Des raisons d'espérer une meilleure réponse aux crises en 2017

20 janv. 2017 par Izumi Nakamitsu, Administratrice adjointe du PNUD et Responsable du Groupe de réponse aux crises

L'ONU et ses partenaires ont commencé à «combler le fossé» entre acteurs humanitaires, de développement et de consolidation de la paix. Photo: PNUD aux Phillipines
Malgré les horreurs de 2016, en Syrie, au Yémen, dans le bassin du Lac Tchad et dans beaucoup d'autres endroits, je continue d'espérer que la communauté internationale saura honorer la promesse faite au Sommet humanitaire mondial de changer la manière dont elle travaille. En 2016, j'ai participé à plusieurs sommets historiques, j'ai vu de nouveaux intervenants proposer des solutions novatrices, j'ai entendu le nouveau Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, s'engager à trouver de nouveaux moyens d’aider les populations vulnérables à remonter la pente le plus rapidement possible et à être prêtes à affronter de nouvelles menaces, tout en réduisant les risques. Le message prononcé en 2016 était clair : Nous devons tous travailler différemment, aussi bien l'ONU que la société civile, le secteur privé et les gouvernements. … Voir

Pourquoi j’ai foi en mon pays, Haïti

04 janv. 2017 par Barbara Calixte, Gestionnaire de projet, Réduction de la pauvreté, PNUD en Haïti

Afin de permettre aux haïtiens de se remettre sur pied, le PNUD a déjà créé près de 120 000 emplois d’urgence dans le cadre du programme «Solèy Leve» («Le Soleil brille»). Photo: PNUD en Haïti
Je m'appelle Barbara Calixte. Je veux vous parler de mon peuple, les Haïtiens, et expliquer pourquoi j’ai foi en mon pays. J'ai commencé à travailler avec le PNUD en 2011 parce que, après avoir vu les dégâts et les ravages que le séisme avait faits en 2010, je voulais apporter ma contribution, je voulais aider à reconstruire mon pays. La réputation du PNUD de travailler main dans la main avec les Haïtiens était pour moi une référence idéale. C'était, sans aucun doute, l'une des décisions les plus importantes de ma vie. Après le tremblement de terre, le PNUD a soutenu le gouvernement dans les opérations de secours et de relèvement. Nous avons habilité les communautés à reconstruire plus intelligemment et renforcé leur capacité de réponse aux catastrophes à venir. Nous avons parlé à des gens qui avaient quasiment tout perdu, mais qui avaient encore la fierté, la volonté et l'espoir qu'Haïti pourrait se relever. … Voir

Des services météorologiques et climatiques modernes pour l’Afrique

09 nov. 2016 par Bonizella Biagini, Gestionnaire, Programme sur l'information climatique pour le développement résilient en Afrique, PNUD

 Des stations météo tout-en-un peuvent réduire considérablement les coûts de déploiement et de maintenance. Photo: PNUD en Ouganda
En Tanzanie, un coup de foudre a tué un enseignant et six étudiants en 2015 - un triste exemple de morts qui pourraient facilement être évitées avec des services météorologiques et climatologiques modernes. En améliorant la prise de décision, ces informations peuvent sauver des milliers de vies chaque année et renforcer les moyens de subsistance sur un continent qui a le moins contribué au changement climatique mais en souffre le plus. Depuis plus de 30 ans, la communauté internationale fait des investissements importants dans les technologies météorologiques, hydriques et climatiques pour l'Afrique subsaharienne. Selon la Banque mondiale, cet investissement s'élève à plus d'un milliard de dollars. Pourtant, aujourd'hui, la plupart de ces services ne sont pas en mesure de répondre aux besoins et ne proposent que des possibilités limitées de coopération transfrontalière. … Voir

Relèvement en Haïti : éviter le piège de la dépendance à l’aide

04 nov. 2016 par Bruno Lemarquis, Directeur adjoint de l'Unité de réponse aux crises du PNUD

Renforcer et soutenir le gouvernement sur le terrain contribue à ce qu’Haïti se reconstruise de façon plus intelligente et durable à long terme. Photo: Andrea Ruffini
l y a un mois, l’ouragan Matthew a ravagé Haïti. Plus d'1,4 million de sinistrés ont toujours besoin d’assistance, plus de 140 000 habitants ont été déplacés et dans certaines régions, les récoltes ont été réduites à néant. Cette catastrophe laisse dans son sillage des personnes vivant dans des abris de fortune, incapables de subvenir aux besoins de leur famille et dépendants de l'aide. Ayant supervisé l’intervention d’urgence du PNUD après le séisme de 2010, j’ai pu constater que le gouvernement a su tirer parti de l’expérience acquise. Les institutions nationales ont insisté pour que l’intervention soit dirigée par Haïti, tant à l’échelon local que national. … Voir

Changement climatique et eau en Asie-Pacifique

03 nov. 2016 par Gordon Johnson, Chef d’équipe pour la résilience et la durabilité au Centre régional du PNUD à Bangkok

En raison du réchauffement climatique dans certaines parties de l’Himalaya, de nombreux glaciers fondent, et menacent de faire déborder les lacs glaciaires. Photo PNUD
Chaque matin à Bangkok, lorsque je saute dans le bateau rapide pour aller travailler, je pense à cette suggestion d’appeler notre planète « Eau » plutôt que « Terre ». Cela semble particulièrement judicieux en Asie-Pacifique. Si quelque 4,5 milliards de ses habitants vivent sur la terre ferme – soit environ 60 % de la population mondiale – la région englobe aussi la vaste étendue de l’Océan Pacifique et des dizaines de bassins fluviaux majeurs (tels que l’Indus, le Ganges, le Mékong et le Yangtzé). L’eau est également présente dans les montagnes sous forme de glaciers. Les pics vertigineux de l’Himalaya ont été dénommés le « château d’eau de l’Asie », alimentant les bassins de rivières qui abritent 1,3 milliard de personnes. Mais avec les changements climatiques, toute cette eau se trouve de plus en plus au mauvais endroit au mauvais moment. … Voir