Le potentiel de biodiversité marine est encore largement inexploité. Photo: PNUD Madagascar


La biodiversité, c'est bien plus qu'une liste d'espèces de microbes, de plantes ou d'animaux; c'est l'image que nous avons de nos paysages, l'inspiration de notre héritage spirituel et culturel, et la fondation des écosystèmes qui bous fournissent nourriture, eau et air sains, tout en nous protègeant des inondations et des glissements de terrain.

Si vous vous concentrez sur la composition génétique ou biochimique de la biodiversité, celle-ci devient une source d'innovation pour des avancées médicales vitales ou des produits biotechnologiques stimulant les économies et les moyens de subsistance.

Ce potentiel encore largement inexploité est désormais pris en compte dans un nombre croissant de stratégies de développement, plaidant en faveur du régime d'Accès aux ressources génétiques et de Partage équitable des Avantages (APA) du Protocole de Nagoya. Ancré dans l'Agenda 2030, ce régime stimule les capacités de recherche et les partenariats, crée des emplois et favorise la croissance économique tout en préservant les actifs naturels.

C'est le cas de la vision 2050 du Rwanda qui reconnaît la biotechnologie parmi les innovations qui augmentent la productivité et la compétitivité tout en fournissant des emplois, ou encore de la feuille de route stratégique de l'économie bleue des Seychelles où la biotechnologie et la génétique sont reconnus comme des moteurs de croissance durable.

Les ressources génétiques pourraient-elles donc être la nouvelle donne du développement durable, en préservant à la fois des ressources naturelles uniques et en créant des revenus supplémentaires pour sortir les gens de la pauvreté?

C'est ce que nous essayons d'accomplir avec le projet APA du PNUD-FEM, qui aide 24 pays à instaurer un climat de confiance entre utilisateurs et fournisseurs de ressources génétiques et des connaissances traditionnelles associées.

Nos premières observations montrent que grâce à la mise en œuvre du Protocole de Nagoya, des contributions prometteuses ont été faites pour les Objectifs de développement durable 1, 2, 8, 9 13 et, bien évidemment, 15.

En Colombie, le fruit du Jagua produit un colorant bleu naturel utilisé dans les industries alimentaires et cosmétiques. En plus des avantages monétaires découlent des accords d'approvisionnement entre communautés locales et commerçants, des bénéfices supplémentaires sont maintenant générés grâce à un accord d'accès aux ressources génétiques entre la société Ecoflora Cares et l'État colombien.

Au Bhoutan (en anglais), des partenariats pilotes ont permis de lancer des prototypes de produits basés sur des plantes médicinales de basse altitude, à l'usage des marchés domestiques et internationaux.

Au Mexique, un projet de Recherche et Développement explore les applications cosmétiques potentielles des plantes traditionnelles pour garantir une chaîne d'approvisionnement équitable.

Au Cameroun, après l'accord d'exploitation des racines de la plante Echinops giganteus dans les secteurs des arômes et des parfums, des efforts sont en cours pour conclure un accord similaire pour l'utilisation du Mondia whitei.

Dans les îles des Comores, où Ylang-Ylang, vanille et clous de girofle représentent 80% des exportations et emploient 45% de la main-d'œuvre, le potentiel réel de la biodiversité reste encore largement inexploité, notamment les ressources marines. Des accords de bio-découverte similaires sont en cours d'exploration avec un certain nombre de partenaires spécialisés dans les produits naturels basés sur la biodiversité emblématique de l'archipel.


A propos de l'auteur

Fouad Bergigui est Chargé de programmes régional (Afrique), Projet APA du PNUD-FEM. Suivez-le sur Twitter: @Jbalrif   

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Singapour centre de Politiques Globaux
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe