Blog


Intégrer les migration dans les stratégies de réduction de la pauvreté : à chaque pays sa formule

par

Dans le monde, près de 244 millions de personnes sont déplacés. Photo: UNHCR

Je me suis rendu récemment dans un certain nombre de pays, pour le suivi d'un projet conjoint avec l'OIM sur l'intégration de la migration dans les stratégies nationales de développement. Financé par la Suisse, ce projet est mis en œuvre dans huit pays, en l’occurrence le Bangladesh, l'Équateur, la Jamaïque, le Kirghizstan, la Moldavie, le Maroc, la Serbie et la Tunisie, dont certains offrent des exemples concrets de la façon dont  migration et développement sont liés.

Notre rôle est d’assurer que les questions de développement, notamment la gouvernance, les possibilités économiques, la prévention des conflits, l'adaptation au changement climatique et la gestion de l'environnement sont intégrées aux initiatives menées à l’appui des migrants, des personnes déplacées, des réfugiés et des communautés qui les accueillent.  

Le monde compte aujourd’hui quelque 244 millions de personnes en déplacement, dont plus de 65 millions sont déracinés par les conflits. En moyenne, 22 millions de personnes se déplacent tous les ans du fait du changement climatique, des catastrophes et de la dégradation de l'environnement.  Chaque année, environ 500 000 Bangladeshis quittent leur pays pour travailler à l'étranger. Plus de 1,3 million de Jamaïcains vivent aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, et leurs envois de fonds constituent plus de 16% du PIB de la Jamaïque, selon le Caribbean Policy Research Institute.

La situation en Moldavie est beaucoup plus précaire. L'instabilité économique, la chute des revenus et la hausse du chômage entrainent une émigration massive.  Selon les Services d'information et de sécurité de la République de Moldavie, entre 1,2 et 2 millions de citoyens moldaves (près de 45% d'une population de 3,6 millions d’habitants) travaillent à l'étranger, le plus souvent sans autorisation légale.

Au PNUD, nous avons démontré notre capacité à mettre à profit les retombées positives de la migration, mais aussi à agir sur les facteurs et les causes profondes de la migration, comme l’absence de perspectives économiques, la pauvreté, le changement climatique, la dégradation de l'environnement, les conflits, et les problèmes de gouvernance. Par exemple:

  • Dans tous les pays précités, le PNUD et l'OIM ont aidé les gouvernements à mettre en place des mécanismes de coordination concernant les questions de migration et de développement, mais également à formuler et mettre en œuvre des politiques et stratégies qui intègrent la migration aux efforts de lutte contre la pauvreté.

  • Le gouvernement de la Jamaïque a adopté une approche proactive pour gérer et mesurer les indicateurs de migration, surtout en intégrant la migration internationale dans son plan national de développement, ce qui est déterminant pour réduire la pauvreté dans le pays.

  • Au Bangladesh, le PNUD et l'OIM ont aidé le gouvernement à élaborer un plan quinquennal qui vise, notamment, à répondre à la problématique « migration et développement » selon une approche multisectorielle.

    Le gouvernement bangladais met également en œuvre, avec notre soutien, un programme d’accès à l’information pour les migrants (en anglais). Cette initiative ambitionne de garantir une migration internationale sans risque en créant une plate-forme de services pour les travailleurs migrants, et en développant leurs compétences afin qu’ils puissent s’assurer un meilleur revenu et mieux soutenir leurs familles restées au pays.

  • En Moldavie, notre projet « Migration et développement local »  entend améliorer l'accès aux services publics locaux, par l’autonomisation des migrants ainsi que leur implication dans les activités de développement local durable et de lutte contre la pauvreté.  Aujourd’hui, plus de 200 000 bénéficiaires directs et indirects ont accès à de meilleurs services grâce à la participation active des migrants aux processus locaux de planification et à leur contribution financière aux projets locaux.

Pour ceux qui ont quitté leur pays à la recherche de meilleures opportunités, tout comme pour les familles laissées derrière, les déplacés internes et les réfugiés, il n'y a pas d'autre option que d’intégrer la migration dans les plans et stratégies nationaux et locaux de développement pour éliminer la pauvreté partout où elle se manifeste.

Pour moi, les véritables héros sont les communautés hôtes pauvres et vulnérables, d’autant que nous assistons à des mouvements de populations sans précédent.  Au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Ouganda, au Bangladesh, etc., ces communautés accueillent des milliers de réfugiés malgré les difficultés auxquelles elles-mêmes sont confrontées.  Il est dès lors essentiel d’agir sur les causes de la migration dans les différents pays d'origine, si nous voulons réduire la pauvreté et réaliser les ODD.

Owen Shumba Blog Développement durable Réduction de la pauvreté et des inégalités Moyens de subsistance Migrations et déplacements

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe