Info rapide: la lutte antimines

29 mars 2012
image

Après la fin d’un conflit, les mines terrestres peuvent continuer à prélever leur lot de victimes, à entraver le développement et à engendrer un climat de peur et d’insécurité. En plus, les mines terrestres, les munitions non explosées et les restes explosifs de guerre qui bloquent les routes et polluent les champs constituent une menace pour la productivité, les services sociaux de base, et l’accès aux terres et aux infrastructures vitales, notamment les écoles et les centres de santé.

 

Les Nations Unies estiment que les mines terrestres ont tué ou blessé plus d’un million de personnes au cours des trente dernières années. Au niveau mondial, les coûts de productivité associés aux mines terrestres et aux violences par armes légères ont été évalués à pas moins de 163 milliards de dollars par an. Bien qu’entre 1996 et 2010, les accidents dus aux mines terrestres aient spectaculairement chuté de 75 %, on pense que 110 millions de mines terrestres actives sont encore dispersées dans 68 pays à travers le monde.

 

La communauté de la lutte antimines des Nations Unies rassemble quatorze entités des Nations Unies, oeuvrant toutes à l’élimination de la menace imposée par les mines terrestres et les restes explosifs de guerre, afin de faciliter le développement et de garantir la pleine intégration des victimes dans la société. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) soutient des programmes dans 40 pays affectés par les mines. Il s’efforce d’assurer l’intégration de la lutte antimines dans les budgets nationaux et les plans de développement encourageant la production agricole, la construction d’infrastructures, l’approvisionnement en eau, la santé, l’éducation et la prestation d’autres services sociaux de base.

Téléchargez ce document