Blog


Les Gambiens sont prêts à reconstruire leur pays

par

En Gambie, le nombre limité d’emplois accessibles aux jeunes et aux femmes freine les efforts pour lutter contre la pauvreté, les inégalités et l’exclusion.

La Gambie est depuis longtemps marquée par d'importantes inégalités sociales et économiques. Plus de 60% des habitants vivent dans la pauvreté, près de 30% de la population active est au chômage et celui-ci touche particulièrement les jeunes (39%).

Selon certaines estimations, les Gambiens constituent le deuxième contingent de migrants le plus important d'Afrique de l'Ouest, en dépit de la petite taille du pays.

Pour se constituer en tant que nation, la Gambie doit concevoir, ajuster et mettre minutieusement en œuvre sa politique de transition démocratique. Nous devons travailler en étroite collaboration avec les parties prenantes nationales, ainsi qu’avec les partenaires régionaux et internationaux concernés. De cette manière, nous serons en mesure d’appuyer les efforts gouvernementaux de stabilisation du pays, et entreprendre d’urgence les réformes visant à promouvoir la gouvernance démocratique, le respect de l’état de droit et les droits humains, le relèvement socio-économique ainsi que le développement et la paix durables.

Questions relatives au développement

La pauvreté, les inégalités et l’exclusion en Gambie s’expliquent par le manque de ressources naturelles ; une faible résistance aux changements climatiques ; une répartition inégales des richesses entre zones urbaines et zones rurales ; un nombre limité d’emplois accessibles aux jeunes et aux femmes ; une capacité institutionnelle de contrôle limitée ; et une absence de filets de protection sociale de l’État. Il faut mobiliser des ressources et œuvrer avec le gouvernement pour aligner celles-ci sur les priorités nationales.

Le secteur de la sécurité doit être professionnalisé, placé sous contrôle et ses effectifs doivent être appropriés. Il faut d’urgence mettre fin à la politisation de l’armée et à la militarisation de la police. Les institutions pour la sécurité doivent être mises au service des citoyens et non les menacer. Cela exigerait un appui du système des Nations Unies et d’autres acteurs internationaux à court, moyen et long termes.

Gouvernance inclusive, dialogue et élections

Pour la première fois depuis près de 25 ans, les Gambiens connaissent un environnement politique ouvert. La nouvelle administration devrait continuer à faire preuve d’engagement vis-à-vis de l’inclusion, et faire en sorte que la gouvernance tienne compte de toutes les appartenances politiques, ethniques et autres. Même si l’on assiste à des discours agressifs et contradictoires, cela contribue à jeter les bases d’une culture du dialogue et du débat.

Droits humains et justice transitionnelle

Le gouvernement gambien aura besoin d’aide pour renforcer son système judiciaire et mettre en place un mécanisme de justice transitionnelle, notamment la Commission vérité et réconciliation, dans le respect des normes internationales.

En outre, il faut améliorer l’accès à la justice et l’indépendance de ce système, dans le respect des principes internationaux de base. La nécessité d’appuyer le Parlement et le Ministère de la Justice pour harmoniser la législation nationale avec les normes internationales relatives aux droits humains a été identifiée, de même que la nécessité de procéder à une réforme constitutionnelle globale.

La paix, la stabilité, les droits humains et une gouvernance efficace fondée sur l’état de droit sont autant de moyens importants de parvenir au développement durable. La réalisation des objectifs de développement durable (ODD) nécessite l’intervention de toutes les parties prenantes pour faire en sorte que la Gambie devienne un meilleur pays pour son peuple.

La Gambie n’est pas un pays en situation de post-conflit. Les derniers événements constituent plutôt une transition politique. Tous les signes avant-coureurs semblent donc être en place pour que le PNUD et la communauté internationale aident la Gambie à prouver la faisabilité d’un nouveau consensus international sur la durabilité de la paix.

Gambie Afrique Blog Gouvernance et consolidation de la paix Ozonnia Ojielo Accès à la justice Cohésion sociale Gouvernement ouvert État de droit

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe