Pauvreté élevée et espérance de vie en baisse en Europe et Asie centrale

21 janv. 2015

Un bazar à Tachkent en Ouzbékistan. L’espérance de vie des hommes et des femmes est en baisse relative par rapport à la moyenne dans la plupart des anciennes Républiques soviétiques. Photo : PNUD Europe et CEI

Une nouvelle étude du PNUD révèle des vulnérabilités et des inégalités dans la région

Istanbul  – Les économies en développement et en transition d’Europe et d’Asie centrale accusent des taux de pauvreté élevés, même dans certains pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, selon l’étude publiée cette semaine par le nouveau centre régional du Programme des Nations Unies pour le développement à Istanbul.

L’étude contenue dans le document intitulé Poverty, Inequality and Vulnerability in the Transition and Developing Economies of Europe and Central Asia (« Pauvreté, inégalité et vulnérabilité dans les économies en transition et en développement d’Europe et d’Asie centrale » ) utilise POVCALNET, la base de données sur la pauvreté de la Banque mondiale, pour évaluer les tendances de la pauvreté et des inégalités dans la région.

« L’histoire post-socialiste de ces pays a préservé une répartition relativement égalitaire des revenus, un accès relativement large aux services sociaux et des inégalités entre les hommes et les femmes relativement peu importantes », observe Ben Slay, le conseilleur stratégique principal du PNUD auprès du centre régional d’Istanbul. « Certains éléments préoccupants indiquent que ces avantages sont en passe de se perdre – et que les problèmes d’inégalités et de vulnérabilité convergent avec ceux rencontrés dans les pays développés d’autres régions ».

Il ressort des données que ces pays font face aujourd’hui à des difficultés en ce qui concerne l’élimination de la pauvreté et connaissent des inégalités de revenus importantes ou en hausse. L’espérance de vie pour les hommes et les femmes est en baisse par rapport aux moyennes constatées dans la plupart des pays, entre autres disparités.

Selon cette analyse, la pauvreté en termes de revenus demeure un problème important dans les anciennes républiques soviétiques les moins prospères. Les données disponibles les plus récentes indiquent qu’en 2010, plus d’un tiers de la population en Géorgie vivait dans des conditions d’extrême pauvreté, soit moins de 2,15 dollars par jour. Au Tadjikistan, au Kirghizistan et en Arménie, entre un quart et un tiers de la population, soit près de 6,7 millions de personnes, vit dans l’extrême pauvreté.

Toujours selon cette étude, les risques de pauvreté dans la région sont particulièrement élevés dans les zones rurales. Ils sont élevés également pour les « nouveaux pauvres » des économies en transition, notamment les travailleurs pauvres comme les fonctionnaires qui travaillent dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la science et des arts, et les travailleurs agricoles.

Ce document attire l’attention sur certaines inégalités inquiétantes en ce qui concerne les tendances en matière de scolarisation dans la région. Dans des pays comme l’Albanie, le Monténégro et la Turquie, les taux d’inscription à l’école maternelle ont connu des hausses importantes au cours des 10 dernières années. Par ailleurs, moins d’un tiers des enfants en Azerbaïdjan, en Bosnie-Herzégovine, en ex-République yougoslave de Macédoine, au Kirghizstan, en Ouzbékistan, au Tadjikistan et en Turquie et fréquentent des écoles maternelles, soit des niveaux bien en dessous de la moyenne constatée pour les pays à revenu intermédiaire.

Selon cette étude, les écarts de revenus entre les hommes et les femmes dans la plupart des pays de la région sont en dessous des moyennes mondiales. Si le taux des femmes dans la population active est inférieur à celui des hommes, les écarts hommes-femmes en ce qui concerne le taux d’activité de la population active et le taux de chômage dans la région sont comparables avec les moyennes mondiales, en particulier dans les anciennes républiques soviétiques.

L’espérance de vie est en baisse aussi bien pour les hommes que pour les femmes de la région. En 1960, les hommes qui vivaient dans les nouveaux États indépendants occidentaux vivaient 12 ans de plus que la moyenne mondiale. En 2012, leur durée de vie était en moyenne de deux ans de moins que la moyenne mondiale. Ce recul est également évident pour les femmes des nouveaux États indépendants occidentaux. Au début des années 1960, les femmes vivaient 14 ans de plus que les femmes des autres pays. En 2012, ce différentiel a diminué de deux ans. Des tendances similaires existent en Asie centrale où, en 1960, les femmes vivaient six ans de plus que les femmes des autres pays. En 2012, elles vivaient six mois de moins.

Cette analyse note que la région est également vulnérable aux risques météorologiques, climatiques et sismiques. De nombreuses villes sont exposées à des risques de tremblement de terre, notamment Almaty, Achgabat, Bichkek, Erevan, Istanbul, Skopje et Tachkent. Les inondations qui ont frappé les Balkans occidentaux ont eu des effets disproportionnés sur les communautés vulnérables.

En outre, l’insuffisance des infrastructures énergétiques ne permet pas de répondre à la demande, de sorte que des millions de personnes au Kirghizstan, au Tadjikistan et en Ouzbékistan ne disposent pas d’un accès fiable à des possibilités de se chauffer toute l’année.

Cette étude a été présentée à l’occasion d’un Dialogue sur les inégalités qui s’est tenu à Istanbul (Turquie), les 21 et 22 janvier. Des experts de premier plan sur les inégalités dans la région ont exposé leurs vues sur la question. Vous pouvez consulter leurs travaux sur la pauvreté, l’inégalité et la vulnérabilité dans les économies en développement et en transition d’Europe et d’Asie centrale (Poverty, Inequality and Vulnerability in the Transition and Developing Economies of Europe and Central Asia - https://undp.unteamworks.org/node/473668).

Information pour les médias

Cherie Hart,  Istanbul - cherie.hart@undp.org; +90 535 626 8082

Faik Uyanik, PNUD Turquie - faik.uyanik@undp.org; +90 530 499 2548

Suivre les discussions sur Twitter #Talkinequality

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe