PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Blog


Océan d’opportunités, océan de périls

par

Bateaux accostés sur la plage en RDC. L’accostage de bateaux de pêche toujours plus nombreux sur les côtesi déplace le sable et cause l’érosion des plages. Photo: PNUD / Clotilde Goeman

Sur la côte occidentale d’Afrique, l’océan est indispensable à la vie depuis des milliers d’années : il apporte nourriture, emplois, et des barrières côtières qui protègent la terre, nettoient la mer et créent un écosystème plus durable.

Dans certains pays comme le Sénégal, où 66% de la population vit dans des zones côtières, l’océan est la base de tout. Mais le changement climatique provoque entre autres l’élévation du niveau de la mer, la dégradation des stocks de poissons et l’érosion des côtes.

En plus de la forte croissance de la population et de la diminution de productivité des terres agricoles - causée par la salinisation des sols - les communautés côtières dépendent de plus en plus des ressources de la mer pour assurer leur survie.

Cela entraîne une pêche intensive et non durable près des zones côtières où les poissons se reproduisent, le débarquement sur les rivages de flottes de bateaux de pêche sans cesse plus nombreuses, ce qui déplace le sable et cause l’érosion des plages. Les mangroves et autres protections naturelles sont coupées pour en faire du bois de chauffage, et le secteur de la construction extrait du sable pour édifier de nouvelles habitations.

La République démocratique du Congo (RDC) connaît des taux sans précédent d’érosion de ses 40 km de littoral, qui a déjà perdu 15 mètres au cours des 10 dernières années. Les risques existent de voir les infrastructures et les biens les plus précieux anéantis, et l’eau salée déborder sur les terres agricoles, réduisant la productivité économique.

Lors de ma dernière mission en RDC, un habitant du village côtier de Nsiamfumu, à Muanda,  soulignait le véritable impact que l’élévation du niveau de la mer et la dégradation des zones littorales ont sur la communauté. « Nos ancêtres nous ont amenés ici pour exploiter les ressources offertes par l’océan, mais à cause des changements climatiques et des menaces sur nos familles et moyens de subsistance, nous sommes contraints à nous replier à l’intérieur des terres ». Ces réfugiés climatiques des temps modernes risquent d’être confrontés à de nouveaux périls au cours de leur voyage.

C’est pourquoi notre projet visant à aider les communautés vulnérables de Muanda est au cœur des efforts déployés par la nation pour protéger ses côtes. En collectant des données climatiques et en les transformant en informations utilisables et compréhensibles, nous permettrons aux décisionnaires de planifier et d’établir un budget pour lutter contre les changements climatiques et d’assurer aux communautés les alertes précoces nécessaires pour se préparer en cas de phénomène météorologique extrême.  

Des mesures d’adaptation pilotes visant à stabiliser les falaises et à assurer les opérations d’accostage et de débarquement des pêcheurs vont être mises en place, de même que des activités alternatives de création de revenus pour les organisations de femmes et de jeunes, ce qui permettra de réduire les pressions exercées sur les ressources côtières et d’améliorer la situation économique de ces groupes à risque.

En fin de compte, l’océan s’adapte toujours. Sera-t-il un océan d’opportunités, qui protège et nourrit la population, ou un océan de périls, dont les marées montantes obligent les personnes à migrer, et contrecarrent les initiatives de renforcement de la stabilité ? L’avenir le dira. Mais en assurant un appui soutenu et un engagement actif auprès des communautés côtières à risque, nous mettons toutes les chances de notre côté pour bâtir le meilleur scénario.

Dans cette série de blogs menant à la conférence sur les océans prévue en juin, des experts du PNUD explorent les questions liées aux océans, aux ressources marines et à la mise en œuvre de l'Objectif de développement durable 14 : « Vie aquatique ».

Océans Blog Afrique Goal 14 Life below water Changement climatique Dégâts et pertes Environnement Série de blogs sur les océans