En Turquie, les camps de réfugiés sous les ordures

03 févr. 2016 par Alper K. Doğan, Consultant technique en chef du projet d’atténuation de l’impact de la crise syrienne en Anatolie du Sud-Est – PNUD

Gestion des déchets en TurquieGestion des déchets dans la ville de Elbeyli, Turquie. Photo: Alpert K. Doğan/PNUD
À l’heure où la Syrie entre dans sa cinquième année de crise, la Turquie compte plus de deux millions de réfugiés syriens. L’un des besoins les plus impérieux de nos communautés d’accueil en Orient est la gestion des déchets solides. C’est dans ce but que notre équipe a conçu – grâce au soutien de l’Union européenne et du Bureau de la population, des réfugiés et des migrations du département d’État américain – un projet viable pour alléger ce fardeau. … Voir

Des aéroports prêts à toute éventualité

27 janv. 2016 par Uthira Ravikumar, Analyste de programme au PNUD

 Workers perform a GARD simulation at Rafic Harriri Airport in Lebanon. Photo: UNDP Lebanon
En mars 2015, deux séismes graves ont frappé le Népal et l’aide humanitaire conséquente a dû s’organiser dans l’urgence. Le seul aéroport international du pays a dû fermer, la piste d’atterrissage ne pouvant supporter le poids des gros porteurs. Du coup, l’arrivée du personnel et des fournitures humanitaires a pris un énorme retard. Le Népal n’est pas le seul dans ce cas. Lors de grandes catastrophes, on voit souvent s’empiler les fournitures d’urgence alors que le personnel et le matériel humanitaire sont retenus à la douane. … Voir

Burundi : Passer à la vitesse supérieure pour éviter une crise plus aiguë

11 janv. 2016 par Bruno Lemarquis, Directeur adjoint de l’Unité de réponse aux crises du PNUD

jeunes au BurundiPour sortir durablement de la crise, il faut éviter des solutions à court terme et mettre l’emphase sur la jeunesse et l’emploi des jeunes. Photo: Aude Rossignol/PNUD au Burundi
La situation au Burundi est très préoccupante. Sur des problèmes de développement structurels vient se greffer une crise politique, avec un impact en terme de besoins humanitaires, de cohésion sociale et de situation des droits de l’homme, avec en fond un contexte historique connu, Ce qui est le plus visible du point de vue humanitaire pour le moment, ce sont les déplacés qui ont quitté le pays. Les déplacés internes sont beaucoup moins apparents car ils s’installent dans des communautés où ils se sentent en sécurité. … Voir

Ceux qui risquent tout pour leur survie méritent de se sentir en sécurité

05 nov. 2015 par Alejandro Alvarez, Conseiller et chef d’équipe pour l’état de droit, la justice et la sécurité

Réfugiés syriensDes réfugiés syriens font la queue au centre d'enregistrement de l'ONU à Zahle, Beyrouth, Liban. Photo: PNUD au Liban
La justice, la sécurité et le respect des droits de l'homme ne sont pas des objectifs dont nous pouvons espérer la réalisation une fois que des accords politiques auront été trouvés. L’État de droit, c’est maintenant qu’il faut le mettre en place. C’est ce qui détermine si des femmes, des enfants et des hommes qui ont déjà tant risqué pour assurer leur survie peuvent ou non se sentir en sécurité dans leur nouveau lieu de vie (même s’il est temporaire) et trouver de nouveaux moyens de subsistance pour eux-mêmes et leurs familles. … Voir

Préserver des vies, la dignité et le futur de la Syrie

05 nov. 2015 par Sima Bahous, Administrateur assistant du PNUD et Directeur du Bureau régional pour les États arabes

réfugiés syriensDepuis 5 ans, la crise a coûté la vie à plus de 250 000 personnes, et déplacé plus de 12 millions. Photo: PNUD en Syrie
Le monde est parfaitement conscient du sinistre bilan provoqué par la crise syrienne. Depuis 5 ans, cette crise a coûté la vie à plus de 250 000 personnes, déplacé plus de 12 millions, et fait reculer de quarante ans les indicateurs de développement de la Syrie. L’impact de la crise sur les pays voisins est moins connu mais tout aussi important. Ces pays, qui ont généreusement accueilli un nombre record de réfugiés, subissent aujourd’hui le contrecoup de leur remarquable élan de solidarité. … Voir