Programme de développement post-2015


Marta Vieira da Silva, Ambassadeur de bonne volonté du PNUD, fait la promotion de la campagne My World 2015.

Le PNUD a entamé une conversation mondiale sans précédent grâce à laquelle tous les citoyens peuvent contribuer à façonner le prochain agenda de développement, après l'échéance des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en 2015.

Trois des huit objectifs du Millénaire pour le développement - sur la pauvreté, les bidonvilles et l'eau - ont été atteints avant l'échéance de 2015, mais il reste encore beaucoup à faire. Le prochain cadre de développement - l'agenda post-2015 - devrait s'appuyer sur les leçons tirées du travail effectué pour réaliser les OMD, qui ont structuré les activités de développement des Nations Unies depuis le Sommet du Millénaire en 2000.

Cette conversation mondiale s'appuie sur les besoins, l'expérience et l'expertise des citoyens de la planète :

  • Plus d'1,8 million de personnes, y compris de nombreux jeunes, ont participé aux discussions autour du programme de développement durable pour l’après-2015 qui viendra remplacer les OMD. 

  • Au cours du premier trimestre 2014, près de 2 millions de personnes dans plus de 190 pays ont « voté » pour leurs principales priorités de développement dans le cadre de l’enquête MY World. 
  • 300 000 personnes de plus ont participé à des dialogues sur les priorités nationales dans 88 pays, ainsi qu’à 11 consultations internationales sur des thèmes tels que la sécurité alimentaire et la gouvernance. 

Des efforts supplémentaires ont été déployés en direction des groupes rarement représentés dans les débats politiques internationaux, tels que les communautés indigènes, les enfants et les jeunes, les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres, les entrepreneurs et les propriétaires de petites entreprises, les personnes déplacées, les personnes handicapées et les femmes. L’enquête, qui doit se poursuivre jusqu’en 2015, recueille des votes en ligne et par SMS. Des membres de plus de 700 organisations de la société civile ont également fait du porte-à-porte dans des régions reculées et des bidonvilles pour se rendre auprès des populations n’ayant pas accès aux technologies. 

Leurs préoccupations sont globalement claires et analogues et portent sur la réalisation des OMD, en prenant toutefois davantage en compte les enjeux actuels, à la fois complexes et interconnectés. Alors que les inégalités engendrent de la frustration partout dans le monde, les personnes interrogées réclament, entre autres priorités, l’accès à une éducation et à des soins de santé de meilleure qualité, un gouvernement honnête et plus à l’écoute des citoyens, et de meilleures opportunités d’emploi. 

Le PNUD intervient déjà sur beaucoup de ces fronts et joue un rôle moteur pour favoriser un développement plus durable et inclusif. En 2014, le Groupe de développement des Nations Unies, qui rassemble 32 organismes des Nations Unies, a lancé sous la houlette du PNUD des consultations dans plus de 50 pays sur les modalités de mise en œuvre du programme de développement pour l’après-2015. Les obstacles sont de mieux en mieux définis, et la prochaine étape consistera à déterminer les approches les plus efficaces pour en venir à bout, notamment en continuant d’impliquer les populations.

Pour plus d'information, veuillez nous contacter.

Nos histoires

image

Au Bangladesh des agents de santé itinérants luttent contre le paludisme

Joykumar Chakma, 28 ans, n'a jamais été soigné par un médecin. « Mon père était le mendiant du village. Lorsqu'il tombait gravement malade, la famille sacrifiait un cochon ou une poule, dans l’espoir que sa maladie passerait. C'était la coutume locale », raconte Joykumar. « Beaucoup d'enfants mouraPlus

image

Au Belize, des jeunes se préparent à la vie

Il aura fallu de la détermination et du courage au jeune habitant du Belize, Diangelo Ramos, pour survivre après avoir été expulsé de chez lui à l’âge de 13 ans. « Je buvais à l’école, je manquais des cours », dit-il. « Mais ma prof m’a dit qu’elle ne me laisserait pas tomber car ellePlus

image

Au Bénin, les productrices de coton embrassent l’agriculture biologique

Le Bénin produit chaque année en moyenne 220 000 tonnes de coton, représentant 45% des rentrées fiscales et 13% du PIB. Mais à Banikoara,  première commune productrice de coton au nord du pays, l’utilisation abusive d'engrais chimiques entraine une infertilité croissante des sols et une baisse Plus

image

Au Kirghizistan les agriculteurs s’organisent contre la pauvreté

Les agriculteurs de la Vallée Suusamyr, au Kirghizistan, avaient l’habitude de mener leur cheptel au pâturage durant l’été et de laisser leur village quasiment sans surveillance, négligeant ainsi des tâches critiques telles que la vente de produits au marché et les préparations en vue de l’hiver. ToPlus

image

Au Nicaragua, les communautés s'unissent pour l'accès à l'eau

Jusqu’à récemment, les femmes de Venus, une petite communauté du nord-est du Nicaragua, passaient une partie de leur journée à chercher et transporter de l’eau. Bien qu’elles soient entourées de fleuves jaillis de la plus importante forêt tropicale d’Amérique centrale, la Biosphère de Bosawas, les pPlus

  • Précédent
  • 1
  • Suivant