Le PNUD appelle à « relever les défis et saisir les opportunités du nouveau monde du travail »

14 déc. 2015

Photo: PNUD au Zimbabwe

Addis-Abeba, Éthiopie — Des progrès technologiques rapides, une mondialisation grandissante, des sociétés vieillissantes et des défis environnementaux sont en train de transformer rapidement le sens que l’on donne au travail et à la manière de l’exécuter. Ce nouveau monde du travail ouvre de grandes possibilités pour certains, mais il soulève aussi de profonds défis pour d’autres. Le rapport sur le développement humain 2015 (PDF), publié aujourd’hui lors d’une cérémonie en Éthiopie, invite instamment les gouvernements à agir dès maintenant pour que personne ne soit laissé pour compte dans le monde du travail en rapide mutation.

Le rapport, intitulé « Le travail au service du développement humain » plaide pour un travail équitable et décent pour tous. Ce faisant, il encourage les gouvernements à dépasser la notion d’emplois pour considérer les nombreux types de travail qui existent, tels que le travail de soins non rémunéré, le travail bénévole et le travail créatif, tous importants pour le développement humain. Le rapport indique que c’est seulement en adoptant cette vision élargie que les bénéfices découlant du travail pourront véritablement être exploités en faveur d’un développement durable.

S’exprimant lors du lancement du rapport, le Premier ministre de la République fédérale démocratique d’Éthiopie, Hailemariam Dessalegn, a déclaré « L’emploi peut être un formidable moteur de progrès, mais il faut que plus de personnes puissent bénéficier d’un travail durable capable de les aider, ainsi que leur famille, à prospérer ».

Le besoin d’opportunités de travail plus inclusives et plus durables a également été souligné par l’Administratrice du Programme des Nations Unies pour le Développement, Helen Clark, qui a déclaré : « Un travail décent contribue à la fois à la richesse des économies et à celle des vies humaines. Tous les pays ont besoin de relever les défis que pose le nouveau monde du travail et de saisir les opportunités qu’il offre pour améliorer les conditions de vie et les moyens d’existence ».

Grâce à de meilleurs résultats en matière de santé et d’éducation ainsi qu’à la réduction de l’extrême pauvreté, 2 milliards de personnes ont pu sortir d’un faible niveau de développement humain au cours des 25 dernières années, indique le rapport. Pourtant, afin de préserver ces gains et de consolider les progrès, il est essentiel de mettre davantage l’accent sur un travail décent.

Quelque 830 millions d’individus sont considérés comme des travailleurs pauvres vivant avec moins de 2 dollars par jour. Plus de 200 millions de personnes, dont 74 millions de jeunes, sont sans travail, alors que le travail forcé en touche 21 millions d’autres.

« Le progrès humain pourra s’accélérer lorsque toute personne qui voudra travailler aura la possibilité de le faire dans des conditions décentes. Pourtant, dans beaucoup de pays, les gens sont souvent exclus du travail rémunéré ou sont payés moins que d’autres pour faire un travail de même valeur », souligne l’auteur principal du rapport, Selim Jahan.

Sur 4 heures de travail non rémunéré, les femmes en font 3

 Photo: PNUD en Inde

Le rapport présente une nouvelle estimation détaillée des proportions de tous les types de travail, et pas seulement le travail rémunéré, qui sont réalisés par les hommes et par les femmes. Si les femmes s’acquittent de 52 pour cent de tout le travail à l’échelle mondiale, il subsiste des inégalités flagrantes dans la répartition du travail.

Les femmes ont moins de chances d’être payées pour leur travail que les hommes : sur quatre heures de travail non rémunéré, les femmes en font trois. En revanche, sur trois heures de travail rémunéré, deux reviennent aux hommes. Comme les femmes assument souvent le fardeau des soins à apporter aux membres de la famille, le rapport prévient que cet écart pourrait se creuser davantage avec le vieillissement de la population.

Lorsque les femmes sont rémunérées, à l’échelle mondiale, elles gagnent en moyenne 24 pour cent de moins que les hommes et occupent moins d’un quart des postes d’encadrement supérieur dans le monde.

« Pour réduire cette inégalité, les sociétés ont besoin de nouvelles politiques publiques, y compris un meilleur accès aux services de soins rémunérés. La garantie d’une égalité des salaires, l’octroi de congés parentaux rémunérés et la lutte contre le harcèlement et les normes sociales qui excluent tant de femmes du travail rémunéré figurent parmi les changements requis. Ceux-ci permettraient au fardeau du travail de soins non rémunéré d’être partagé plus largement et donneraient aux femmes un choix véritable quant à leur souhait d’entrer sur le marché du travail ou pas », explique Helen Clark. 

La mondialisation et la révolution numérique sont des armes à double tranchant

 Photo: UNDP / India

La mondialisation et les changements technologiques produisent un monde du travail de plus en plus polarisé. « Les temps actuels n’ont jamais été aussi favorables aux travailleurs hautement qualifiés. Par contre, il ne fait pas bon ne pas avoir de qualifications en ce moment. Ce constat ne fait que creuser les inégalités », explique l’auteur du rapport, Selim Jahan.  

Les travailleurs hautement qualifiés et ceux qui ont accès à la technologie et à l’internet disposent de nouvelles possibilités par rapport aux types de travail qui se présentent à eux et à la manière dont ce travail est fait. Sept milliards de personnes sont aujourd’hui abonnées à un service de téléphonie mobile, 2,3 milliards possèdent un smartphone et environ 3,2 milliards ont accès à l’internet. Cela a engendré beaucoup de changements dans le monde du travail – par exemple, la hausse du commerce en ligne et l’externalisation en masse des services bancaires, de soutien en informatique et en communications, et de bien d’autres services encore.

Toutefois, malgré ces nouvelles possibilités, de plus en plus d’emplois deviennent précaires et il subsiste une large fracture numérique, constate le rapport.

En 2015, 81 pour cent des ménages des pays développés avaient accès à l’internet, contre 34 pour cent seulement dans les régions en développement et 7 pour cent dans les pays les moins avancés.

De nombreux types de travail de routine, tels que les emplois de bureau, sont appelés à disparaître ou à être remplacés par des ordinateurs, ou ont même déjà disparu, prévient le rapport. Beaucoup d’autres travailleurs sont confrontés à d’autres formes de précarité. D’après l’Organisation Internationale du Travail, 61 pour cent des personnes qui travaillent dans le monde n’ont pas de contrat et seulement 27 pour cent de la population mondiale bénéficient d’une protection sociale complète.

Le rapport appelle les gouvernements à formuler des stratégies nationales d’emploi qui tiennent compte des nombreux défis émergents dans le monde du travail en rapide mutation.

Un travail durable ouvre des possibilités à la génération présente et à celles qui lui succéderont

 Public Health Workers in Liberia. Photo: UNDP / Liberia

Le rapport souligne les rôles pivots que le travail peut jouer dans la réalisation des Objectifs de développement durable.

« Les types de travail qu’accomplissent nombre d’entre nous auront besoin d’évoluer si nous voulons que nos économies et nos sociétés fassent de véritables progrès sur la voie d’un avenir à faibles émissions et résilient au climat. Ces changements auront une incidence sur ce à quoi ressemblera le marché du travail de demain », affirme le rapport.

Avec la croissance verte, de nouveaux emplois seront créés, la nature de certains autres sera transformée et d’autres encore disparaîtront purement et simplement. Dans l’idéal, ces changements devraient être soutenus par des systèmes de protection sociale et des filets de sécurité.

Le rapport soutient que les objectifs mondiaux peuvent favoriser l’apparition de nouvelles possibilités de travail. Il estime, par exemple, qu’il faudra environ 45 millions de travailleurs supplémentaires dans le domaine de la santé pour atteindre les cibles sanitaires fixées par les Objectifs de développement durable. On assistera donc probablement à une augmentation des effectifs du secteur de la santé, qui passeront de 34 millions d’individus en 2012 à 79 millions d’ici à 2030.

Fixer le nouvel agenda pour le travail

Si les réponses politiques au nouveau monde du travail ne seront pas les mêmes d’un pays à l’autre, trois groupes principaux de politiques publiques seront essentiels pour que les gouvernements et les sociétés puissent parvenir à maximiser les avantages et à minimiser les difficultés dans un nouveau monde du travail en pleine mutation. Il faudra élaborer des stratégies pour créer des possibilités d’emplois et garantir le bien-être des travailleurs. Le rapport propose donc un programme d’action sur trois fronts :

  • Un nouveau contrat social entre les gouvernements, la société et le secteur privé pour veiller à ce que les besoins de tous les membres de la société, et notamment de ceux qui travaillent en dehors du secteur formel, soient pris en compte dans l’élaboration des politiques publiques. 
  • Un pacte mondial entre les gouvernements pour garantir les droits et les avantages des travailleurs dans le monde entier.
  • Un agenda pour le travail décent, englobant tous les travailleurs, qui aidera à promouvoir la liberté d’association, l’équité, la sécurité et la dignité humaine dans la vie professionnelle. 

CONTACTS

Siège du PNUD
Anna Ortubia
anna.ortubia@undp.org
+1 212 906 5964

Dylan Lowthian
dylan.lowthian@undp.org
+1 212 906 5516


PNUD Genève
Sarah Bel
sarah.bel@undp.org
+41 229 17 8544

PNUD Centre de services régional pour l'Afrique
Sandra Macharia
+251 929907934


sandra.macharia@undp.org


PNUD Éthiopie
Martha Mogus 
+251 11 5 44 43 18


martha.mogus@undp.org

communication.et@undp.org


Pour les autres bureaux du PNUD, veuillez consulter :

http://hdr.undp.org/fr/2015-report/media

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe