Il est grand temps que la révolution verte de l’Afrique se mette en marche !

05 déc. 2016 par Degol Hailu, Conseiller principal pour le développement durable au PNUD

On pourrait légitimement supposer que la productivité agricole est plus élevée dans les pays riches en ressources naturelles. Les revenus tirés de la vente de pétrole, de gaz et de minerais peuvent en effet financer la fourniture de matériel, d’engrais, de systèmes d’irrigation, de crédits et de semences pour les agriculteurs. Toutefois, la productivité agricole reste modeste dans bon nombre des pays d’Afrique qui exportent des matières premières. Pourquoi ? Entre 2003 et 2013, la production agricole dans les pays d’Afrique subsaharienne dépendants des ressources naturelles a connu une croissance annuelle moyenne de 3,6 %, légèrement supérieure au taux de croissance de 2,7 % enregistré par le reste de la région. Les taux de croissance annuels de la production agricole en Angola, au Cameroun et en Zambie ont ainsi atteint plus de 6 % en moyenne, se classant parmi les taux de croissance les plus élevés au monde. Si l’on regarde de plus près l’utilisation des intrants agricoles, cependant, on s’aperçoit que la croissance de la production agricole s’explique non par la productivité, mais par l’augmentation de la surface de terres cultivées. Celle-ci s’est accrue de 2,6 % par an pour atteindre au total 103 millions d’hectares, contre 83 millions d’hectares lors de la décennie précédente. Bien que … Voir

L’heure de la révolution climatique a sonné. L’Accord de Paris peut-il nous y conduire ?

01 déc. 2016 par Daniela Carrington, Conseillère en matière de changements climatiques,Bureau régional du PNUD à Istanbul

undp-rbec-paris-agreementIl y a un an, contre toute attente, les délégués réunis à Paris ont approuvé un accord révolutionnaire d’action contre le réchauffement planétaire.
Il y a un an, contre toute attente, les délégués réunis à Paris ont approuvé un accord révolutionnaire d’action contre le réchauffement planétaire. En moins d’un an, 113 nations, représentant entre elles 75% de toutes les émissions de gaz à effet de serre, l’ont ratifié. Si je suis optimiste quant à l’engagement politique de nos responsables, il me faut cependant tirer la sonnette d’alarme. Dans l’environnement politique actuel, si les Etats-Unis se retiraient par exemple de l’accord, la Chine - le plus gros émetteur de gaz à effet de serre actuel de la planète - pourrait leur emboîter le pas. Cela pourrait porter un coup dévastateur au processus dans son ensemble. Le réchauffement climatique lui-même est en train de s’accélérer. 2016 est en passe de devenir l’année la plus chaude jamais répertoriée, les températures moyennes s’approchant déjà des 1,5 degrés au-dessus des niveaux préindustriels. … Voir

Bénévoles et esprit d’innovation en Irak

30 nov. 2016 par Jennifer Colville, Chef d’équipe, Innovation, PNUD, États arabes

Le programme #inno4dev propose des événements d’apprentissage pratiques à des centaines de jeunes entrepreneurs, offrent la possibilité de faire du réseautage et de faire équipe avec des pairs et des investisseurs potentiels. Photo: PNUD
L’esprit d’innovation se porte bien en Iraq comme en témoigne l’énergie, la créativité et le « cran » dont font preuve 175 jeunes entrepreneurs avec qui j'ai eu le privilège de passer 4 jours dans le cadre d’un atelier #inno4dev (l’’innovation en faveur du développement). Ces 175 jeunes ont été mis à l’épreuve, formés à des approches et des outils tels que la pensée conceptuelle, le démarrage « léger » et des schémas de modèles commerciaux, alors qu’ils lançaient des idées de projets allant des systèmes de surveillance des données sanitaires à des zones éducatives spécialement conçues pour les enfants. Parmi eux, deux équipes composées chacune d’une douzaine de membres seront sélectionnées pour participer au forum #inno4dev pendant le premier trimestre de 2017. Elles auront l’occasion alors de soumettre leurs idées à des investisseurs potentiels. Comment l’équipe du PNUD #inno4dev gère-t-elle ces activités et les centaines de jeunes qui viennent de tout le pays, parlent différentes langues, ont des compétences et des niveaux d’expérience différents et des centres d’intérêts tout aussi différents ? En faisant preuve d’esprit d’innovation, bien sûr. … Voir

Décarboniser le développement des pays arabes

22 nov. 2016 par Kishan Khoday, responsable de l’Équipe régionale, Changements climatiques, Réduction des risques de catastrophe et résilience, Bureau régional du PNUD pour les États arabes

Cette usine de ciment aux Émirats arabes unis utilise un système de récupération de la chaleur pour générer 82 MWh d'électricité à émission nulle par an. Photo: PNUD
'Accord de Paris sur le changement climatique a pour objectif de contenir la hausse de la température mondiale en deçà de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels. Cela permettrait d'éviter les pires effets du changement climatique, alors que l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES) compromet la réalisation des Objectifs de développement durable, menaçant d'exacerber les catastrophes, la pauvreté et les inégalités dans le monde. Pour maintenir le réchauffement planétaire dans les limites de 2°C, nous devons réduire de moitié les émissions mondiales de GES d'ici à 2050 et atteindre zéro émission à l’horizon 2100. Cela suppose un changement majeur, par lequel les nouveaux modèles économiques sans carbone deviennent une composante clé de l’action de développement. La consommation d'énergie représentant les 2/3 de ces émissions, cela passe par la réduction de l'intensité énergétique de la croissance, notamment dans les pays à forte empreinte carbone. … Voir

Mobilisons le secteur privé pour la promotion de l’égalité hommes-femmes

18 nov. 2016 par Helen Clark, Administrateur du PNUD

Les jeunes femmes et hommes ont quasiment le même niveau de formation lorsqu’ils font leur entrée dans la population active. Mais le monde du travail ne leur offre pas pour autant les mêmes opportunités.
À travers le monde, les jeunes femmes et hommes ont quasiment le même niveau de formation lorsqu’ils font leur entrée dans la population active. Mais le monde du travail ne leur offre pas pour autant les mêmes opportunités. Les femmes gagnent en moyenne 24 % de moins que les hommes. Au sein des 500 plus grandes entreprises de l'Indice S&P, les femmes n'occupent que 4,6 % des postes de PDG et 20 % d’entre elles siègent dans des conseils d'administration. Des recherches indiquent pourtant que l'augmentation de la part des femmes dans les conseils d'administration contribue à de meilleurs résultats financiers et à de nombreuses initiatives de mécénat. Dans les pays riches comme dans les pays pauvres, les femmes performent une plus grande part de travail non rémunéré – par exemple, s'occuper de jeunes enfants, de personnes âgées, de parents malades et/ou handicapés; mais aussi se procurer la nourriture et préparer les repas. Ces tâches exigent non seulement un temps et une énergie considérables mais elles peuvent aussi empêcher les femmes de réaliser leurs aspirations et de contribuer leurs talents aux entreprises. … Voir