste « vulnérable », car elle occupe des emplois précaires tout en jouissant de niveaux de revenus et d’un pouvoir d’achat plus élevés qu’avant. Penchons-nous ensuite sur les motifs de préoccupation. La consommation est liée de façon intrinsèque à des niveaux élevés de liquidités, à un accès aiséVoir

      • Pourquoi l’Amérique latine compte dans le programme de développement post-2015

        09 janv. 2014

        image
        La région a conçu et mis en œuvre certains des programmes les plus reconnus, associant réduction de la pauvreté et inclusion sociale, tels que Bolsa Familia au Brésil. Photo: UNDP Brésil

        L’Amérique latine pourrait devenir l'une des régions les plus influentes de la planète en matière de développement après 2015, lorsque le délai fixé pour la réalisation des Objectifs du Millénaire viendra à échéance. Pourquoi ? Premièrement : les enjeux politiques - Selon un récent rapport indépendant commissionné par le PNUD (anglais), l'Amérique latine s’est emparée des postes les plus importants au sein des organismes engagés dans les négociations sur développement après 2015. La Colombie préside actuellement le Conseil économique et social, la Bolivie est à la tête du groupe des 77 (G77) aux Nations Unies et Antigua-et-Barbuda assumera la présidence de l'Assemblée générale jusqu'à la 69ème session. En outre, le Brésil est aux commandes de l'Organisation mondiale du commerce en la personne de son nouveau directeur général, et la 20ème Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP-20) aura lieu à Lima, au Pérou. Cela offre à la région une occasion unique pour conduire les négociations et en influencer l’issue. Deuxièmement : l’expérience - L'Amérique latine est un terrain d'essai pour les approches novatrices en matière de développement durable. La région a conçu et mis en œuvre certains des programmes les plus reconnus, associant réductionVoir

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

Pour en savoir plus