Mobilisons le secteur privé pour la promotion de l’égalité hommes-femmes

18 nov. 2016 par Helen Clark, Administrateur du PNUD

Les jeunes femmes et hommes ont quasiment le même niveau de formation lorsqu’ils font leur entrée dans la population active. Mais le monde du travail ne leur offre pas pour autant les mêmes opportunités.
À travers le monde, les jeunes femmes et hommes ont quasiment le même niveau de formation lorsqu’ils font leur entrée dans la population active. Mais le monde du travail ne leur offre pas pour autant les mêmes opportunités. Les femmes gagnent en moyenne 24 % de moins que les hommes. Au sein des 500 plus grandes entreprises de l'Indice S&P, les femmes n'occupent que 4,6 % des postes de PDG et 20 % d’entre elles siègent dans des conseils d'administration. Des recherches indiquent pourtant que l'augmentation de la part des femmes dans les conseils d'administration contribue à de meilleurs résultats financiers et à de nombreuses initiatives de mécénat. Dans les pays riches comme dans les pays pauvres, les femmes performent une plus grande part de travail non rémunéré – par exemple, s'occuper de jeunes enfants, de personnes âgées, de parents malades et/ou handicapés; mais aussi se procurer la nourriture et préparer les repas. Ces tâches exigent non seulement un temps et une énergie considérables mais elles peuvent aussi empêcher les femmes de réaliser leurs aspirations et de contribuer leurs talents aux entreprises. … Voir

L'environnement n'est pas le seul objet des plans climatiques

14 nov. 2016 par Magdy Martínez-Solimán, Directeur, Bureau des politiques et de l’appui aux programmes

femmes recoltant de l'argan au MarocL'essor du marché de l'huile d'argan et la demande croissante de ce produit ont permis d'améliorer les revenus des ménages au profit des communautés locales. Photo: PNUD au Maroc
Un changement climatique dangereux appelle une action climatique courageuse. Atteindre les objectifs fixés par l'Accord de Paris n'est rien d'autre qu'un impératif pour notre sécurité et notre prospérité. Non seulement pour faire face au réchauffement de la planète, mais aussi pour toute une panoplie de bénéfices concernant les ressources alimentaires, l'emploi, la santé et la croissance durable. Pour comprendre en quoi des solutions climatiques efficaces peuvent avoir des effets positifs concrets sur le développement, prenons le cas du Maroc et de l'Afrique du Nord. Selon l'Institut Max-Planck, les températures devraient augmenter deux fois plus vite (en anglais) dans cette région que dans le reste du monde, ce qui pourrait rendre de vastes zones inhabitables, nuire aux économies, limiter l'accès à l'eau et compromettre la sécurité alimentaire. Ces problèmes sont interconnectés. Fort heureusement, les États – architectes de l'Accord de Paris et des objectifs de développement durable – sont conscients de ce risque et militent en faveur de la cohésion. La première étape importante consiste à reconnaître que les objectifs climatiques nationaux inspirés par l'Accord de Paris – les contributions déterminées au niveau national (NDC) – peuvent servir de modèle pour une action climatique concertée. … Voir

L’action climatique pour faire face à la radicalisation et à l’extrémisme violent

14 nov. 2016 par Aliou M. Dia, Chef d'Equipe, Changement climatique et réduction des risques de catastrophe, PNUD en Afrique

IMG_0144_Ethiopian-Returnees-from-Yemen-arriving-at-Galafi-(Ethio-Djibou    (002)
Les changements climatiques et l’extrémisme violent sont deux des principales menaces qui pèseront sur la stabilité des États et des sociétés au cours des prochaines décennies. Dans de nombreux pays du continent (Mali, Sud-Soudan, Nigéria, Somalie, etc.), les changements climatiques impactent la stabilité de façon significative, et sollicitent de manière excessive les capacités de réponse déjà limitées des gouvernements. Les menaces et les attaques de Boko Haram et d’Al Shabab en Afrique de l’Ouest et de l’Est, la fragilité persistante de la République centrafricaine (RCA) ou la résurgence de l’instabilité au Burundi et au Sud-Soudan ne sont que quelques-uns des conflits qui alimentent ce cycle. On estime qu’il y a eu plus de 4 000 attaques terroristes depuis 2011 en Afrique, entraînant la mort de 24 000 personnes. Près de 2,8 millions de personnes sont déplacées dans leur propre pays dans le seul bassin du lac Tchad, et 700 000 Somaliens croupissent dans des camps de réfugiés. … Voir

Des services météorologiques et climatiques modernes pour l’Afrique

09 nov. 2016 par Bonizella Biagini, Gestionnaire, Programme sur l'information climatique pour le développement résilient en Afrique, PNUD

 Des stations météo tout-en-un peuvent réduire considérablement les coûts de déploiement et de maintenance. Photo: PNUD en Ouganda
En Tanzanie, un coup de foudre a tué un enseignant et six étudiants en 2015 - un triste exemple de morts qui pourraient facilement être évitées avec des services météorologiques et climatologiques modernes. En améliorant la prise de décision, ces informations peuvent sauver des milliers de vies chaque année et renforcer les moyens de subsistance sur un continent qui a le moins contribué au changement climatique mais en souffre le plus. Depuis plus de 30 ans, la communauté internationale fait des investissements importants dans les technologies météorologiques, hydriques et climatiques pour l'Afrique subsaharienne. Selon la Banque mondiale, cet investissement s'élève à plus d'un milliard de dollars. Pourtant, aujourd'hui, la plupart de ces services ne sont pas en mesure de répondre aux besoins et ne proposent que des possibilités limitées de coopération transfrontalière. … Voir

Relèvement en Haïti : éviter le piège de la dépendance à l’aide

04 nov. 2016 par Bruno Lemarquis, Directeur adjoint de l'Unité de réponse aux crises du PNUD

Renforcer et soutenir le gouvernement sur le terrain contribue à ce qu’Haïti se reconstruise de façon plus intelligente et durable à long terme. Photo: Andrea Ruffini
l y a un mois, l’ouragan Matthew a ravagé Haïti. Plus d'1,4 million de sinistrés ont toujours besoin d’assistance, plus de 140 000 habitants ont été déplacés et dans certaines régions, les récoltes ont été réduites à néant. Cette catastrophe laisse dans son sillage des personnes vivant dans des abris de fortune, incapables de subvenir aux besoins de leur famille et dépendants de l'aide. Ayant supervisé l’intervention d’urgence du PNUD après le séisme de 2010, j’ai pu constater que le gouvernement a su tirer parti de l’expérience acquise. Les institutions nationales ont insisté pour que l’intervention soit dirigée par Haïti, tant à l’échelon local que national. … Voir