Pourquoi je ne peux pas regarder ailleurs

21 mars 2016 par Michelle Yeoh, Ambassadrice de bonne volonté du PNUD

Michelle Yeoh parle de son expérience au Népal. Photo: D. Lowthian/PNUD
Lorsque le PNUD m’a demandé de devenir Ambassadrice de bonne volonté, c’était le moment idéal. Le monde venait juste d’adopter les objectifs de développement durable (ODD), mais c’était aussi le meilleur moment possible sur le plan personnel. Je visitais le Népal au printemps dernier lorsqu’un violent séisme a provoqué les pires ravages que le pays ait connus depuis les années 30. J’avais déjà pu constater les effets dévastateurs des catastrophes et des crises humanitaires, à distance, aux informations télévisées, mais lorsqu’on est sur place et qu’on fait face à une telle dévastation, il est impossible de regarder ailleurs. … Voir

Qu'est-ce qui pousse les jeunes à l'extémisme ?

18 mars 2016 par Mohamed Yahya, coordinateur régional de programmes, PNUD Afrique

 L'extrémisme pose une menace majeure aux progrès réguliers de l’Afrique sur la voie de la prospérité, Au Kénya, un programme de consolidation de la paix et résolution de conflits se focalise sur les jeunes. Photo: PNUD au Kénya
En avril dernier, Mohamed, un menuisier établi dans une ville de pêcheurs du littoral kenyan, voit la photo de Suleiman, le deuxième de ses cinq fils, passer au bulletin télévisé du soir. Âgé de 24 ans, le jeune homme est identifié comme dangereux islamiste Chabab avec cinq autres, et leur tête est mise à prix. Quelques mois plus tard, on annonce que Suleiman a été abattu par la police avec trois autres suspects au cours d’une fusillade. Comment Suleiman a-t-il été poussé à rejoindre les rangs d’un groupe extrémiste violent, à prendre les armes contre son propre pays et à vouloir tuer des civils ? … Voir

Autonomiser les communautés pour édifier un avenir nouveau

03 mars 2016 par Hanne Kristoffersen, Spécialiste en gouvernance de crises au PNUD

Femme en RD CongoUne commerçante du marché de Rutshuru, au Nord Kivu, RD Congo. Photo: PNUD en RD Congo
Des crises complexes et récurrentes, la corruption, les inégalités sociales et l’absence de perspectives économiques affaiblissent le contrat social entre citoyens et gouvernement. Au PNUD, nous sommes convaincus qu’améliorer la qualité des services publics, renforcer les perspectives économiques et la participation publique, permettra de faire face aux tensions grandissantes, de prévenir une escalade des conflits et d’instaurer la paix, la stabilité et le développement. C’est pourquoi nous incitons les autorités locales à laisser la population diriger le processus de développement. Cela permet à la population de prendre directement conscience des avantages de son engagement civique, de contraindre les autorités à rendre des comptes et d’instaurer un climat de confiance et de stabilité pour l’avenir. … Voir

A l’avant-garde des efforts pour un monde plus juste et prospère depuis 1966

23 févr. 2016 par Helen Clark, Administrateur du PNUD

Gardes forestiers du parc national de Band-e-Amir, Afghanistan, où le PNUD mène des projets avec la Wildlife Conservation Society et le Programme de microfinancements du Fonds pour l'environnement mondial pour protéger l'environnement et fournir de l'énergie propre aux habitants. Photo: Robert Few / PNUD en Afghanistan
Il y a cinquante ans, une personne sur trois vivait dans la pauvreté. C’est dans ce contexte que le Programme des Nations Unies pour le développement a été créé en 1966. Depuis lors, le PNUD a joué un rôle de chef de file dans la promotion d’un monde plus juste et prospère pour tous. Nous avons travaillé avec les gouvernements, la société civile, le secteur privé et les acteurs philanthropiques pour autonomiser les personnes et bâtir des nations résilientes. … Voir

Le virus Zika doit susciter une prise de conscience de notre part

03 févr. 2016 par Mandeep Dhaliwal, Directrice du groupe VIH, santé et développement du PNUD

Une fillette reçoit un traitement anti-paludisme en BolivieUne fillette reçoit un traitement anti-paludisme en Bolivie. Photo: PNUD en Bolivie
Comme cela est vrai pour toute épidémie – nous l’avons appris au cours de nos années de lutte contre le VIH et nous avons pu le constater pour Ebola – la santé et le développement sont intimement liés. Les pauvres sont souvent les plus durement touchés. Si nous ne luttons pas sérieusement contre les changements climatiques et contre les effets négatifs de la dégradation de l’environnement sur les vecteurs pathogènes, si nous ne corrigeons pas les inégalités entre les hommes et les femmes et si nous n’améliorons pas la vie quotidienne des indigents, la santé publique sera de plus en plus menacée. … Voir