PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Blog


Le défi le plus déterminant de l’Afrique

par

D’ici 2055, le nombre de jeunes sur le continent (les 15-24 ans) devrait être multiplié par plus de deux. Photo: Aude Rossignol/PNUD en RD Congo

L’Afrique abrite la plus jeune démographie de la planète, et sa population augmente rapidement. D’ici 2055, le nombre de jeunes sur le continent (les 15-24 ans) devrait être multiplié par plus de deux par rapport aux 226 millions de l’année 2015. Le continent africain demeure cependant résolument inhospitalier à l’égard des jeunes, que ce soit sur le plan politique, économique ou social. L’aboutissement des efforts fournis par les gouvernements africains pour remédier à cette problématique constituera le facteur le plus déterminant quant à savoir si l’Afrique sera vouée à prospérer ou à souffrir au cours des prochaines décennies.

Le statu quo risquerait d’exposer l’Afrique non seulement à une sous-performance économique, à la fuite des cerveaux, mais également à la criminalité, à l’agitation politique et sociale, voire à des conflits armés. Le continent peut néanmoins prospérer si ses gouvernements agissent dès aujourd’hui pour tirer parti de l’énergie et du dynamisme de leur population jeune.   

Cela ne sera pas facile, d’autant qu’il existe un véritable fossé générationnel entre la population africaine, majoritairement jeune, et ses dirigeants : l’âge moyen des présidents africains s’élève à 42 ans, tandis que l’âge médian de la population sur le continent est de 19 ans et demi. Il s’agit du plus important écart d’âge mondial entre dirigeants et gouvernés, ce qui soulève certaines interrogations quant à la compréhension des besoins et aspirations des jeunes chez les responsables politiques.

Par ailleurs, une tradition gérontocratique prévaut dans de nombreux pays, limitant l’influence et la participation politique des jeunes sur la base de fondements culturels. Pour surmonter cet obstacle, les gouvernements doivent traiter la question de l’inégalité générationnelle avec la même urgence que d’autres formes d’inégalités, et accélérer leurs efforts d’introduction de quotas permettant l’intégration de jeunes au sein des partis politiques, des parlements, et autres institutions décisionnaires.

Beaucoup reste également à accomplir sur le front économique. D’après la Banque africaine de développement, quelque 12 millions de jeunes sont entrés sur le marché du travail africain en 2015, pour seulement 3,1 millions d’emplois créés. Cela signifie que les jeunes se retrouvent par millions sans perspective au sein de l’économie.

À court et moyen terme, il sera quasiment impossible de créer suffisamment d’emplois pour répondre aux besoins des chômeurs et des travailleurs précaires. L’Afrique ne dispose pas d’un important secteur manufacturier à forte intensité de main-d’œuvre, qui lui permettrait d’absorber sa jeune population en pleine expansion. Certains programmes peuvent néanmoins faire avancer les choses. L’initiative YouthConnekt, par exemple, lancée par le PNUD et le gouvernement du Rwanda, encourage les politiques favorables à la jeunesse, telles que l’accès à des financements et au développement des compétences, qui répondent aux besoins du marché dans certains pays.

UNDP_mg2017_YouthConnektYouthConnekt encourage les politiques favorables à la jeunesse, telles que l’accès à des financements et au développement des compétences. Photo: Laetitia Ouaba / PNUD au Burkina Faso

Pour autant, face au manque d’opportunités dans leur pays, nombre de jeunes africains considèrent l’expatriation comme une chance de mobilité sociale. Mais comme me l’a récemment confié avec déception le PDG d’une grande société basée en Afrique sub-saharienne, l’obtention de visas de travail est extrêmement difficile pour les Africains.

En effet, à compétences égales, il est par exemple plus facile pour un citoyen britannique d’obtenir un visa de travail que pour un Ghanéen. La vision africaine de l’intégration économique, énoncée dans l’Agenda 2063 de l’Union africaine (PDF), ne pourra se concrétiser sans une migration du travail offrant des trajectoires de carrière au jeunes Africains.

Il est pour le moins révélateur que de si nombreux Africains préfèrent risquer la noyade en Méditerranée, séjourner dans d’effroyables centres de rétentions en Afrique du Nord, ou dormir dans les parcs publics des villes européennes, que de demeurer sur le sol africain. Contrairement à la croyance populaire, les jeunes Africains ne quittent pas leur continent exclusivement pour des raisons économiques. Ils sont davantage motivés par la promesse de véritables opportunités, et la liberté de choisir leur voie et leur manière de vivre. C’est sans aucun doute ce qui m’a personnellement conduit à quitter l’Afrique pour gagner l’Europe pendant ma jeunesse.

Le désir d’amélioration personnelle via l’expatriation constitue en effet un élément clé de l’existence humaine – qu’aucun désert, océan ou obstacle artificiel n’a jamais refreiné. L’exclusion politique et culturelle intensifie par ailleurs ce désir. Par conséquent, toute stratégie non soucieuse de l’environnement plus large de la marginalisation est un pont qui ne mène nulle part.

À ce jour, l’Afrique semble marcher tel un somnambule vers un avenir d’opportunités perdues, et de grave instabilité potentielle. De plus, les partenaires internationaux de l’Afrique s’attachent actuellement à contenir les migrations, plutôt que d’en résoudre les causes sous-jacentes.

Les motifs d'espérer existent néanmoins. Le 5è Sommet UE-Afrique, qui aura lieu cette année, sera directement axé sur la jeunesse du continent. Espérons que cela conduira à des initiatives efficaces de solidarité, qui remédieront aux obstacles que rencontre le continent dans l’autonomisation de sa jeunesse, plutôt que d’ériger des barrières destinées à empêcher les jeunes de quitter l’Afrique.

Pour emprunter une formule à Martin Luther King, l’Afrique est aujourd’hui confrontée à « l’urgence absolue du moment ». Et le moment approche où il sera trop tard pour agir.

Article publié en intégralité sur Project Syndicate

Blog Afrique Mohamed Yahya Jeunesse Gouvernance et consolidation de la paix Migrations et déplacements Développement durable Moyens de subsistance