Annonces de nouvelles contributions pour le PNUD

12 nov. 2014

Dix-huit pays ont annoncé une contribution d’un montant de 97 millions de dollars pour le
Programme des Nations Unies pour le développement

New York –  Vingt-six États Membres de l’ONU se sont engagés à verser environ 650 millions pour les activités des Nations Unies en faveur du développement, principalement pour 2015, dont 97 millions de dollars sont destinés au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

M. Nick Hartmann, le Directeur du Groupe des partenariats du PNUD, s’est félicité, lors de son intervention à la Conférence au nom de l’Administrateur du PNUD, Mme Helen Clark, des annonces de contributions destinées aux ressources « ordinaires » ou au « budget ordinaire » de l’organisation, à savoir les ressources non affectées à des fins spéciales qui peuvent être utilisées à la discrétion du PNUD pour répondre aux besoins émergents des pays.

Les ressources de base sont « l’élément essentiel », a-t-il indiqué, de la capacité du PNUD à maintenir son caractère universel et multilatéral, en s’assurant qu’il dispose de ressources et d’activités pour appuyer tous les pays éligibles, avec une répartition privilégiant les pays à faibles revenus et les pays les moins développés.

Prenant note du fait qu’un grand nombre de donateurs du PNUD ont fait tout leur possible pour maintenir leur niveau de contribution en dépit d’un contexte financier difficile, il a toutefois fait remarquer la « tendance continue à la baisse » à laquelle l’organisation fait face.

Cependant, de nouveaux États Membres ont commencé à verser des contributions au PNUD, leur nombre étant passé de 50 à 56 en 2013, ce qui constitue un fait positif que le PNUD entend encourager.

En outre, les ressources autres que les ressources ordinaires sont demeurées stables, passant de 3,98 milliards de dollars en 2012 à 3,93 milliards de dollars en 2013.

Remerciant les États Membres pour leurs contributions, M. Hartmann a souligné la responsabilité qui incombe au PNUD en tant que gestionnaire des fonds qui lui sont confiés. À cet égard, il a signalé que le PNUD était arrivé en tête des organisations bilatérales et multilatérales de coopération au développement, selon le classement établi par l’Indice sur la transparence de l’aide publié par l’ONG Publish What your Fund.

Conjointement aux ressources affectées à des fins spéciales, les contributions versées par les États Membres au cours de l’exercice antérieur ont permis au PNUD de cibler les populations les plus pauvres et les plus vulnérables au monde.

Voici un aperçu des résultats du PNUD en 2013 :

• 43 millions de nouveaux électeurs ont été inscrits sur les listes électorales dans 68 pays bénéficiant d’un appui du PNUD. 96 millions de personnes ont pris part à des élections organisées avec l’aide du PNUD, dont 41 % de femmes.

• L’accès à la justice et à l’aide judiciaire a été amélioré pour plus de 4 millions de personnes dans 117 pays, dont 40 étaient affectés par un conflit, parmi lesquelles 49 % étaient des femmes.

• 3,5 millions de personnes dans 12 pays ont bénéficié d’un accès aux services énergétiques modernes fournis par 2 900 entreprises énergétiques rurales.

• Les émissions exprimées en équivalent dioxyde de carbone ont été réduites de 116–142 millions de tonnes, soit l’équivalent de 30–37 centrales électriques au charbon, dans 32 pays.

• Le PNUD a aidé 25 pays à mettre en place ou à renforcer des systèmes d’alerte rapide en cas de catastrophes et a aidé un total de 45 pays à établir des organismes chargés de la gestion des catastrophes.

• Enfin, 617 000 personnes ont bénéficié de programmes d’emplois d’urgence mis en place par le PNUD et plus de 193 000 petites entreprises ont été créées avec l’appui du PNUD dans des pays sortant d’un conflit.

Les pays qui ont annoncé le versement de contributions à l’occasion de la conférence sont : le Danemark, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, l’Inde, le Luxembourg, la Turquie, la Fédération de Russie, le Koweït, le Bangladesh, Singapour, l’Éthiopie, l’Indonésie, le Vietnam, la Mongolie, Samoa, le Myanmar, l’Afghanistan et Djibouti.
Contact médias

Information pour les médias

Dylan Lowthian
Analyste chargé de la communication, Bureau des relations extérieures et du plaidoyer du PNUD
email : dylan.lowthian@undp.org
Tél. : +1 (212) 906-5516

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Singapour centre de Politiques Globaux
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe