Faites-en votre affaire : 7 étapes pour rendre votre entreprise plus compétitive avec les ODD

14 avr. 2016 par Roy Trivedy, Représentant Résidant du PNUD en Papouasie-Nouvelle-Guinée et Assel Tleof, Chargée de Communications

participants à une formation en Papouasie-Nouvelle-GuinéeParticipants à une formation professionnelle en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Photo: PNUD
2016 est une année de changement, et nous avons tous un rôle à jouer pour passer de la vision de l’Agenda 2030 à la réalité en agissant face aux problèmes économiques, sociaux et environnementaux auxquels nous faisons face. En tant que chef de file du monde des affaires, les entreprises ne sont-elles pas les mieux placées pour contribuer au développement et en accentuer l’impact positif au niveau social ? … Voir

Conjurer l'extrémisme violent tout en sécurisant nos sociétés

11 avr. 2016 par Patrick Keuleers, Director of Governance and Peacebuilding, UNDP

Ten of the eleven countries with over 500 deaths due to violent extremism in 2014 also have the largest number of refugees, migrants, and IDPs. Photo: Central African Republic
La montée de l'extrémisme violent est intimement liée à la vulnérabilité et aux mouvements des personnes. En effet, dix des onze pays avec plus de 500 décès dus à l'extrémisme violent en 2014 ont aussi le plus grand nombre de réfugiés, migrants et déplacés internes. Les causes profondes de l'extrémisme violent proviennent d’échecs en matière de gouvernance, des inégalités, de l'aliénation due aux changements culturels et sociaux, et du manque de développement inclusif. Si co-exister pacifiquement est la clé de notre avenir, nous devons accorder plus d'attention à la gouvernance de sociétés de plus en plus hétérogènes. Nous devons promouvoir le respect de la diversité dans les opinions, les cultures, les religions et modes de vie, à condition qu'ils ne violent pas les principes internationaux des droits de l'homme. … Voir

Les 6 raisons pour lesquelles il faut se soucier du prochain « Sommet »

01 avr. 2016 par Izumi Nakamitsu, Directrice de l’Unité de réaction aux crises du PNUD

Femmes libanaises au marchéFemmes au marché de Marj, Bekaa Valley, Liban. Ce projet du PNUD aide les communautés d'accueil à faire face au flux de réfugiés syriens. Photo: Dalia Khamissy/PNUD
Le 23 mai, les dirigeants mondiaux se réuniront à l’occasion du tout premier Sommet humanitaire mondial à Istanbul. Je comprends que cette information ne vous incite pas particulièrement à lire la suite, mais permettez-moi de vous donner les raisons pour lesquelles ce Sommet mérite tout votre intérêt : 1. Parce que l’ampleur de la crise humanitaire n’est pas exagérée Depuis la Seconde Guerre mondiale, nous n’avons jamais fait face à des besoins humanitaires aussi grands. Plus de 60 millions de personnes, majoritairement femmes et enfants, ont fui leurs foyers. La durée moyenne de ces déplacements s’élève maintenant à 17 ans. … Voir

Pourquoi je ne peux pas regarder ailleurs

21 mars 2016 par Michelle Yeoh, Ambassadrice de bonne volonté du PNUD

Michelle Yeoh parle de son expérience au Népal. Photo: D. Lowthian/PNUD
Lorsque le PNUD m’a demandé de devenir Ambassadrice de bonne volonté, c’était le moment idéal. Le monde venait juste d’adopter les objectifs de développement durable (ODD), mais c’était aussi le meilleur moment possible sur le plan personnel. Je visitais le Népal au printemps dernier lorsqu’un violent séisme a provoqué les pires ravages que le pays ait connus depuis les années 30. J’avais déjà pu constater les effets dévastateurs des catastrophes et des crises humanitaires, à distance, aux informations télévisées, mais lorsqu’on est sur place et qu’on fait face à une telle dévastation, il est impossible de regarder ailleurs. … Voir

Qu'est-ce qui pousse les jeunes à l'extémisme ?

18 mars 2016 par Mohamed Yahya, coordinateur régional de programmes, PNUD Afrique

 L'extrémisme pose une menace majeure aux progrès réguliers de l’Afrique sur la voie de la prospérité, Au Kénya, un programme de consolidation de la paix et résolution de conflits se focalise sur les jeunes. Photo: PNUD au Kénya
En avril dernier, Mohamed, un menuisier établi dans une ville de pêcheurs du littoral kenyan, voit la photo de Suleiman, le deuxième de ses cinq fils, passer au bulletin télévisé du soir. Âgé de 24 ans, le jeune homme est identifié comme dangereux islamiste Chabab avec cinq autres, et leur tête est mise à prix. Quelques mois plus tard, on annonce que Suleiman a été abattu par la police avec trois autres suspects au cours d’une fusillade. Comment Suleiman a-t-il été poussé à rejoindre les rangs d’un groupe extrémiste violent, à prendre les armes contre son propre pays et à vouloir tuer des civils ? … Voir