Qu'est-ce qui pousse les jeunes à l'extémisme ?

18 mars 2016 par Mohamed Yahya, coordinateur régional de programmes, PNUD Afrique

 L'extrémisme pose une menace majeure aux progrès réguliers de l’Afrique sur la voie de la prospérité, Au Kénya, un programme de consolidation de la paix et résolution de conflits se focalise sur les jeunes. Photo: PNUD au Kénya
En avril dernier, Mohamed, un menuisier établi dans une ville de pêcheurs du littoral kenyan, voit la photo de Suleiman, le deuxième de ses cinq fils, passer au bulletin télévisé du soir. Âgé de 24 ans, le jeune homme est identifié comme dangereux islamiste Chabab avec cinq autres, et leur tête est mise à prix. Quelques mois plus tard, on annonce que Suleiman a été abattu par la police avec trois autres suspects au cours d’une fusillade. Comment Suleiman a-t-il été poussé à rejoindre les rangs d’un groupe extrémiste violent, à prendre les armes contre son propre pays et à vouloir tuer des civils ? … Voir

Autonomiser les communautés pour édifier un avenir nouveau

03 mars 2016 par Hanne Kristoffersen, Spécialiste en gouvernance de crises au PNUD

Femme en RD CongoUne commerçante du marché de Rutshuru, au Nord Kivu, RD Congo. Photo: PNUD en RD Congo
Des crises complexes et récurrentes, la corruption, les inégalités sociales et l’absence de perspectives économiques affaiblissent le contrat social entre citoyens et gouvernement. Au PNUD, nous sommes convaincus qu’améliorer la qualité des services publics, renforcer les perspectives économiques et la participation publique, permettra de faire face aux tensions grandissantes, de prévenir une escalade des conflits et d’instaurer la paix, la stabilité et le développement. C’est pourquoi nous incitons les autorités locales à laisser la population diriger le processus de développement. Cela permet à la population de prendre directement conscience des avantages de son engagement civique, de contraindre les autorités à rendre des comptes et d’instaurer un climat de confiance et de stabilité pour l’avenir. … Voir

Égalité des sexes : l’anormal est-il devenu normal ?

01 mars 2016 par Bakhodir Burkhanov, Directeur de Pays Adjoint du PNUD au Vietnam

Femme en motocyclette au VietNamCette scène est courante à l’heure de pointe au Vietnam, où la routine pour les femmes après le travail est d’aller prendre les enfants à l’école, faire les courses, la cuisine et le ménage. Photo: Nguyen Viet Lan/PNUD au Vietnam
Des femmes filent à toute allure sur leurs motocyclettes en transportant enfants et courses. C’est une scène courante à l’heure de pointe au Vietnam, où la routine pour les femmes après le travail est d’aller prendre les enfants à l’école, faire les courses, la cuisine et le ménage. Et que font les hommes? Bon nombre d’entre eux sort avec des collègues, joue au tennis ou au badminton, et regarde la télévision. Au Vietnam, les stéréotypes confinent femmes et hommes à certaines carrières et positions. D’après un rapport du PNUD (UNDP report on women’s leadership), peu de femmes occupent des positions élevées au sein du gouvernement, et rares sont celles aux postes de haut niveau dans la fonction publique : à peine 9 % des ministres, 8 % des vice-ministres, et 7 % des directeurs généraux sont féminins. … Voir

L'heure est-elle à la révision du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs?

19 févr. 2016 par David Omozuafoh, Conseiller Programme, MAEP et évaluation de la gouvernance, PNUD-Afrique

Il faudrait s’efforcer d’inclure tous les segments de la société dans le processus du MAEP. Photo: PNUD
Six ans avant le soulèvement de 2014 au Burkina Faso, le rapport du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP) sur le pays signalait « la pesée et la domination omniprésentes de la majorité qui semblait bloquer le système démocratique et entraver le multipartisme en politique ». Les évaluateurs appelaient les autorités « à prendre des mesures de riposte et à appliquer des solutions appropriées pour instaurer le changement nécessaire ». Mais, malgré son utilité, le MAEP est sujet à certaines difficultés telles que le versement irrégulier des contributions des États Membres et les retards affectant les évaluations et le suivi en raison de changements de leadership politique. … Voir

Une époque cruciale pour les femmes et les filles en Gambie

05 févr. 2016 par Ade Mamonyane Lekoetje, représentant résident du PNUD et coordonnateur résident des Nations Unies en Gambie

Célébration pour la journée de tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines. Photo UNICEFCélébration pour la journée de tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines. Photo UNICEF
En novembre 2015, les mutilations génitales féminines (MGF) sont devenues une pratique illégale et passible de poursuites en Gambie. Ce jalon historique garantit que les droits humains fondamentaux des femmes et des filles seront protégés et respectés. Partout où les MGF constituent un rite de passage vers l’âge adulte, nous prônons une initiation sans excision. Ainsi, l’on garde les aspects positifs de la culture tout en renonçant à ses effets néfastes. … Voir