Passation des marchés publics : pourquoi faut-il réformer ?

15 déc. 2016 par Doyeun Kim, Bureau de la Communication pour le développement des Nations-Unies

Les passations de marchés publics représentent plus de 30% du PIB dans les pays en développement et entre 10 et 15% dans les pays développés . Photo: PNUD
Des réformes de passation des marchés publics ont été mises en œuvre dans les années 90 en Afrique. Elles visent à une plus grande efficacité, mais également à une responsabilisation et une intégrité accrues dans la gestion des ressources publiques, pour mieux contribuer au développement. Au cours de l’année dernière, la Côte d’Ivoire, l’Ouganda, la Somalie, le Malawi et le Zimbabwe en ont bénéficié dans le cadre de projets financés par la Banque mondiale et la Banque africaine de développement. La professionnalisation et le renforcement des mécanismes de passation de marchés nationaux sont nécessaires en vue d’atteindre les objectifs de bonne gouvernance et de prévention de la corruption. … Voir

Conjurer l'extrémisme violent tout en sécurisant nos sociétés

11 avr. 2016 par Patrick Keuleers, Director of Governance and Peacebuilding, UNDP

Ten of the eleven countries with over 500 deaths due to violent extremism in 2014 also have the largest number of refugees, migrants, and IDPs. Photo: Central African Republic
La montée de l'extrémisme violent est intimement liée à la vulnérabilité et aux mouvements des personnes. En effet, dix des onze pays avec plus de 500 décès dus à l'extrémisme violent en 2014 ont aussi le plus grand nombre de réfugiés, migrants et déplacés internes. Les causes profondes de l'extrémisme violent proviennent d’échecs en matière de gouvernance, des inégalités, de l'aliénation due aux changements culturels et sociaux, et du manque de développement inclusif. Si co-exister pacifiquement est la clé de notre avenir, nous devons accorder plus d'attention à la gouvernance de sociétés de plus en plus hétérogènes. Nous devons promouvoir le respect de la diversité dans les opinions, les cultures, les religions et modes de vie, à condition qu'ils ne violent pas les principes internationaux des droits de l'homme. … Voir

Articuler les efforts de développement autour des OMD, un exercice pas toujours facile

28 déc. 2015 par Sheila Marnie, Conseillère régionale en matière de développement durable

UNDP_UZ_sustdev_governmentteambuilding
Je me rappelle une réunion avec des partenaires au Conseil des ministres en 2002. J'étais consultante en réduction de la pauvreté. Il m'avait été conseillé d'éviter d’aborder les OMD lors des discussions avec les autorités ouzbeks afin de ne pas les offenser en comparant leur pays aux autres nations en développement. … Voir

Réduire la corruption pour augmenter les ressources du développement

23 sept. 2015 par Patrick Keuleers, Directeur, Gouvernance et consolidation de la paix, Bureau des politiques et de l’appui aux programmes

manifestation contre la corruption à BangkokDes activistes participent à une manifestation contre la corruption à Bangkok. Photo: PNUD enThaïlande
Si la communauté internationale souhaite que les pays en développement prennent davantage leurs responsabilités pour financer leur programme de développement durable, alors le soutien visant à renforcer leurs institutions d’intégrité nationale devra être accru, et non réduit. Cela signifie aussi que l’impunité des délits de corruption ne peut plus être tolérée, jamais, nulle part. Dans cette série, experts du PNUD et praticiens partagent leurs expériences et points de vue sur leur travail avec les Objectifs de développement … Voir

Et si nous demandions aux gens ce qu’ils pensent de la gouvernance ?

12 juin 2015 par Sarah Lister, Director, UNDP Oslo Governance Centre

femme tenant un micro en IndeSomwati Bai est la dirigeante d’une organisation autonome dans la province indienne de Madhya Pradesh où elle dirige des réunions et traite de questions allant des droits des gouvernements aux services essentiels. Photo: PNUD en Inde
Le monde a récemment été secoué par un scandale où allégations de pots-de-vin et de « ristournes » impliquaient une institution réputée. En mai dernier, les questions de transparence, de corruption et de « bonne gouvernance » ont fait l’objet de dix fois plus de tweets que les questions sanitaires ou alimentaires. Même avant que le scandale de la FIFA n’éclate, un « gouvernement honnête et attentif » était l’une des questions de développement qui revenait le plus souvent dans les médias sociaux. … Voir