Dans une étude inédite du PNUD, les personnes interrogées citent la pauvreté, l'exclusion et l'inégalité de genre parmi les raisons qui les ont poussées à rejoindre des groupes extrémistes violents.

La montée de l'extrémisme violent au cours de la dernière décennie représente un défi qui paraît presque insurmontable pour beaucoup de pays à travers le monde. L'extrémisme violent est une question complexe qui touche à de nombreux problèmes de développement profondément enracinés, notamment la pauvreté, le manque de moyens de subsistance et d'emplois, le manque d'éducation, l'exclusion et l'inégalité. Il affecte à la fois la sécurité nationale et mondiale.

Ces deux dernières années au Soudan, plus de 3 000 personnes ont rejoint l'État islamique (EI) et Boko Haram. Le PNUD Soudan, en collaboration avec la Commission nationale antiterroriste soudanaise, a mené une étude pionnière en interrogeant directement des prisonniers, des rapatriés de Guantanamo et des familles et amis de ceux qui avaient rejoint des groupes extrémistes violents, pour mieux comprendre leurs motivations et comment les éloigner de ce chemin.   

Sans surprise, la plupart de ceux qui rejoignent les groupes radicaux sont des jeunes, qui représentent plus de 60% de la population totale du Soudan. Plus étonnamment, 37% sont des femmes, qui citent le sentiment de ne pas être en mesure de réaliser leur potentiel dans la société et l'inégalité de genre comme des raisons les poussant à rejoindre des groupes extrémistes.

Par ailleurs, l'étude démontre clairement qu'une réponse sécuritaire ne peut pas fournir de solution durable et que s'attaquer aux causes profondes du problème, comme la marginalisation et l'exclusion, en particulier chez les jeunes, est la seule réponse viable.

La principale question qui se posait à nous était alors : par où commencer ?

Dans le cadre du projet PAVE (Partnering Against Violent Extremism), nous voulions explorer de nouveaux modèles, de nouvelles approches et des solutions innovantes pour lutter contre l'extrémisme violent. Ciblant les jeunes et les femmes, nous avons mis en place des espaces et des opportunités pour que ces groupes puissent exprimer leurs griefs, leurs opinions et faire partie de la solution.

L'affiche du film 'IMAN'
Le film IMAN, produit par le PNUD Soudan, a été conçu pour stimuler le débat sur le thème de l'extrémisme violent.

L’autonomisation des femmes : L'étude PAVE a montré que les parents, en particulier les mères, ignorent souvent les facteurs qui ont poussé leurs filles à quitter parfois une carrière prometteuse pour rejoindre des groupes violents. En réponse, nous travaillons avec des imams, des universités, et des organisations de femmes pour mettre en place des mécanismes impliquant les femmes en tant que guides (Mourshidat) prêchant un islam modéré, mais aussi en tant que mères pour détecter et prévenir l'éxtrémisme. Les femmes sont aussi présentes comme personnes ressources pour celles qui reviennent des groupes violents comme l’EI.

L’engagement des jeunes : mis à l’écart par les processus politiques, manquant d'options d'emplois durables et souffrant d'un sentiment accru d'isolement et de répression, les jeunes du Soudan sont confrontés à de nombreux obstacles. Le PNUD Soudan a donc créé un espace sûr pour qu’ils puissent s'exprimer, non seulement en dialoguant, mais aussi pour co-concevoir et prototyper des solutions. La conception centrée sur l'humain et la pensée conceptuelle ont été appliquées comme outils de base pour impliquer les jeunes dans la prévention de l'extrémisme.

En outre, pour acquérir de nouvelles connaissances sur l'analyse des comportements extrémistes violents, le PNUD et Nudge Lebanon ont organisé des discussions stratégiques avec le gouvernement, les partenaires au développement et la société civile. Les résultats de ces initiatives informeront nos réponses et nos initiatives de prévention.

Un chef religieux parle devant une audience.
Des chefs religieux participent à une discussion sur la prévention de l'extrémisme violent au Soudan. Photo : Sudan Film Factory


Dialogue
: Le PNUD Soudan a produit IMAN, un long métrage conçu pour stimuler le débat sur le thème de l'extrémisme violent. Projeté dans des festivals prestigieux, le film a non seulement apporté une contribution artistique et thématique sur l’extrémisme, mais a aussi permis de relancer l'industrie cinématographique au Soudan.

IMAN renforce également les interventions PAVE dans les formations à travers le monde (telles que le Centre de Paix de Barcelone, le SWEDINT, le Centre International pour le Maintien de la Paix Kofi Anan ou la Folke Bernadotte Academy) qui ciblent les praticiens et les influenceurs politiques, et plus récemment dans un cours d'Introduction au Terrorisme au Centre de lutte contre le terrorisme à West Point.

Avec seulement 12 ans pour atteindre les ODD et les sérieux défis présents dans un contexte comme celui du Soudan, la prochaine génération d’initiatives de développement telles que PAVE se doit de promouvoir l'innovation dans tous les secteurs.

Des spectateurs regardent un film.
Les membres du public regardent une projection d'IMAN à Florence, en Italie. Photo : Festival du film du Moyen-Orient


 

Icon of SDG 16

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe