Valoriser le « travail des femmes »

22 août 2017 par Bharati Sadasivam, Conseillère au programme régional pour les questions d’égalité des sexes du PNUD en Europe et Asie centrale

Les « écarts de corvées » entre hommes et femmes entravent la capacité de ces dernieres à obtenir une éducation, à trouver de bons emplois et à obtenir un salaire égal. Photo: Bureau régional du PNUD pour l'Europe et l'Asie centrale.
Au cours des prochains mois, les 12 000 employés du siège d'Apple à Cupertino, en Californie, termineront leur installation dans un campus somptueux : 260 000 mètres carré, studio de yoga sur deux étages, parcours nature et même des boîtes à pizza préservant leur croustillant. Une chose pourtant fait défaut : une garderie. Apple n'est la seule entreprise à négliger l'importance des garderies pour les parents qui travaillent, loin de là. Or, cette omission est un véritable frein pour les parents, surtout les femmes, à réaliser leur potentiel économique. Partout dans le monde, les femmes assurent deux fois plus de travaux domestiques et de soins non rémunérés que les hommes – de l'éducation des enfants à la prise en charge des parents malades ou âgés, en passant par les tâches ménagères. Au Mexique, en Inde et en Turquie, ces travaux sont en majorité l’apanage des femmes, qui y passent trois fois plus de temps que les hommes. … Voir

Au Soudan du Sud, les femmes au coeur de la lutte contre la famine

08 mai 2017 par Kamil Kamaluddeen, Directeur de pays, PNUD au Soudan du Sud

femme au soudan du sud et ses vachesPhoto: PNUD au Soudan du Sud
Le pays le plus jeune au monde est en proie à une famine généralisée. Selon les estimations, le nombre de personnes en situation de grave insécurité alimentaire atteindra 5,5 millions d'ici juillet 2017, dont plus d'un million d'enfants. Par ailleurs, plus de 3,5 millions de personnes ont été déplacées et 7,5 millions ont besoin d'aide humanitaire d'urgence après 3 dernières années de guerre civile. Plusieurs facteurs alimentent ce conflit, notamment un climat de méfiance collective solidement ancré, la prolifération d'armes légères, le mépris de l'État de droit, la pénurie d'institutions à même de résoudre les litiges, et le dénuement économique. La plupart des ménages déplacés par les combats sont dirigés par des femmes, et elles continuent de subvenir aux besoins de leur famille et de produire le peu de nourriture qu'il reste, tout en jouant un rôle déterminant dans le processus de paix. … Voir

La promesse d'un père - à mes filles et à toutes les filles

08 mars 2017 par Nikolaj Coster-Waldau, ambassadeur de bonne volonté du PNUD

Nikolaj Costau-Walder arbitre le match pour les Objectifs Mondiaux au KényaNikolaj Costau-Walder arbitre le match pour les Objectifs Mondiaux au Kénya. Photo : PNUD au Kénya
Je viens de rentrer du Kénya, où j’ai arbitré la Coupe du monde des Objectifs Mondiaux. Ce tournoi de football international rassemble des femmes et des filles ordinaires pour défendre les Objectifs qui leur tiennent le plus à cœur, notamment l’égalité des sexes et l’éradication de la pauvreté. C’était une expérience incroyable ! Ce fut également pour moi l’occasion de voir en personne le remarquable travail que réalise le PNUD, et les opportunités qu’il crée pour ces femmes et ces filles. J’ai rencontré des femmes qui m’ont raconté leurs histoires, comment elles essaient d’améliorer leur vie et celle de leur communauté. Elles m’ont étonné et inspiré. Et je sais que vous aussi, vous appréciez ce genre de récits sur la manière de bâtir des avenirs meilleurs. C’est quelque chose que nous partageons. En tant que père et mari, je suis particulièrement engagé dans la défense des causes qui me touchent personnellement. Je veux que mes filles grandissent sur une planète propre, sûre et prospère. Une planète qui leur permet de réaliser leurs rêves, de maximiser leur potentiel, et d’avoir un impact sur le monde qui les entoure. Une planète qui ne les relègue pas au second plan en raison de leur sexe. … Voir

"Je n'ai pas peur de parler": Les femmes kazakhes rompent le silence sur la violence

24 nov. 2016 par Dina Teltayeva, Chargée de communication, Bureau du PNUD au Kazakhstan

Apres 20 ans de silence, Dina Tansari a décidé de raconter son histoire.
Une campagne intitulée, #ЯнеБоюсьСказать (Je n'ai pas peur de parler) et НеМолчи (Ne gardez pas le silence) a conduit de nombreuses femmes kazakhes à raconter leur histoire. L'une d'entre elles est Dina Tansari, une célèbre productrice de télévision. « ...J'étais inconsciente. Ils m'avaient abandonnée devant mon appartement et s'étaient enfuis. Le lendemain matin, je ne me souvenais plus de rien sauf des cris de ma mère qui m'avait découverte... », a-t-elle écrit sur son mur Facebook. Dina a osé prendre la parole après vingt ans de silence éprouvant. Lorsqu'elle avait 20 ans, ses camarades de classe l'ont droguée et l'ont violée collectivement lors d'une fête de mariage. La mère de Dina a ensuite décidé de louer un appartement en dehors de la ville car elle ne pouvait pas supporter la honte que sa fille avait prétendument infligée à la famille. Dina s'est retrouvée seule dans son malheur. … Voir

Mobilisons le secteur privé pour la promotion de l’égalité hommes-femmes

18 nov. 2016 par Helen Clark, Administrateur du PNUD

Les jeunes femmes et hommes ont quasiment le même niveau de formation lorsqu’ils font leur entrée dans la population active. Mais le monde du travail ne leur offre pas pour autant les mêmes opportunités.
À travers le monde, les jeunes femmes et hommes ont quasiment le même niveau de formation lorsqu’ils font leur entrée dans la population active. Mais le monde du travail ne leur offre pas pour autant les mêmes opportunités. Les femmes gagnent en moyenne 24 % de moins que les hommes. Au sein des 500 plus grandes entreprises de l'Indice S&P, les femmes n'occupent que 4,6 % des postes de PDG et 20 % d’entre elles siègent dans des conseils d'administration. Des recherches indiquent pourtant que l'augmentation de la part des femmes dans les conseils d'administration contribue à de meilleurs résultats financiers et à de nombreuses initiatives de mécénat. Dans les pays riches comme dans les pays pauvres, les femmes performent une plus grande part de travail non rémunéré – par exemple, s'occuper de jeunes enfants, de personnes âgées, de parents malades et/ou handicapés; mais aussi se procurer la nourriture et préparer les repas. Ces tâches exigent non seulement un temps et une énergie considérables mais elles peuvent aussi empêcher les femmes de réaliser leurs aspirations et de contribuer leurs talents aux entreprises. … Voir