Agenda 2030 : ne laisser personne de côté, en commençant par les seniors

30 sept. 2016 par Cailin Crockett, Specialiste en genre, Bureau de soutien aux politiques et programmes, PNUD

deux femmes agées en Asie PacifiqueLe nombre de personnes âgées de 60 ans et plus devrait atteindre 1,4 milliard en 2030 et 2 milliards en 2050- avec la majorité vivant dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire.
La Journée internationale des personnes âgées est dédiée à la lutte contre la discrimination fondée sur l’âge. En matière de développement, les Objectifs du millénaire pour le développement ne faisaient aucune mention des personnes âgées ou du vieillissement de la population. Ce n’est qu’avec l'adoption des Objectifs de développement durable (ODD) et de l’Agenda 2030 que les personnes âgées ont été explicitement prises en compte. Pourquoi cette évolution? Les données démographiques justifient à elles seules que plus d’attention soit accordée au vieillissement. En effet, le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus devrait atteindre 1,4 milliard en 2030 et 2 milliards en 2050. … Voir

Un financement public bien structuré peut concilier rentabilité et durabilité

29 sept. 2016 par LI Yong, Directeur général, Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

L’investissement public devrait inciter à régulariser les emplois informels et à développer les compétences entrepreneuriales. Photo: PNUD en Ethiopie
La voie du développement inclusif et durable – exposée dans le Programme pour le développement durable à l’horizon 2030 –ne peut plus souffrir aucun délai. Les problèmes économiques, sociaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés sont immenses et il faut y remédier avant que le changement climatique, les pressions démographiques, les situations de fragilité en termes de sécurité et d’autres tendances mondiales non viables n’aient des conséquences négatives insupportables pour chacun de nous. En même temps, ce programme offre de nouvelles possibilités d’investissement qui augmenteront les dividendes économiques et sociaux à des niveaux sans précédent, à condition que les mécanismes de coordination et les instruments appropriés soient en place. … Voir

Migrants et réfugiés : problème mondial ou solution locale ?

18 sept. 2016 par Magdy Martínez-Solimán, Directeur, Bureau des politiques et de l’appui aux programmes

Un famille de 10 personnes fuit la ville assiégée de Yabrud, Syrie. Six heures plus tard, ils ont traversé la frontière vers le Liban. Photo: UNHCR/A. McConnell.
Alors que les gouvernements du monde entier se réunissent à l’occasion de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York pour débattre des mouvements massifs de migrants et de réfugiésConflits, chocs climatiques et manque de perspectives sont souvent en tête de liste des échecs de développement à l’origine des déplacements forcés. C’est pourquoi les politiques de développement se doivent de prendre en compte et d’intégrer les migrations et les déplacements. … Voir

Le Sommet pour le bien social: d’idée entre amis à mouvement mondial

16 sept. 2016 par Boaz Paldi, Engagement Manager, PNUD

SGS ChinaLe Sommet pour le Bien Social rassemble experts, activistes et citoyens du monde entier pour débatte des défis de notre temps et des solutions à y apporter. Photo: PNUD
Lorsqu’un groupe d’amis inspirés s’est réuni il y a sept ans pour se demander “Que se passerait-il si l’on organisait une réunion ouverte et transparente pendant la Semaine de l’ONU, un véritable Sommet des peuples ?”, il ne pouvait imaginer où cette idée allait le mener. J’ai eu la chance d’assister aux débuts de ce mouvement mondial et de le voir croître au cours des sept dernières années. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce fut une sacrée aventure. … Voir

Quelles solutions durables pour la crise des réfugiés?

16 sept. 2016 par Cihan Sultanoğlu, Directeur du Bureau régional du PNUD pour l'Europe et la Communauté des États indépendants

La durée moyenne du déplacement est aujourd’hui de 17 ans. Cela représente assez de temps pour permettre à une petite fille née sur la route de passer son bac. Photo: Ariel Rubin/ PNUD
La durée moyenne du déplacement est aujourd’hui de 17 ans. Cela représente assez de temps pour permettre à une petite fille née sur la route de passer son bac. Cela ne fait pour moi aucun doute : on ne peut pas se contenter de répondre aux besoins d’assistance des personnes vulnérables. Il faut également s’efforcer de réduire leur ampleur sur la durée. Or, beaucoup de réfugiés ont des compétences capables de satisfaire la demande locale et qui demandent à être cultivées. … Voir