La conférence pour la Syrie doit changer la donne

03 avr. 2017 par Moises Venancio, Conseiller, Bureau régional du PNUD pour les États arabes

Photo: UNHCR/ A. McConnell
En 2016, la conférence des donateurs pour la Syrie organisée à Londres avait dépassé les attentes en obtenant plus de 10 milliards de dollars de promesses de contributions, pour remédier à l'une des crises les plus importantes et plus longues de mémoire moderne. "Jamais la communauté internationale n'a recueilli autant d'argent en une seule journée pour une seule crise", a observé le Secrétaire général de l'ONU. Cette conférence soulignait déjà l’importance d’intégrer réponse humanitaire d’urgence avec approches de développement à plus long terme pour soutenir les Syriens et les communautés qui les accueillent dans les pays voisins. De manière significative, cette nouvelle approche se concentre sur l'éducation et les moyens de subsistance pour stimuler les emplois pour les réfugiés syriens, aussi bien dans le pays que dans les communautés hôtes. Pourtant, le financement disponible à ce jour reste limité. … Voir

Un nouvel espoir pour le Liban

28 mars 2017 par Luca Renda, Directeur du Bureau du PNUD au Liban

Une famille syrienne arrive à Arsal, au Liban. Le Liban abrite aujourd'hui le plus grand nombre de réfugiés syriens : une personne sur cinq dans le pays en fait partie. Photo: UNHCR/A. McConnell
Les conséquences de la crise en Syrie vont bien au-delà des frontières et touchent tous les pays voisins dont le Liban, un pays qui se remet encore de sa propre guerre civile. La crise a ralenti la croissance économique, amplifié les divisions sociales et catalysé la paralysie politique. L'impact le plus spectaculaire a été l'arrivée de plus d'un million de réfugiés en provenance de Syrie, qui constituent maintenant un quart de la population nationale. À ce jour, le Liban a par habitant la plus forte concentration de réfugiés dans le monde. Tout cela limite les chances du Liban d’atteindre ses objectifs de développement durables. Avant même la crise syrienne, le pays avait déjà une performance mitigée par rapport aux Objectifs du Millénaire pour le développement, avec de réels progrès dans la nutrition, la santé et l'éducation, mais du retard sur les objectifs clés tels que la réduction de la pauvreté et la durabilité environnementale. La crise a exacerbé ces lacunes - en particulier parce que 90% des réfugiés syriens au Liban vivent dans les communautés les plus pauvres. … Voir

Un avenir meilleur pour les Turcs et les Syriens

23 mai 2016 par Kamal Malhotra, coordonnateur résident des Nations Unies et représentant résident du PNUD en Turquie

Réfugiés syriens allant en TurquieDes réfugiés Kurdes syriens passent en Turquie par la Syrie, près de la ville de Kobani. La guerre a commencé en 2011, et est devenue la plus grande cause de déplacements humains. Photo: I. Prickett/UNHCR
Avec les milliers de personnes qui quittent la Syrie pour des terres plus hospitalières, les médias du monde entier nous inondent régulièrement d’images de tentes blanches et de périlleuses traversées en bateau. Mais un pan de cette histoire reste dans l'ombre. En Turquie, seulement 10 % des quelque 2,75 millions de Syriens déplacés vivent dans des camps de réfugiés. Les autres habitent villes et villages comme beaucoup d’entre nous. Au cours des cinq dernières années, plus de 150 000 bébés sont nés en Turquie de parents syriens déplacés par le conflit. … Voir

En Turquie, les camps de réfugiés sous les ordures

03 févr. 2016 par Alper K. Doğan, Consultant technique en chef du projet d’atténuation de l’impact de la crise syrienne en Anatolie du Sud-Est – PNUD

Gestion des déchets en TurquieGestion des déchets dans la ville de Elbeyli, Turquie. Photo: Alpert K. Doğan/PNUD
À l’heure où la Syrie entre dans sa cinquième année de crise, la Turquie compte plus de deux millions de réfugiés syriens. L’un des besoins les plus impérieux de nos communautés d’accueil en Orient est la gestion des déchets solides. C’est dans ce but que notre équipe a conçu – grâce au soutien de l’Union européenne et du Bureau de la population, des réfugiés et des migrations du département d’État américain – un projet viable pour alléger ce fardeau. … Voir

Ceux qui risquent tout pour leur survie méritent de se sentir en sécurité

05 nov. 2015 par Alejandro Alvarez, Conseiller et chef d’équipe pour l’état de droit, la justice et la sécurité

Réfugiés syriensDes réfugiés syriens font la queue au centre d'enregistrement de l'ONU à Zahle, Beyrouth, Liban. Photo: PNUD au Liban
La justice, la sécurité et le respect des droits de l'homme ne sont pas des objectifs dont nous pouvons espérer la réalisation une fois que des accords politiques auront été trouvés. L’État de droit, c’est maintenant qu’il faut le mettre en place. C’est ce qui détermine si des femmes, des enfants et des hommes qui ont déjà tant risqué pour assurer leur survie peuvent ou non se sentir en sécurité dans leur nouveau lieu de vie (même s’il est temporaire) et trouver de nouveaux moyens de subsistance pour eux-mêmes et leurs familles. … Voir