Un tiers de la population active en Europe orientale et en Asie centrale occuperait des emplois précaires

12 oct. 2016

Photo: PNUD au Tadjikistan

La baisse du coût du travail dans le secteur formel et l'augmentation des investissements au titre de la formation professionnelle et de l’extension des services sociaux sont des mesures indispensables pour réduire les inégalités.

Bruxelles, Belgique  – Avec 37 millions de personnes engagées dans des emplois informels ou vulnérables en Europe de l'Est, en Turquie et en Asie centrale, soit l'équivalent d'un tiers de la population active dans cette région, les systèmes de protection sociale des pays concernés sont de plus en plus fragilisés.

Un nouveau rapport du PNUD (en anglais) montre que malgré l’avancée notable constituée par les 80 millions de personnes qui ont rejoint la classe moyenne depuis 2001 (sur une population totale de 230 millions ), le faible prix des produits de base et le ralentissement de la croissance économique dans l'Union européenne et la Fédération de Russie font qu'il est de plus en plus difficile pour un grand nombre de citoyens de trouver un emploi décent ou d’accéder à des services de base tels que la santé ou l'éducation.

Les femmes, les travailleurs migrants, les jeunes et les minorités ethniques telles que les Roms sont particulièrement menacés. Les femmes, par exemple, sont 30 % moins susceptibles de trouver un emploi que les hommes, mais effectuent deux fois et demi plus de travaux domestiques que ces derniers sans recevoir de rémunération. En outre, les décès liés au sida ont triplé au cours des 15 dernières années, en partie en raison de la difficulté des populations marginalisées à accéder à la prévention et au traitement.

Bon nombre de ces problèmes reflètent la discrimination et l'exclusion qui ne sont pas recensées dans les statistiques officielles. Les données de l’enquête de la Banque Mondiale et de Transparency International citée dans le rapport révèlent qu'un grand nombre de personnes interrogées attestent de l'existence d'un système de justice à deux vitesses, tandis qu'un tiers des répondants avouent avoir payé des pots de vin pour bénéficier d’un traitement médical.

« Nombreux sont les pays de la région qui assuraient auparavant à leurs populations une sécurité d'emploi relative et un accès gratuit et universel aux services sociaux. On y dénombrait également moins d'inégalités entre les hommes et les femmes. Mais compte tenu de l’accroissement de la vulnérabilité et de l'exclusion, ces pays offrent désormais le visage de toutes les autre sociétés à travers le monde », a déclaré Cihan Sultanoğlu, Directrice du Bureau régional du PNUD pour l’Europe et la Communauté d'États indépendants. Le rapport, intitulé Progress at Risk  (Progrès en péril) estime également que près de 65 milliards de dollars US quittent chaque année la région sous forme de flux financiers illicites en raison des défauts de facturation liées aux opérations de commerce extérieur. En récupérant ne serait-ce qu’une petite fraction de ces fonds, les gouvernements des pays d’Europe de l'Est, de la Turquie et d’Asie centrale pourraient injecter d'énormes sommes dans la création d'emplois, l’élargissement des systèmes de protection sociale et la réduction de l'écart entre les genres.

Cela pourrait aussi permettre à ces pays de mettre en œuvre le programme de financement du développement, convenu à Addis-Abeba l'été dernier dans le cadre de la Conférence internationale sur le financement du développement, qui a identifié l'augmentation des ressources, y compris les réductions des flux financiers illicites, comme une mesure clé pour financer le développement durable. Les questions de financement sont en passe de devenir une préoccupation majeure dans les efforts consentis par les pays pour appliquer les objectifs de développement durable (ODD) inscrits au titre du Programme de développement durable à l'horizon 2030, adopté par l'Assemblée générale de l’ONU à l'automne dernier.

« Ce rapport arrive à point nommé. De nombreux pays à travers le monde se sont engagés en faveur de la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD), qui recommandent que nul ne soit laissé pour compte », précise Madame Sultanoğlu. « Si nous pouvions investir au profit de l'intégration des groupes les plus exclus et les plus vulnérables, nous augmenterions nos chances d'atteindre les ODD dans la région d’ici à 2030 », a-t-elle affirmé.

Le rapport appelle à la réduction des impôts sur le revenu du travail, relativement élevés dans la région, afin d'encourager l'emploi formel, plus à même d’assurer la couverture sociale et les droits des travailleurs. En outre, l’allègement du fardeau des soins et des travaux domestiques assurés par les femmes pourrait améliorer l'éducation, l'emploi et les possibilités de revenus de ces dernières. Cela pourrait accélérer en retour la croissance économique et améliorer les niveaux de bien-être de l’ensemble de la population.

Par ailleurs, l'augmentation des recettes fiscales nationales, l’interception des flux de capitaux illicites et l’imposition de taxes plus élevées sur les activités économiques qui nuisent à l'environnement, telles que l'extraction et le traitement des combustibles fossiles non renouvelables, sont autant de mesures susceptibles d’augmenter les recettes budgétaires et d’aider les pays à opérer leur transition vers une économie plus verte et une société plus égalitaire.

Enfin, le rapport appelle à améliorer la capacité des bureaux de statistique pour recueillir des données fiables et indépendantes sur les inégalités, mais aussi pour répondre plus efficacement aux besoins des groupes vulnérables. Cependant, selon les auteurs du rapport, de tels efforts exigent des réformes plus étendues au sein de l'administration publique et de la fonction publique.

Contacts presse

À Bruxelles, Ludmila Tiganu, Spécialiste en communication, Ludmila.tiganu@undp.org +32 2 213 82 96 et Nora Kushti, Responsable de la communication, nora.kushti@undp.org +355 692 090 253

À Istanbul, Nicolas Douillet, Spécialiste en communication, Bureau régional du PNUD pour l’Europe et la Communauté des États indépendants, Nicolas.douillet@Undp.org +90 535 9224991 +1 646 288 1200

À Genève, Sarah Bel, Spécialiste en communication, sarah.bel@undp.org +41 22 917 8544

À Copenhagues/Oslo, Trygve Olfarnes, Responsable du Plaidoyer et de la Communication pour le Bureau Nordique, Trygve.olfarnes@undp.org +47 9415 6028

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe