3 leçons à retenir du Prix Équateur 2017

29 juin 2017 par Martin Sommerschuh, Analyste de Programme pour l'Initiative Equateur, PNUD.

Children planting mangroveC’est grâce à ses mangroves intactes que le village de Bang La en Thaïlande a été épargné par le tsunami de l'océan Indien en 2004. Photo: Community Mangrove Forest Conservation of Baan Bang La
Le Prix Equateur reconnaît les initiatives communautaires qui favorisent les solutions durables pour faire face à la pauvreté et aux défis environnementaux et climatiques. Au cours des 15 dernières années, nous avons appris que l'action locale est essentielle au développement durable. Aujourd'hui, l'Initiative Équateur annonce les lauréats du Prix Equateur 2017. Les 15 nouveaux lauréats seront mis à l’honneur lors d'une cérémonie de remise du Prix à New York en septembre. Au cours des trois derniers mois, j'ai eu le privilège de mener le processus de sélection et souhaite partager ici quelques-unes des leçons que nous avons apprises en cours de route. … Voir

La riposte contre la sécheresse doit être pérenne, pas sporadique

18 mai 2017 par Siddharth Chatterjee,Coordonnateur résident des Nations Unies et Représentant résident du PNUD au Kenya

Des enfants transportant de l'eau, Dadaab, Kenya. Photo : Leonard Odini/PNUD Kenya
Depuis fin 2016, la sécurité alimentaire au Kenya s'est profondément dégradée. Avec la sécheresse, les ruisseaux et rivières se sont asséchés, décimant les récoltes et le bétail sur l'ensemble du territoire. D'après l'UNICEF, près de 110 000 enfants de moins de cinq ans ont besoin d'un traitement, contre 75 300 en août 2016. Dans les comtés les plus sévèrement touchés de Turkana, Marsabit et Mandera, un tiers des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aigüe, soit le double du seuil d'urgence. Une riposte sous-financée Il faut répondre de toute urgence à cette crise. La distribution systématique de suppléments alimentaires aux enfants en bas-âge et aux femmes enceintes ou allaitantes peut éviter une flambée catastrophique de la mortalité dans les mois à venir. Lorsque le gouvernement a déclaré la sécheresse « catastrophe nationale », plus de 2,6 millions de Kenyans avaient besoin d'une aide alimentaire d'urgence. Ce chiffre continuera d'augmenter à moins de lever 166 millions de dollars US pour venir en aide aux populations les plus vulnérables. Seul un tiers de ce montant est disponible à l'heure actuelle. … Voir

Croissance sans résilience n’est que ruine de l’économie

26 avr. 2017 par Abdoulaye Mar Dieye, Sous-Secrétaire général des Nations Unies, Directeur du Bureau régional pour l’Afrique.

Les pays émergents, comme la Côte d’Ivoire, tutoient les 10% de croissance annuelle, après avoir diversifié leur économie.
Beaucoup de pays africains se sont engagés dans des programmes d’émergence à moyen ou long terme. J’en connais précisément 27 et, dans le cadre de la deuxième conférence d’Abidjan, nous avons ciblé un échantillon représentatif de la situation économique et géographique de l’Afrique pour creuser davantage la question. En examinant l’ensemble des 13 pays de l’échantillon, ce qui m’a le plus frappé c’est la typologie des chantiers d’émergence. J’en ai vu trois : Le premier type comprend des pays comme le Rwanda et la Côte d’Ivoire qui ont subi des chocs terribles dus à la guerre ou à l’instabilité politique et ont vu leur croissance économique chuter au plus bas mais qui, par la suite, ont repris une évolution rapide vers une croissance élevée. Derrière cette reprise rapide, des capacités de production excédentaires qui n’ont pas été détruites, et des pays qui ont investi sur l’augmentation de leur productivité et le renforcement de la résilience de leurs institutions. Le deuxième type, ce sont des pays comme le Sénégal, le Gabon et le Kenya, qui ont mis l’accélérateur sur les réformes structurelles. … Voir

La promesse d'un père - à mes filles et à toutes les filles

08 mars 2017 par Nikolaj Coster-Waldau, ambassadeur de bonne volonté du PNUD

Nikolaj Costau-Walder arbitre le match pour les Objectifs Mondiaux au KényaNikolaj Costau-Walder arbitre le match pour les Objectifs Mondiaux au Kénya. Photo : PNUD au Kénya
Je viens de rentrer du Kénya, où j’ai arbitré la Coupe du monde des Objectifs Mondiaux. Ce tournoi de football international rassemble des femmes et des filles ordinaires pour défendre les Objectifs qui leur tiennent le plus à cœur, notamment l’égalité des sexes et l’éradication de la pauvreté. C’était une expérience incroyable ! Ce fut également pour moi l’occasion de voir en personne le remarquable travail que réalise le PNUD, et les opportunités qu’il crée pour ces femmes et ces filles. J’ai rencontré des femmes qui m’ont raconté leurs histoires, comment elles essaient d’améliorer leur vie et celle de leur communauté. Elles m’ont étonné et inspiré. Et je sais que vous aussi, vous appréciez ce genre de récits sur la manière de bâtir des avenirs meilleurs. C’est quelque chose que nous partageons. En tant que père et mari, je suis particulièrement engagé dans la défense des causes qui me touchent personnellement. Je veux que mes filles grandissent sur une planète propre, sûre et prospère. Une planète qui leur permet de réaliser leurs rêves, de maximiser leur potentiel, et d’avoir un impact sur le monde qui les entoure. Une planète qui ne les relègue pas au second plan en raison de leur sexe. … Voir

Qu'est-ce qui pousse les jeunes à l'extémisme ?

18 mars 2016 par Mohamed Yahya, coordinateur régional de programmes, PNUD Afrique

 L'extrémisme pose une menace majeure aux progrès réguliers de l’Afrique sur la voie de la prospérité, Au Kénya, un programme de consolidation de la paix et résolution de conflits se focalise sur les jeunes. Photo: PNUD au Kénya
En avril dernier, Mohamed, un menuisier établi dans une ville de pêcheurs du littoral kenyan, voit la photo de Suleiman, le deuxième de ses cinq fils, passer au bulletin télévisé du soir. Âgé de 24 ans, le jeune homme est identifié comme dangereux islamiste Chabab avec cinq autres, et leur tête est mise à prix. Quelques mois plus tard, on annonce que Suleiman a été abattu par la police avec trois autres suspects au cours d’une fusillade. Comment Suleiman a-t-il été poussé à rejoindre les rangs d’un groupe extrémiste violent, à prendre les armes contre son propre pays et à vouloir tuer des civils ? … Voir