Pourquoi l'adaptation climatique pourrait-elle éviter de futures crises alimentaires ?

03 mai 2017 par Pradeep Kurukulasuriya, Directeur du département d'adaptation au changement climatique, Bureau de l’appui aux politiques et aux programmes du PNUD.

Somali pastoralists depend on livestockLes crises alimentaires actuelles au Nigeria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen sont liées aux changements climatiques et à une absence de système résilient permettant d’affronter la sécheresse, les inondations, les pluies changeantes et d'autres impacts. Photo : PNUD Somalie
Une aide humanitaire immédiate est nécessaire pour les pays les plus durement touchés comme le Nigéria, la Somalie, le Soudan du sud et le Yémen. Mais ce n'est pas tout. Nous devons poursuivre nos efforts afin de renforcer la résilience des pays face aux changements climatiques. Lorsque les changements climatiques ne sont pas synonymes de désastres et de famine chez les enfants, dès lors que des mesures proactives – et non réactives - sont adoptées pour aider les personnes vulnérables à briser le cycle de la pauvreté et quand les leaders et les institutions ont les capacités, les compétences, la formation et les ressources requises, ils doivent faire en sorte que les crises humanitaires comme celle-ci ne se reproduise pas. … Voir

Il est grand temps que la révolution verte de l’Afrique se mette en marche !

05 déc. 2016 par Degol Hailu, Conseiller principal pour le développement durable au PNUD

On pourrait légitimement supposer que la productivité agricole est plus élevée dans les pays riches en ressources naturelles. Les revenus tirés de la vente de pétrole, de gaz et de minerais peuvent en effet financer la fourniture de matériel, d’engrais, de systèmes d’irrigation, de crédits et de semences pour les agriculteurs. Toutefois, la productivité agricole reste modeste dans bon nombre des pays d’Afrique qui exportent des matières premières. Pourquoi ? Entre 2003 et 2013, la production agricole dans les pays d’Afrique subsaharienne dépendants des ressources naturelles a connu une croissance annuelle moyenne de 3,6 %, légèrement supérieure au taux de croissance de 2,7 % enregistré par le reste de la région. Les taux de croissance annuels de la production agricole en Angola, au Cameroun et en Zambie ont ainsi atteint plus de 6 % en moyenne, se classant parmi les taux de croissance les plus élevés au monde. Si l’on regarde de plus près l’utilisation des intrants agricoles, cependant, on s’aperçoit que la croissance de la production agricole s’explique non par la productivité, mais par l’augmentation de la surface de terres cultivées. Celle-ci s’est accrue de 2,6 % par an pour atteindre au total 103 millions d’hectares, contre 83 millions d’hectares lors de la décennie précédente. Bien que … Voir

Le droit à l’alimentation est bien plus que l’accroissement de l’offre alimentaire

25 oct. 2016 par Olivier De Schutter, Co-président, International Panel of Experts on Sustainable Food Systems (IPES-Food)

Un meilleur accès au marché est essentiel pour les petits exploitants agricoles, mais aussi une meilleire position de négociation dans les chaînes alimentaires. Photo: PNUD en Géorgie.
Les grandes entreprises agroalimentaires externalisent de plus en plus souvent la production des produits agricoles de base et la confient à des milliers de petits exploitants. Les investisseurs privés façonnent l’agriculture des pays en développement par l’intermédiaire des contrats qu’ils négocient avec les petits producteurs. Par exemple, les engagements d’investissement obtenus dans le cadre de la Nouvelle alliance du G8 pour la sécurité alimentaire et la nutrition (Nouvelle Alliance, site en anglais) visent à faire plus largement appel aux petits exploitants dans divers pays d’Afrique. Or, les petits producteurs de produits alimentaires ont été dans l’ensemble ignorés par les politiques agricoles jusqu’à présent. … Voir

Sauver la planète commence par notre assiette

12 août 2016 par Anissa Saudemont, stagiaire pour les médias sociaux au Bureau des relations extérieures et du plaidoyer du PNUD

jeunes enfants au MyanmarManger est un acte essentiel à la vie, mais nous pouvons essayer de le faire de la manière la plus responsable possible. Photo: PNUD au Myanmar
Jeunes ou moins jeunes, nous sommes nombreux à nous demander si – à notre échelle – nous pouvons participer à la lutte contre le changement climatique. Éteindre la lumière en sortant d'une pièce, recycler nos déchets, supprimer l’usage des sacs plastiques, privilégier les douches aux bains … nous sommes déjà nombreux à avoir intégré ces petits gestes dans notre quotidien. Mais qu’en est-il de nos habitudes alimentaires ? Dans ce domaine également, nos choix ont un impact sur l’environnement. … Voir

La TICAD, un forum unique toujours d’actualité

13 juin 2016 par Abdoulaye Mar Dieye, Administrateur assistant et Directeur du Bureau régional pour l’Afrique

La sixième édition de la TICAD, qui se tiendra à Nairobi les 27 et 28 août 2016, sera la toute première organisée sur le sol africain.
La sixième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), qui se tiendra à Nairobi les 27 et 28 août prochains, devrait attirer plus de 6 000 représentants des gouvernements, des organisations internationales, de la société civile et des organisations du secteur privé. Créé en 1993 pour encourager et promouvoir les partenariats internationaux pour le développement de l’Afrique, ce forum a vu le jour au milieu des « décennies perdues pour le développement » du continent africain, lequel était alors aux prises avec les contraintes des programmes d’ajustement structurel et incapable de reprendre son souffle. En cette fin de guerre froide, les principaux bailleurs de fonds, à l’exception notable du Japon, s’interrogeaient sur la pertinence de l’aide au développement accordée à l’Afrique. … Voir