Blog


Ne laisser personne de côté - même en cas de crise

par

L'école primaire de Makinta Kuriri dans l'Etat de Borno, au nord-est du Nigeria. Le PNUD aide à la reconstruction des écoles et d'autres infrastructures communautaires afin que les familles déplacées puissent rentrer chez elles. Photo: Bridget Jangfa / PNUD Nigeria.

La région du bassin du lac Tchad est au bord de la famine. Depuis sept ans, les insurgés de Boko Haram sèment le chaos au sein des communautés locales, provoquant déplacements et des milliers de morts.

Si l’étendue des dégâts est alarmante, la situation de vulnérabilité des rescapés est encore plus préoccupante. Dans le nord-est du Nigeria, 5,7 millions de personnes, principalement des enfants, ont un besoin urgent de nourriture. Il faut agir vite.

Avec le déficit de financement actuel, l’aide humanitaire dont bénéficient aujourd’hui les victimes va bientôt se tarir, mettant en danger la vie de millions de personnes. Nous devons leur venir en aide immédiatement.

La pauvreté et l’exclusion ont un effet aggravant. Avant même que la crise n’éclate, sept personnes sur 10 étaient déjà en situation d’extrême pauvreté. Comme la majorité des deux millions de personnes déplacées a trouvé refuge dans des communautés d’accueil plutôt que des camps prévus à cet effet, le système existant, déjà fragile, est mis à rude épreuve.

La situation en matière de sécurité ne permet pas à ces personnes de rentrer chez elles. Leurs communautés sont détruites et les combattants de Boko Haram sont toujours présents dans la région.

Il faut d'abord stabiliser ces communautés, aussi bien dans les lieux où elles ont trouvé refuge que ceux où elles souhaitent retourner,ce qui contribuera à réduire leur dépendance à l’égard de l’aide humanitaire. Cela va de pair avec le rétablissement des services et des bâtiments essentiels, des moyens de subsistance et de la sécurité.

Plus de 23 % des ménages des zones touchées sont dirigés par des femmes. C’est pourquoi celles-ci doivent être impliquées dans la prise de décisions pendant la crise et après le retour des autorités locales.

Il faut également garantir la sécurité dans les écoles ainsi que le versement des salaires des enseignants dans les temps. Si plus de 400 000 enfants déplacés reçoivent actuellement un enseignement, les écoles de leurs communautés d’origine doivent être reconstruites pour qu’ils ne soient pas laissés pour compte à leur retour.   

Des emplois décents et des débouchés économiques peuvent également faire reculer la pauvreté et l’insécurité alimentaire chez les populations touchées, qui vivaient à plus de 30 % de l’agriculture, avant que la crise ne paralyse quasiment toutes les activités de subsistance.

Aucune culture n’a été semée depuis trois ans. Boko Haram a anéanti le commerce local qui assurait aux habitants des revenus vitaux. Le prix des produits de base a bondi, et 86 % des ménages dépensent plus qu’ils ne gagnent. Si la création d’emplois d'urgence facilite la transition entre l’aide humanitaire et le relèvement, nous devons aussi nous concentrer sur la création de débouchés économiques stables sur le long terme.

Parallèlement, nous œuvrons à instaurer une relation de confiance entre, d’une part, l’armée et la police, et d’autre part, les populations qu’elles servent.

Des petites communautés confrontées aux attaques de Boko Haram ont constitué des groupes d’autodéfense et des milices civiles. Nous devons à présent faire en sorte qu’elles soient intégrées à des systèmes légitimes ou qu’elles aient accès à d’autres sources de revenus, faute de quoi nous laisserons peser une menace sur la vie des habitants, la paix et la stabilité.

Ce blog est extrait d'un édito paru dans le Los Angeles Times (en anglais).

Blog Afrique Réponse aux crises Edward Kallon Nigéria Tchad

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe