Comment ça va? Que faites-vous pour Haïti?

10 oct. 2016 par Rita Sciarra, responsable de l'unité de lutte contre la pauvreté, PNUD en Haïti

 Certains de nos projets dans le Sud, comme les études de cartographies multirisques, ont permis aux autorités locales de décider où installer les personnes évacuées avant l'ouragan. Photo : PNUD en Haïti
Aujourd'hui à Port-au-Prince et sur toute l'île, le soleil brille. En voyant ce ciel si bleu, je me demande comment, en moins de 36 heures, une tempête comme Matthew peut atteindre une telle force et détruire tout sur son passage. A Jeremie, 90% des maisons sont détruites. Les toits ont été arrachés avec la plupart des arbres, et jonchent les rues de la ville. Partout des cadavres d'animaux, des décombres, même des cimetières ont été détruits. Pour que notre intervention soit efficace, nous devons aider les gens à nettoyer les rues, de sorte que les secours puissent atteindre les zones isolées et éviter d'autres décès ou les maladies due à des conditions insalubres. Et nous devons agir rapidement. … Voir

Le Protocole de Montréal peut-il aider à lutter contre le changement climatique ?

04 oct. 2016 par Jacques Van Engel, Directeur, Unité Protocole de Montréal / Produits chimiques, PNUD

Nous avons déjà aidé 120 pays à éliminer 67,870 tonnes de substances appauvrissant la couche d'ozone par an, tout en réduisant simultanément 5,08 milliards de tonnes d'émissions de gaz à effet de serre. Photo: Vanderlei Almeida/PNUD au Brésil
Considéré comme l'un des accords internationaux les plus réussis à ce jour, le Protocole de Montréal, mis à jour, pourrait stimuler les efforts d’adaptation au changement climatique et contribuer à protéger notre environnement. Depuis 1987, le Protocole de Montréal a conduit à une réduction massive de l'utilisation de produits chimiques nocifs pour la couche d'ozone, les chlorofluorocarbures (CFC) et les hydrochloro-fluorocarbones (HCFC). Ces mesures ont notamment permis au trou dans la couche d’ozone au-dessus de l'Antarctique de se résorber. Actuellement, des pourparlers sont en cours pour étendre le Protocole de Montréal au bénéfice de l'environnement. … Voir

El Niño, c’est tous les 5-7 ans. Comment l'Afrique peut s’y préparer.

01 sept. 2016 par Excellent Hachileka, Spécialiste de Programme en Réduction des risques de catastrophe et Changement climatique, PNUD Afrique

Une agricultrice en Gambie montre un plant de riz désseché à cause de la sécheresse. Photo: FAO
Près de 60 millions de personnes ont souffert de l’épisode El Niño 2015-2016, le plus puissant depuis 1950. Le Botswana, le Lesotho, le Malawi, la Namibie, le Swaziland et le Zimbabwe ont tous déclaré l’état d’urgence face à la sécheresse. Près de 40 millions de personnes, soit 22% de la population rurale d'Afrique australe, se sont retrouvées en situation d'insécurité alimentaire. L'Éthiopie est le pays le plus durement touché, avec environ 10,2 millions de personnes nécessitant une aide alimentaire, et des besoins de financement d'urgence estimés à 1,4 milliard de dollars américains. Certes, l’événement avait été prédit et des données d'alerte rapide mises à disposition dans la plupart des pays, mais peu de mesures ont été prises. Seule la moitié des pays concernés disposaient de plans d'urgence actualisés. … Voir

La présence sur le terrain, nécessaire à la lutte contre le changement climatique

30 août 2016 par Jazmin Burgess, Coordinateur global pour Boots on the Ground

Des changements de saison erratiques peuvent impacter l'approvisionnement en eau et nourriture durant des annees. Photo: PNUD au Bangladesh
Les pays les moins avancés sont les premiers touchés par le changement climatique. Les populations qui dépendent fortement de secteurs vulnérables au changement climatique, tels que l’agriculture, la pêche ou la sylviculture, y sont particulièrement sensibles. Une tempêté imprévue, des pluies erratiques peuvent impacter les réserves en eau et en nourriture pendant des années, voire des décennies. Cette situation a un impact social et économique considérable. Une approche qui intègre les mesures à adopter contre le changement climatique est donc essentielle pour contribuer à un développement vraiment durable même si elle exige également un renforcement direct des capacités. Le Programme « Boots on the Ground », créé en 2010, fournit des conseils techniques et politiques et des directives à 26 pays africains, états arabes, pays de l’Asie et du Pacifique et de l’Amérique latine, et renforce les capacités nationales à établir des plans en prévision des conséquences du changement climatique. … Voir

Les connaissances autochtones – solutions d’hier aux problèmes d’aujourd’hui

08 août 2016 par Alejandra Pero, coordonnatrice du Réseau mondial des peuples autochtones et communautés locales gestionnaires de la terre et de la mer, Initiative Équateur, PNUD.

Autochtone au PérouRetourner aux cultures traditionnelles permet aux communautés autochtones de ne pas dépendre de donations extérieures pour des semences et d'améliorer la sécurité alimentaire. Photo: PNUD au Pérou
Alors que le monde se réunit pour célébrer la Journée internationale des peuples autochtones, en mettant l'accent sur le droit à l'éducation, nous pouvons réfléchir aux moyens d’incorporer les connaissances autochtones dans les programmes d’enseignement traditionnels, afin d’assurer que les jeunes d'aujourd'hui et les enfants de demain soient bien outillés pour vivre dans un environnement sans cesse plus exigeant. Le savoir autochtone est une ressource qui doit être revitalisée et soutenue pour relever bon nombre des défis du monde contemporain, notamment les effets des changements climatiques. … Voir